Va comprendre les Français, Charles !

CHARLES III

Décidément, le roi Charles III n’a pas de chance. Sa première visite d’État en France risque en effet de tourner vinaigre « en raison du contexte social ». Point d’orgue de cette visite : le banquet d’État dans la galerie des Glaces du château de Versailles, prévu lundi 27 mars. Une « prestation », comme on dit, qui consiste pour la République à en mettre plein la vue et les assiettes à nos hôtes étrangers. C’est bien connu, la République a toujours été royale ! Ou presque...

En avril 1957, le Président Coty avait reçu à Versailles Élisabeth II à l’occasion de la première visite d’État en France de la jeune souveraine. On imagine que les fiches d’Emmanuel Macron doivent être toutes prêtes pour rappeler cette visite historique. « Comment ne pas évoquer, Votre Majesté, le souvenir de Sa Majesté la reine Élisabeth II, votre défunte et illustre mère, que mon prédécesseur, René Coty, reçut ici même en 1957, etc. » Vous voyez, un truc comme ça. Si l'hôte avait été de Gaulle, ça aurait été encore mieux, mais bon, faut faire avec l’Histoire qu’on a sous la main. Mais patatras ! le bruit court qu’il est envisagé de rapatrier ce dîner à l’Élysée, le nouveau Fort Alamo de la République. Cela dit, la salle des fêtes de l’Élysée, c’est moins bien que Versailles, mais c’est pas mal non plus. Avouez qu’il y a des plans B plus foireux.

Ironie du sort qui s’acharne sur Macron : le 16 septembre 2022, alors qu’il était en déplacement dans la Creuse, Emmanuel Macron s’était précipité pour annoncer qu’il avait invité le nouveau roi à faire sa première visite d’État en France. « Les choses se feront en leur temps […] J’ai eu l’occasion d’inviter le roi Charles à venir en France quand cela sera approprié pour lui », avait-il déclaré. Aujourd’hui, la question est de savoir si cette visite est appropriée, non pas pour le roi Charles, mais pour Emmanuel Macron. Après la séquence qu’il vient d’offrir aux Français en incarnant à merveille ce qu’on peut qualifier de « souverain mépris », rallumer les fastes de l’antique monarchie alors que le pays est incandescent n’est peut-être pas ce qu’il y a de mieux pour apaiser la situation. Le cégétiste de base n’a sans doute rien contre le roi Charles, mais ça ne le dérangera pas plus que ça que le nouveau souverain soit la victime collatérale de ce conflit social dont on ne voit pas, pour l’instant, la sortie. Et l’on n’imagine pas Macron téléphoner à Philippe Martinez et Laurent Berger pour leur dire : « Soyez sympas, les gars, faites une pause, ne me cassez pas la baraque, je reçois le roi, etc. » A priori, ça risque de ne pas le faire.

Il est donc probable que le roi Charles, pour aller déposer une gerbe à l’Arc de Triomphe, parcourra des Champs-Élysées qui auront été préalablement nettoyés de leurs immondices et, tant qu’à faire, de toute foule qui fait désordre. Qu’il empruntera probablement un autre moyen de transport que le train pour descendre à Bordeaux, le 28 mars. Que sa déambulation dans les rues de la capitale d’Aquitaine se tiendra « sous haute surveillance », selon la formule consacrée, à moins qu’elle ne soit tout simplement annulée.

On est triste pour le roi Charles qui ne mérite sans doute pas cela. Mais comment ne pas souligner cette ironie du sort qui s’acharne sur Emmanuel Macron. Un Emmanuel Macron qui, en 2015, laissait entendre qu’il manquait un roi à la France en déclarant : « Il y a dans le processus démocratique et dans son fonctionnement un absent. Dans la politique française, cet absent est la figure du roi… » Qui, une fois élu, assuma une totale verticalité du pouvoir. Un Emmanuel Macron qui, par une sorte de retour de bâton des événements, voit son accueil du représentant de la monarchie la plus prestigieuse du monde gâché, pour ne pas dire saboté. À qui la faute ?

Les Français sont capables de suivre pendant des heures le cortège funèbre de la reine d’Angleterre qui, avec le temps, était devenue un peu leur reine. Ils ne détestent pas non plus ces moments lorsque la République déroule les fastes de l’antique monarchie. En revanche, ils n'aiment pas spécialement être pris pour des gueux par ceux qui les gouvernent, surtout s'ils estiment qu'ils ne sont pas à la hauteur. Le roi Charles le comprendra-t-il ?

Georges Michel
Georges Michel
Editorialiste à BV, colonel (ER)

Vos commentaires

40 commentaires

  1. Encore un raté  » royal  » pour Macron et la France, puisque le roi Charles III ne viendra ( finalement ) pas dans un pays à feu et à sang, en plein chaos.
    Un camouflet, une gifle, un revers pour le bon à rien et mauvais en tout de l’Elysée qui n’en rate pas une pour déshonorer la France qu’il dégrade et humilie en permanence.

  2. C’est plus facile de recevoir en grande pompe à Versailles quand l’addition est laissé au bon soins des « gueux »…

  3. Compte t’il lui faire un plat de grillons vietnamiens . Celui qui sabote la gastronomie française d’un côté est fier d’offrir à ses hôtes nos bons plats . Rappelons à macron que la monarchie anglaise coûte bien moins chère au peuple anglais que nos gouvernants qui vivent plus royalement que le roi .

  4. Le pire, dans tout cela, c’est qu’Emmanuel est peut-être le prénom du Christ…mais que Paris ne croule pas sous la multiplication des pains, mais sous des milliers de tonnes d’ordures… »Monarchie républicaine » dites-vous ? On a l’honneur que l’on peut, pourraient nous rétorquer nos ennemis héréditaires d’Outre-Manche à propos de la célèbre répartie de Surcouf concernant ce pour quoi se battraient respectivement Français et Anglais…

  5. Comment Macron peut recevoir des Chefs d’Etats, faire bombance à Versailles, conserver la résidence qui y est à disposition du président de la République, puisqu’il a dit que l’Histoire de France commençait à la Révolution Française ? ! Encore une imposture suprême dont ILS ont l’habitude….

  6. Et à Bordeaux il n’y aura pas besoin d’ouvrir les portes de la mairie ; elles ont été brûlées !

  7. « Il y a dans le processus démocratique et dans son fonctionnement un absent. Dans la politique française, cet absent est la figure du roi… » Et macron n’est capable que de caricaturer pour aboutir à « malheur à la ville dont le prince est un enfant ».

  8. Petit complément à mon commentaire, j’ai rêvé que Macron était François Ier et Charles Ier, Henri VIII…Mais je me suis réveillée!

  9. Ce sera peut-être, un nouveau « Camps du drap d’or », réception organisée par François Ier pour recevoir le roi d’Angleterre, réception la plus chère de toute l’histoire. Macron s’y croit déjà. Le monarque dans toute sa majesté. Avec nos sous. Avec l’Allemagne et l’Angleterre, nous débordons d’Amis…

  10. Entente cordiale ou pas Charles III rend visite à son vassal sachant que c’est le monde « anglo-Saxon  » qui tient les rênes. Les Français ont toujours été les dindons de la farce .

  11. Hi, hi, hi, le roi doit aller à Bordeaux… quelle belle réception dans une mairie dont la porte a été incendiée hier par des émeutiers. Quelle belle image de la France et de sa capital, dans des rues encore fumantes des poubelles non ramassées, éventrées brûlées la veille. Quelle honneur de recevoir le roi d’un pays auquel on n’a cessé de vouloir donner des leçons de politique lors du Brexit lui promettant une « Bérésina » et qui vient en seigneur nous visiter après qu’on lui launcé une invitation. Ce roi d’un pays qui vient de nous donner un pourboire comme on donne à un voiturier : « Jeune homme, nous embetez plus avec ces migrants qui veulent venir chez nous. Prenez ces 200 millions d’Euros et faites en votre affaire…”. Ah, quel grand pays que la France de Macron ! Il nous avait promis qu’il voulait gouverner autrement…. On est servi !

  12. Que va faire Charles lll en Aquitaine , ne peut il tout simplement remettre de l’ordre en GB !
    Déjeuné à Versailles ? combien cela va -t-il nous coûter ( un tarif qui pourrait nourrir tous les SDF de la capitale pendant 6 OU 12 mois ) , j’espère que des mets de choix comme cuisses de grenouilles et escargots leur sera servis !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois