Il y a deux jours, une violente passe d’armes a opposé, à l’Assemblée, la députée RN Caroline Parmentier au ministre de la Culture Rimal Abdul-Malak. Le sujet ? Un tableau de « l’artiste » suisse Miriam Cahn intitulé Fuck Abstraction (sic), actuellement exposé au palais de Tokyo à Paris, et dont la députée dénonce le « caractère pédopornographique » : « En tant que membre de la commission culturelle, en tant que membre de la délégation des enfants, mais surtout en tant que femme et en tant que mère », Caroline Parmentier dénonce « une scène de pédocriminalité » qu’elle décrit par ces mots : « Un enfant, à genoux, ligoté les mains dans le dos, forcé à une fellation par un adulte. » Pour elle, « rien ne justifie l’exposition d’une telle œuvre », « pas même, rajoute-t-elle, le prétexte de la dénonciation des crimes de guerre », puisque Miriam Cahn met en avant cette intention. « Le tableau est exposé dans la sphère publique, sans interdiction aux mineurs, depuis le 17 février dans un musée du XVIe arrondissement. » Caroline Parmentier somme donc le ministre de la Culture : « Quand ce tableau va-t-il être décroché ? »

Mais doctement, Rimal Abdul-Malak lui répond aussi sec : « On ne peut pas sortir une œuvre de son contexte. » Elle affirme même sans ciller que le sujet n’est pas un enfant (ne pas voir ce que l’on voit est devenu aujourd’hui une habitude) et rajoute, sentencieuse : « L’art peut choquer, peut questionner, peut parfois susciter du malaise voire du dégoût, l’art n’est pas consensuel et la liberté d’expression et de création est garantie par la loi. »

Pour voler au secours de ce ravissant chef-d'œuvre, le ministre de la Culture qui avait menacé de bâillonner CNews s’est donc faite chantre… de la liberté d’expression. Pourquoi se gêner ? Quant à laisser une œuvre dans son contexte et s’inquiéter des intentions de l'auteur, il semblerait que l’on ne se soit pas embarrassé des mêmes précautions pour le portrait de Danièle Obono, sur certaine couverture de Valeurs actuelles. Pourtant, c’était bien l’esclavage qu’entendait dénoncer l’article par lui illustré. Pour Valeurs actuelles, foin de la liberté d’expression et de la création ! De même lorsqu’en 2015, Marine Le Pen et Gilbert Collard ont publié des photos d’exaction de l’État islamique, leur idée était bien de les dénoncer. Pourtant, le parquet a requis leur renvoi en correctionnelle pour « diffusions d’images violentes ». Qui peut prétendre sérieusement que dans le domaine de l'image, il n’y a aucune limite ?

Quant à savoir si l’intention suffit à dédouaner son auteur ou son promoteur et à lui tenir lieu de blanc-seing… Poursuivons la logique absurde et soufflons l’idée aux producteurs de westerns suédois d’un petit avertissement pendant le générique - « attention, ce long-métrage condamne la pornographie et un pourcentage des bénéfices sera reversé à une association d’aide aux femmes victimes de violences sexuelles » - ou aux pédophiles redoutant d’être inquiétés par la police : qu’ils rassemblent leurs photos dans un fichier intitulé « Indignation » et l’on ne pourra plus rien contre eux. 

Évidemment, comme à chaque fois, certains même à droite, surtout à droite, volent à la défense de « l’artiste », conspuant Caroline Parmentier et tous ceux qui ont osé protester, les traitant peu ou prou de mères la pudeur obscurantistes et de bigotes patentées. M'enfin, voyez pas que c’est de l’art, les bouseux ? Ils n’adorent rien tant que faire leur Bernanos au petit pied, c’est tellement confortable de prendre des postures d’intello éclairé. 

Depuis l’affaire Duhamel et le salutaire sursaut contre les complaisances pédophiles de tous ordres ces cinquante dernières années, on pouvait penser que ces postures libertaires avaient vécu. Mais non. Le magistère de la gauche est toujours bien là. La lâche soumission de la droite à tous ses oukases intellectuels aussi. J’ose le dire, la mère de famille que je suis se fiche comme d’une guigne de passer aux yeux de ces imposteurs pour une grenouille de bénitier au front bas. Je n’ai qu’un regret : que ces polémiques fassent monter la cote de ces horreurs. Car l’art contemporain n’a de valeur que le scandale qu’il suscite. 

11696 vues

23 mars 2023

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

61 commentaires

  1. Article 227-23Version en vigueur depuis le 23 avril 2021
    Le fait, en vue de sa diffusion, de fixer, d’enregistrer ou de transmettre l’image ou la représentation d’un mineur lorsque cette image ou cette représentation présente un caractère pornographique est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende.

  2. Vous n’etes pas tres Charlie dites donc! Arretez donc de proner la censure, vous voyez bien que c’est vous le probleme. Encore une raison de voter zemmour car marine et co sont pour la censure pure et dure.

  3. Si l’ART suscite parfois du malaise ou du dégoût, ça ne peut pas être considéré comme une oeuvre d’art mais tout simplement une ORDURE où la déchetterie est le meilleur endroit pour qu’elle disparaisse à tout jamais…..

  4. La liberté d’expression a bon dos…… Mme la Ministre, vous en tant que femme, que mère peut-être ?, n’avez-vous pas compris ou ressenti que ce tableau est une pollution visuelle et intellectuelle surtout pour les plus jeunes déjà fragilisés psychologiquement par tout ce que subit notre pays depuis quelques décennies.

  5. Si vraiment ce n’est pas un enfant soumis à fellation, pourquoi ne lui met-elle pas une barbe…ce serait plus clair! Or cette femme de 73 ans (et alors? le grand âge n’excuse rien!) qui sait donc très bien ce qu’elle fait n’a pas mis de barbe ni de poils à ce qu’on ne peut que prendre pour un enfant! On devrait aller voir dans son ordinateur!
    et si M. Cahn n’est pas contente que l’on ampute son « oeuvre » d’un tableau, qu’on lui dise d’enlever toute son oeuvre!
    Je m’étonne que personne ne le lui ait dit! .. Je trouvais que ces personnages rosâtres étaient à vomir…Le détail de celui dont nous parlons est au sommet de l’horreur!
    .J’imagine tous ces ministres et imbéciles, heureux qu’on pollue leur vue de ces affreuses choses.

    1. Regardez plutot vos pretre au lieu d’accuser une vieille dame. Faut-il aussi faire pareil pour Charlie hebdo? Ils ont dessiné des trucs tres borderline.

  6. Le charabia de la ministre n’excuse en rien sa culpabilité d’avoir autorisé une  »oeuvre » aussi ignoble . Honte a elle

  7. Ce Tableau est Politique….de Politique Mondialiste pour leur Gouvernance mondiale, en liens aux plus hauts postes, alors que l’Occident est au plus mal….mais ILS et ELLES s’en fichent puisque les pays, les Nations, ne les intéressent pas….quelles que soient les moeurs, les moyens, les supports, utilisés, la Planète le système solaire est leur Univers…

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter