À quelques jours du premier tour, l’écart n’a jamais été aussi ténu entre les deux candidats, à en croire le sondage publié par Challenges, ce 5 avril : 51,5 % pour Emmanuel Macron et 48,5 % pour Marine Le Pen.

Certes, il ne s’agit que d’un sondage, mais effectué sur un échantillon de « 2.351 personnes, dont 2.200 sont inscrites sur les listes électorales ». Soit un sondage « sérieux », puisque qu’au-dessous de 1.000 citoyens interrogés, la chose relève plus du doigt mouillé que d’autre chose. Pareillement, un seul sondage ne saurait faire le printemps ; mais quand des dizaines de n’en finissent plus de donner le même résultat tout en confirmant baisse et descente des intentions de vote des prétendants à la magistrature suprême, ce n’est pas anodin non plus.

Bien sûr, certains diront que les « mentent », qu’il existe un « vote caché » et que ces instituts nous « manipulent ». C’est généralement ce que l’on prétend quand on est en baisse dans ces mêmes sondages, quitte à les arborer tel un drapeau, dès lors qu’ils sont à la hausse. C’est un peu crétin. C’est surtout très humain. Plus sérieusement, 51,5 % contre 48,5 %, nous voilà dans cette traditionnelle « marge d’erreur » que les sondeurs prennent maintenant en compte, ayant intégré leurs erreurs passées. En mars, les estimations du second tour oscillaient encore entre 53 % et 47 %, quand ce n’était pas entre 58 % et 42 %. La dynamique est donc là : pour Marine Le Pen, ce n’est pas encore perdu, tandis que pour Emmanuel Macron, c’est désormais loin d’être gagné. Certains journalistes paraissent s’étonner de cet état de fait. On est en droit de s’étonner d’un tel étonnement. Après tout, c’est à la troisième tentative que François Mitterrand et Jacques Chirac ont décroché le gros lot. Et quand la dernière fut la bonne, ce fut à la suite d’une campagne rassurante et apaisée. « la force tranquille » sur fond de clocher pour l’un, « la fracture sociale » pour l’autre.

Le premier voulait faire oublier l’arrivée de ministres communistes à son prochain gouvernement. Le second, nourri par les réflexions du sociologue Emmanuel Todd, fit du délitement de la France son principal axe de campagne, laissant le conservateur à Édouard Balladur. Finalement, Marine Le Pen n’agit pas différemment, abandonnant le lyrisme anxiogène, naguère marque de fabrique de… Jean-Marie Le Pen, à son concurrent Éric Zemmour. Bien joué. Plus le polémiste se radicalisait, plus la présidente du Rassemblement national se recentrait.

Et Zemmour, comme naguère Balladur, d’en rajouter dans l’outrance, afin de tenter de remonter la pente. D’où l’improbable « ministère de la Remigration », comme si celui de l’Intérieur ne suffisait pas à régler le problème de l’immigration.

Du coup, la fébrilité n’en finit plus de gagner l’Élysée, surtout à en juger de la dynamique annoncée des reports de voix du second tour. Toujours selon la même source, « 38 % des électeurs de s’abstiendraient, 36 % de ceux d’Anne Hidalgo, 30 % de ceux de Yannick Jadot et 50 % de ceux de Fabien Roussel ». Plus inquiétant encore, 24 % de l’électorat LFI, 26 % de celui du PC et autant d’électeurs LR s’apprêteraient à voter Marine Le Pen ; sans évidemment oublier les 85 % de zemmouriens…

C’est donc sans surprise qu’Emmanuel Macron, voyant ses réserves de voix du second tour s’amenuiser chaque jour davantage, en appelle à faire barrage contre une « extrême droite » fantasmatique, négligeant de fait deux infimes détails. Ce moulin à prières, c’était hier. Quant à cette « extrême droite » aujourd’hui incarnée par Éric Zemmour, elle ne devrait pas être plus menaçante que ça, son champion ayant toute chance de ne pas être présent au second tour. Pour résumer, jamais les jeux n’ont été aussi ouverts.

5518 vues

5 avril 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

68 commentaires

  1. Belle intelligence politique que celle des français, qui vont nous inviter à un Mélenchon V/S Le Pen soit enfin la Gauche V/S la Droite! et RIP pour l’UMPS !
    Léo ou Léa…..jacta est……

  2. La position de Marine Le Pen sur la chasse est décevante. Il lui suffisait d’autoriser le « dimanche sans chasse » : cette formule de compromis siérait à tous. On a vu la colère de Brigitte Bardot, qui suivait Zemmour et qu’elle a lâché pour cela. Donc cette position va déplaire aux femmes, très hostiles à la chasse. Or ce choix qui est, il faut le dire, électoraliste, est contradictoire avec sa volonté de se tourner vers les femmes … Dommage.

  3. Certes pas envisagé et pourtant tout y conduit, oui, à un Mélenchon v/s Le Pen !
    Enfin la vraie Gauche contre la vraie Droite et RIP l’UMPS !

  4. Je rêve d’un second tour sans Macron et entre Marine Le Pen et Eric Zemmour. Les électeurs retourneraient peut-être voter ?

  5. Quand bien même l’élection présidentielle est la condition nécessaire pour penser à un changement de politique, elle n’en reste pas moins insuffisante si les législatives ne la confirment pas. C’est donc en juin de cette année que nous pourrons imaginer vraiment dans quel sens va évoluer notre pays.

  6. Plus jamais MACRON , c’est l’objectif de l’élection ça et rien d’autre, après on verra !!!!

  7. L’échéance approchant ,comme par hasard l’écart diminue !! Les sondeurs auraient ils peur d’avoir « claironné » un Macron gagnant avec plus de 10 points d’avance et de passer pour des « comiques » ?? Où seraient ils simplement à la « botte  » du pouvoir eux aussi ???

  8. Quel est l’intérêt de faire un sondage électoral comportant des personnes non inscrites sur les listes?

  9. L’objet de ce sondage est d’abord de nous faire croire à un second tour joué d’avance. Macron-Le Pen, comme en 2017
    Stratégie classique de manipulation qui oriente le débat sur l’information secondaire, ce qui permet de valider l’information principale. C’est ce que fait un vendeur de voiture quand il vous demande de choisir la couleur alors ue vous n’avez pas dit oui…

  10. C’est simple : Tout sauf macron. Priorité absolue à l’un des deux nationaux. Même s’ils font un quart de leur programme on aura déjà retrouvé la joie.

  11. Cher Mr Gauthier on vous a connu plus fin analyste politique…
    Votre franche adhésion à la fiabilité des sondages laisse rêveur….
    Rendez vous dimanche soir donc!

  12. Marrant, ce deuxième tour déjà joué que nous vendent les médias de grand chemin (mainstream…) à grands renforts de propagande.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter