Nous avons eu, sous M. Hollande, la loi sur les feux de cheminée en Île-de-France ; loi douce aux mais idiote s’il en fut, car sans véritable objet et inapplicable de toute façon.

Au palmarès des inepties, on peut ajouter maintenant la palinodie sur les 80 km/h. Après avoir imposé cela aux Français qui ne lui demandaient rien, le Premier ministre admet que les autorités départementales pourront, sous leur responsabilité, revenir aux 90 km/h sur les routes départementales. Toute la démarche est stupide. Réduire la vitesse pour réduire le nombre d’accidents et leur gravité ? Monsieur de La Palice n’aurait pas désavoué le raisonnement. Mais pourquoi s’arrêter là ? Ça ne suffit pas. Il faudrait encore la réduire…jusqu’à 0 km/h pour être pleinement efficace.

Maintenant, on pourra être autorisé à rouler, sur certaines routes départementales, à des vitesses qui seront supérieures à celles imposées sur des itinéraires nationaux en général plus larges et plus sûrs. En outre, alors que beaucoup se plaignent de la densité des panneaux de circulation qui scandent les vitesses à intervalles parfois hectométriques, on va nécessairement en rajouter, et tel qui roule sur une route à 90 peut se voir verbaliser dès qu’il passe « la frontière du département » en l’absence de toute modification de la nature de l’itinéraire.

Évidemment, tout ça va encore coûter cher. Et puis non, ça ne coûtera rien, c’est vrai : c’est l’État qui paye.

Il y avait une solution simple : abolir la loi « 80 ». Mais ça, c’était trop simple ; il fallait un « truc » tordu ; bien français, quoi !

11 juin 2019

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.