[Tribune] Pour l’union

drapeau_francais

Et si les « nationaux » étaient plus unis que ne le croient les états-majors ? Voici dix urgences pour redresser la France sur lesquelles se sont entendues trois personnalités issues de familles politiques différentes : Bruno Gollnisch, qui fut député RN et soutient la candidature de Marine Le Pen, Sébastien Meurant, sénateur du Val-d’Oise, ancien membre des LR et rallié à Eric Zemmour, et Paul-Marie Coûteaux, ancien député européen souverainiste, soutenant lui aussi la candidature d’Éric Zemmour.

Qui peut nier l’évidence ? Des millions de Français, représentant sans doute la majorité du pays, aspirent à une politique véritablement nationale, seule réponse à la politique d’abandon au fil de l’eau, parée des plumes fanées du « progressisme » et conduite depuis des décennies par de pâles gouvernements déroulant la litanie de réformes annoncées et avortées, tandis que le pays se déclasse en tous domaines. Alors que la division des Français qui refusent le déclin pourrait leur faire perdre l’élection cardinale et que M. Macron, minoritaire dans le pays, ne peut espérer l’emporter qu’à titre de pis-aller, les trois soussignés, en toute loyauté à l'égard des candidats qu’ils soutiennent, lancent à ceux-ci un appel solennel pour qu'ils se parlent et que, au deuxième tour, puis à l'élection législative qui suivra, l'union s’établisse.

Nous sommes persuadés que les programmes de ces candidats, et les aspirations de leurs électeurs, sont moins opposés que ceux des gauches entre elles, et qu’il devrait être possible de s’accorder sur dix urgences.

Ce n’est pas là un « programme commun », mais le constat de convergences que des millions de Français aspirent à mettre en œuvre rapidement.

1. Restaurer l’indépendance nationale et défendre notre identité culturelle face aux forces mondialistes qui les détruisent, à l’américanisation culturelle, au nivellement technocratique dont l’Union européenne est la complice. L’Europe a une civilisation propre, qui a inventé les principes d’égalité et d’indépendance des nations qu’il faut préserver dans une alliance de nations libres.

2. Restaurer l’Éducation nationale par la revalorisation de la fonction enseignante, le rétablissement de la neutralité de l'enseignement, de la discipline et de l'émulation. L’école doit être préservée des intrusions idéologiques, des expériences pédagogiques hasardeuses, des empiètements sur le rôle éducatif des parents, et concentrée sur sa mission : la transmission d’une part aussi grande possible de la connaissance humaine, à commencer par celle des savoirs premiers (compter, lire et écrire en français), des fondements de notre civilisation, des richesses de notre histoire et de notre patrimoine.

3. Rendre à la France son rang de grande puissance industrielle. Il faut mettre fin au « tout tertiaire » et préférer l’intervention pragmatique à tout dogme économique ; protéger notre économie de la concurrence déloyale de pays qui pratiquent le dumping social, sans les normes ni les charges imposées à nos producteurs. Retrouver notre politique industrielle et notre rôle de puissance largement exportatrice. Replacer recherche et université au cœur de la compétition mondiale, pour que savants et techniciens puissent en affronter la « course aux savoirs », déjouant une dépendance sans retour.

4. Défiscaliser l’économie, alléger l’État, relancer le pouvoir d’achat. En tous domaines, l’activité nationale est découragée par une fiscalité confiscatoire, la suradministration, la culture de la dépense et le culte de l’assistanat, qui paralysent jusqu’à l’État lui-même : seule la restauration de la « valeur travail » et du travail bien rémunéré rendra les Français tels qu’ils furent pendant des siècles : libres et créatifs.

5. Retrouver l’écologie humaine, les paysages, les terroirs et la santé globale. Pilier de la sagesse traditionnelle, le vieil impératif écologique a été confisqué par des idéologues sectaires, au point que, de promesse, le progrès lui-même se fait menace. Le souci de la beauté et des traditions, nationales régionales ou locales, les lois de la nature, notamment de la nature humaine, une alimentation raisonnée préservant la santé publique peuvent, et eux seuls, éviter les démesures suicidaires.

6. Protéger la ruralité par une politique d'aménagement du territoire refusant les déserts territoriaux et assurant le maintien de tous nos services publics. Les prix agricoles doivent permettre à nos agriculteurs et éleveurs de vivre de leur travail. Il n’y a pas de pays sans terroirs, sans paysages et surtout sans paysans.

7. Mettre en œuvre un programme généreux d'accueil de la vie et d’aide aux familles afin d'assurer la pérennité démographique de notre nation. Concevoir le principe cardinal de « bio-éthique » dans l’acception précise de ces deux termes trop souvent bafoués.

8. Inverser le courant de l’immigration. Le remplacement des populations européennes par une immigration incontrôlée n’est pas un dogme mais une évidence. En chacun de nos partis, les meilleurs connaisseurs du défi migratoire s’accordent d’ores et déjà sur plusieurs mesures capables de déjouer les menaces qui pèsent sur l’ordre public : faire cesser l’abus du droit d’asile, réformer les lois de nationalité pour que la qualité de Français s’hérite ou se mérite, l'établissement de la priorité nationale dans le logement, l'emploi, les allocations, etc.

9. Rétablir la sécurité et mettre fin à l’augmentation du nombre de crimes et de délits : notamment par l'expulsion sans faiblesse des criminels et délinquants d'origine étrangère, l'augmentation du nombre des magistrats, la construction d'établissements pénitentiaires afin d'assurer l'effectivité des peines, la protection des victimes, la fin des zones de non-droit.

10. Retrouver la grandeur de la France par une diplomatie et une défense indépendantes. Par son histoire et sa géographie, la France, comme toutes les vieilles nations du monde, a des intérêts et des manières de voir qui lui sont propres ; sa puissance militaire, notamment navale, la francophonie, son domaine maritime exceptionnel et son outre-mer assurent son rayonnement mondial. Elle doit avoir les moyens de faire respecter ses intérêts et d’assumer son rôle de médiatrice entre les peuples.

Ces options ne suffiront sans doute pas à assurer le redressement de notre pays, mais elles doivent permettre de recueillir le consensus qui en est la condition préalable. C'est pourquoi nous demandons aux candidats que nous soutenons de les considérer avec la bienveillance que l'on doit à ceux qui se préoccupent de l'avenir de leur patrie.

Bruno Gollnisch

Sébastien Meurant

Paul-Marie Coûteaux

Vos commentaires

107 commentaires

  1. MLP ne passera pas le plafond de verre s’il n’y a pas une union de la droite beaucoup plus républicaine que le prétendu front républicain qui grenouille et magouille …
    Sauront-ils dépasser leur ego pour oeuvrer dans l’intérêt commun ?

  2. Oui, l’union fait la force, et ce doit primer dans le cas d’urgence où le pays de France se trouve aujourd’hui ! Il faut -il nous faut, des personnes déterminées à laisser leurs égos personnels de côté, des personnes volontaires pour aller dans le sens de l’intérêt « commun » que nous devrons soutenir, car NOUS, devrons, devons participer aussi au relèvement de la France ! La surprise ? Voir qu’il y ait encore un petit réservoir de « propres et bien construits » pour le tenter et y parvenir…

  3. Oui, cela aurait été mieux de s’entendre pour une seule candidature au premier tour, quitte à tirer à la courte paille entre les egos ! Mais au second tour elle s’impose cette union … Si Mélenchon ne s’y trouve pas. Et s’il y est, il ne restera plus qu’à pleurer en se disant : Ah si l’on avait su avant !…. Et il ne faudra pas la louper pour les législatives. Est-ce trop espérer ?

  4. C’est exactement ce qu’attendent les électeurs de la vraie Droite, ceux pour qui l’élection 2022 est déterminante pour l’avenir de la France. Puisse ce ralliement se faire! Les responsables concernés sont en effet placés devant une responsabilité historique. Il leur revient d’être à la hauteur de l’Histoire de notre pays.

  5. Alliance….peut-être, mais ensuite que fait-on ? Toutes ces résolutions sont impératives pour la France, seulement il y a Bruxelles et la cour Européenne de justice !
    Comment contrer les traîtres à l’Europe ?
    Sans réponse à cette question, toutes les alliances ne serviront à rien.

  6. Gollnish est exactement sur la ligne du Z et ces 10 propositions aussi. Il fallait bouger avant. Ca fait 10 ans que le RN se gauchise. Si le RN s’était ouvert aux alliances, le Z n’aurait pas eu besoin de se présenter.
    MLP est contre l’union des droites. Elle ne veut pas du soutien du Z si elle est au 2ème tour et fait déjà des clins d’oeil à l’électorat de Mélenchon. Ca n’a aucun sens.
    J’attends de sa part un signe fort en vue des législatives si elle est au 2ème tour si elle veut ma voix

    • non c’est Z qui est sur la ligne Gollnish ! ce n’est pas elle qui a refusé Z au départ c’était l’inverse… Mais lui croit que tout lui est du et n’a aucune considération pour elle. Ce n’est pas une raison parce quelle est une femme pour qu’il la traite avec mépris.

  7. C’est avant le 1er tour qu’il faut s’entendre si l’on ne veut pas courir le risque de se retrouver en 3e et 4e place !

  8. Vous oubliez un point crucial, qui sera la clé indispensable à l’établissement de tout ce que vous avez construit ensemble: L’arrêt immédiat des fournitures d’armes à l’Ukraine et l’ouverture de négociations sérieuse entre Europe, Ukraine et Russie avec l’éviction totale des Etats-Unis de ces négociations. Rien ne pourra être construit en France tant que Washington sera présent pour pourrir la situation en Europe.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois