Il était triste, ce jeudi soir, place Denfert-Rochereau.

Nous étions là, le cœur lourd et la gorge nouée pour rendre hommage à et à toutes les victimes de la violence migratoire de ces dernières années. Et Dieu sait que la liste est longue.

Nous étions quelques centaines. Un millier au plus. Une misère.

Sans aller chercher de l’autre côté de l’Atlantique, où des millions d'Américains de toutes les couleurs sont descendus dans la rue pour George Floyd, parfois avec violence, les manifestations, en France, pour Adama Traoré, sont encore dans toutes les têtes. Le comité éponyme était capable de mobiliser, à chacune de ses sorties, des foules impressionnantes. Le 2 juin 2020, soit quatre longues années après le décès dans des circonstances floues de ce jeune délinquant multirécidiviste, ils étaient encore plus de 20.000 à se rassembler pendant des heures pour scander « Justice pour Adama » et caillasser les flics.

Pour , il n'y avait désespérément personne. Ou presque.

Les Français s'indignent sur les réseaux sociaux, grondent dans les sondages, s'énervent dans les conversations. « Oui, il y en a plus que marre ! »

Mais voter pour que ça change ? « Bah, ça ne sert à rien. » Donc, on s'abstient beaucoup. Mais les autres, eux, y croient. Donc ils votent, ils gagnent et ils gouvernent. Depuis des décennies. Quant à descendre en force dans la rue pour hurler sa colère froide ou chaude pour en toute sécurité – car la ne va ni gazer ni éborgner –, ça, non !

« 18 h 30, pensez-vous ! Il y a les courses, le bain des enfants, le cours d'aérobic au club de gym, l'émission "N'oubliez pas les paroles", l'envie de se détendre après une journée de boulot ; alors Lola, je compatis bien sûr, mais en plus je peux pas… »

Les oukases pour arriver à cette énième léthargie nationale ont, comme à l’accoutumée, fusé de partout. Nombreux et persuasifs. « Ne faites pas de la récupération politique ! Respectez le deuil de la famille qui appelle au calme et au respect ! » et autres commandements pour que cette histoire soit étouffée. Et, surtout, qu’elle n’interroge aucun des choix politiques en matière migratoire.

Ce qui est fascinant, c’est que les gaucho-« progressistes » et les « racisés » ne se laissent jamais intimider par ce type d'injonctions. Et les exemples abondent.

Le 5 juin 2013, le jeune ultra-gauchiste Clément Méric mourait dans une rixe avec des jeunes d'ultra-droite, une confrontation qu'il avait cherchée. Cela ne justifie ni ne légitime bien évidemment cette fin tragique. Mais l'exploitation médiatique anti-extrême droite fut immédiate : à peine trois jours plus tard, le 8 juin, et alors qu'il n'était pas encore enterré, plus de 4.000 personnes étiquetées à la gauche de la gauche manifestaient contre le « péril fasciste » dans Paris pendant que d'autres manifestations s’organisaient en province. In petto, avant tout procès, Valls faisait dissoudre un groupuscule de l'ultra-droite, pour l'exemple.

Même schéma pour Rémi Fraisse, un militant écologiste radical, qui meurt un an plus tard dans une confrontation violente avec la gendarmerie. Son corps avait à peine eu le temps de refroidir que médias, politiques et mouvements de gauche exploitaient ce décès tragique pour pointer la « violence des forces de l'ordre ».

Et n’évoquons pas le sort tragique et l'image bouleversante du petit garçon syrien Aylan retrouvé, avec sa mère et sa fratrie, mort sur une plage de Méditerranée. Libération, Le Monde, Paris Match, et consorts ont-ils demandé l’autorisation du père survivant (lui seul avait un gilet de sauvetage, d'ailleurs, et s'est promptement remarié) pour afficher, dès le lendemain en couverture, la photo de son fils martyr afin d'exiger que les portes de l'Europe s'ouvrent en grand, y compris à des délinquants et à des terroristes ? Pour ces médias et les immigrationnistes, ce n'était pas de la récupération, de l’instrumentalisation, de l’indécence et autres mots d’ordre débiles lancés à la cantonade quand coupables et victimes ne sont pas dans les bons godets de la palette « progressiste » et qu’ils n’en respectent pas les codes couleur.

Même quand des quartiers entiers s’embrasent après la mort d’un délinquant poursuivi par la , nos élites médiatico-politiques n’expriment ni colère ni dégoût. Au contraire transpire toujours dans leurs prises de parole une forme de compréhension « dans l’attente que toutes les circonstances de ce drame soient élucidées », selon la formule consacrée. Rien sur les voitures brûlées, les Abribus™ détruits, les éventuels policiers blessés. Tout ça est devenu presque normal, depuis le temps. L’important, c’est la victime. Et, encore mieux, la victime « racisée » et délinquante ; c’est excellent pour la « cause » de l'invasion. Victime d’un fonctionnaire de police ou d’un gendarme, c’est le saint Graal. Mais descendre silencieusement et dignement dans la rue pour rendre hommage à Lola, victime de l'ultra-violence qui découle de la colonisation de peuplement du sud et de l'est de la Méditerranée, là, c'est honteux et « indécent ». Le logiciel est calé, bloqué, inviolable : l', c'est que du bon !

La France baigne dans une atmosphère crépusculaire. Il y a quelque chose de la période 1940-1944 dans le climat actuel, mélange d'impuissance défaitiste du pouvoir, de collaboration d'une grande partie des élites, de résignation populaire, de souci du ravitaillement… euh, désolé : du pouvoir d'achat.

Ce pouvoir d'achat qui lui, en revanche, peut mettre les Français sur les ronds-points ou dans la rue pendant des mois.

Pour défendre notre portefeuille, là, pas de problème, pas de demi-mesure, pas de mièvrerie : on y va franco. Mais pour défendre la France, là, y a toujours mieux à faire.

C'est terrible à dire, mais où en serait donc aujourd’hui l', dont la défense de la souveraineté et de l’identité fait l’admiration d’Emmanuel Macron, de BFM TV, de LCI et de tant d'autres, si le fatalisme français y prévalait ? Zelensky et son gouvernement auraient sans doute foutu le camp à Varsovie ou à Londres et le drapeau russe flotterait partout.

« Vous débloquez, ça n’a rien à voir », nous répondront les thuriféraires de la bien-pensance. À peine. Car, aujourd’hui, il ne fait guère de doute que si nous finissons par perdre notre pays, il ne faudra nous en prendre qu’à nous, et à nous seuls. Pire. Si une telle funeste issue devait se matérialiser, il ne faudrait pas compter, cette fois-ci, sur les « Brits » ou les « Ricains » pour nous libérer.

Et soyons d'une clarté absolue sur cette mobilisation. La mort atroce de la petite n'est pas plus atroce que s'il s'était agi d’une petite Yasmina tuée par une Dahbia ou une Géraldine. Ce n'est évidemment pas la race de la victime et de l'auteur qui est en jeu. Ce qui provoque ce débordement d'indignation sourde, c'est l'accumulation de délits et crimes commis par certaines immigrations et dont le peuple français est très majoritairement la victime.

Nous avons sans doute l'un des plus beaux et l'un des plus riches pays du monde. Très logiquement, il crée l'envie de l'envahir et de le modeler à son image par cette « misère du monde » dont nous n'avons pas pris QUE « notre juste part » mais une part disproportionnée et croissante.

Mais en même temps, si nous ne le défendons pas, si nous ne le défendons plus, ils auraient tort de se gêner. C'est l'histoire du monde depuis les origines. Une terre se défend. La défendre ne garantit jamais de la garder. Mais ne rien faire pour la défendre garantit de la perdre. Aux Français de choisir.

Jean Messiha
Président de l’Institut Apollon

Frédéric Amoudru
Directeur des études et de la stratégie de l’Institut Apollon

11795 vues

22 octobre 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

66 commentaires

  1. Votre analyse Monsieur Jean Messiha est malheureusement vraie, mais incomplète. En effet, qui a envi aujourd’hui de se retrouver gazé comme cela s’est déjà produit lors de la manif pour tous, bousculé par des forces de l’ordre qui obéissent au doigt et à l’oeil à un préfet aux ordres d’un gouvernement menteur et incapable. Non, il ne faut pas voir dans cette résignation un déni de la réalité et une non dénonciation de la déliquescence de notre beau pays. Non, ce silence, cette réaction froide exprimée uniquement sur les réseaux sociaux est au contraire le signe d’une exaspération toujours plus grande qui devrait d’ailleurs attirer l’attention des pleutres au pouvoir. Une colère rentrée est plus dangereuse qu’une manifestation, l’explosion approche et malheur à celui qui ne veut pas l’entendre.

  2. Tant pis pour nous, nous entrons en décadence parce que nous ne savons pas voter pour Celui , ou celle, qui nous sauvera , mais aussi parce que Nous, le Peuple, ne manifestons que pour recevoir toujours + d’argent et défendre nos privilèges professionnels , mais se battre pour la Patrie, c’est bien terminé.

  3. Monsieur Messiha, j’habite à 30 kms de Paris, mais je n’ose pas revenir chez moi après 20 heures par les transports en commun. Voilà où nous en sommes. Ne croyez pas pour autant que je suis insensible au sort de la petite Lola.

  4. Les oukases ? . Sommes nous en Russie ?. Décision arbitraire serait le bon mot il me semble. Restons Français, SVP

  5. J’ai du mal à comprendre l’autoflagellation des gaulois, ce racisme inversé. Serait-ce un syndrome de Stockholm ? Nous ne sommes pas responsable des échecs des racisés et des maghrébins qui après plus de 60 ans d’indépendance et de marasme, fuient leur incompétence pour venir se plaindre, exiger des droits et jalouser ce qu’ils ne sont jamais parvenus à réaliser.

  6. Comme le répète assez souvent Zemmour : » à partir d’un certain nombre, la quantité devient une qualité ». Tant que les femmes françaises préfèreront des postes de directrice que celui (admirable) de mère de famille et que les garçons ne se reonstruiront pas (ne se reviriliseront pas) en cessant d’appliquer le fameux Principe de Précaution, celà ira de mal en pis. La solution politique est donc : arrêter les écoles mixtes- appliquer une discipline de fer, comme celle de l’ancien service militaire, chez les garçons et des cours de planning familial chez les filles, bref, tout le contraire de ce que nous ont obligé à faire les Rockfeller depuis 60ans.

  7. Merci Monsieur, vous êtes amer et je vous comprend ! il y a longtemps que nous devrions n’être plus français si vous et d’autres n’étiez pas à notre défense ! Mais aujourd’hui il nous faut, il me semble, bien que fatiguée aussi, nous organiser de la « façon militaire « , c’est à dire une organisation stricte et efficace pour employer toutes les forces ! comme pour la guerre, et vous le décrivez très bien, c’était le moral qui pouvait faire la différence ..( voir Stalingrad ) alors pourquoi cette baisse de régime ? ( bien que je sache en partie ) il faut peut être se poser la question sans passion, car vous êtes passionné, avec l’aide d’ éléments extérieurs, et très vite y répondre ! Pour la manif, nous n’habitons pas tous Paris et pour la gauche, c’est dans leur ADN

  8. Les français qui se disent indignés et revulsés par cette horreur feront ils enfin le nécessaire pour y mettre fin, en votant en conséquence ? C’est tout ce qui peut nous sauver. Mais dans 3, 6 mois, ils auront oublié Lola, ou il y aura une nouvelle victime, ou ils seront rassasiés par les fêtes de Noël. Alors penser à ce qu’ils vont voter, c’est une autre histoire……

    1. Voter en conséquence ! je le fais, mais enfin quand on lit certains articles, même « ces autres  » pour lesquels je vote, n’y pourront rien, sinon de leur demander TRES PRECISEMENT comment ils feront ! : je lis , par exemple et ailleurs, que des accords de 68 nous lient – pieds et mains – à l’Algérie ! si nous ne mettons pas un terme à ces accords, il y aura encore des morts, celle de Lola, certes mais il y en a eu d’autres .. alors commençons par le début, et demandons expressément comment y remédier ! sinon nous n’arriverons à rien, et nous pourrons toujours écouter ceux …qui ne nous en parle pas !

  9. Bouleversant article, qui parle de la France , à l’image de ce que Romain Gary écrivait de la France Libre…

    Ou es tu, notre cher et vieux Pays ?

    Existes tu encore ailleurs que dans les contes et légendes de notre enfance ?

    Merci à Jean Messiha d’être là pour nous l’écrire…

  10. Excellent, bravo Mr Messiha, mais ce « grand peuple Français » est devenu pleutre et lâche et en pleine
    décadence alors !….

  11. Je comprends cet appel à la manif, et suis sidéré par cet assasinat, et peut importe l’assassin et son mobile. Ceci est horrible et pour moi mérite le châtiment suprême : tu as ôté une vie j’ôte la tienne.
    Mais il y a la famille, une maman, un papa, des grands parents, qui demandent silence et recueillement.
    Alors laissons passer la douleur de cette famille et allons après manifester, pas dans la rue comme des sauvages mais dans les urnes, comme des personnes éduquées.

    1. Ah ! parce que vous croyez encore aux urnes ? Vous avez vu des sauvages à la manif de 18h30 ? moi pas, vous devez regarder « ailleurs  » , le doigt par exemple !

    2. La famille n’a rien demandé de telle. Elle a même, parait-il, précisé qu’elle n’était pas contre les rassemblements en hommage à Lola, mais la classe politique et médiatique le lui a fait dire car nos élus, souhaitaient que ce drame passe le plus inaperçu possible. Il faut surtout continuer à en parler.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter