Sondages : Marine Le Pen s’installe en tête

© Geoffroy Antoine
© Geoffroy Antoine

Marine Le Pen, reine des sondages ?

Le sondage commandé par le magazine économique Challenges à Toluna et Harris Interactive est riche d’enseignements, quant au premier tour de l’élection présidentielle à venir. Il y a là trois configurations envisagées avec des candidats, tous plus ou moins issus de la présidence en cours, face à Marine Le Pen. Dans la première configuration, Marine Le Pen serait confrontée à Édouard Philippe : l'ancien Premier ministre obtiendrait 24 %, contre 30 % pour l'ancienne présidente du RN. La deuxième avec Bruno Le Maire donnerait seulement 16 %, contre 32 % pour Marine Le Pen. La troisième, avec Gérald Darmanin, afficherait 10 %, contre 33 %.

Et quel serait le résultat de Jean-Luc Mélenchon, l’autre candidat « populiste » ? 16 % face à Édouard Philippe, 18 % contre Bruno Le Maire et 19 % si Gérald Darmanin relevait le flambeau macronien. Bref, le second tour lui échapperait une fois encore.

Mais il y a d’autres indications à tirer de ces chiffres. L’effondrement des LR, avec un Laurent Wauquiez oscillant de 5 % à 7 % des suffrages. Et la bonne tenue d’Éric Zemmour, donné à 7 % ou 8 %, soit son score de 2022. Il avait voulu remplacer le Rassemblement national ? Ce sont les Républicains qu’il est en train de supplanter. Ce à quoi il convient encore d’ajouter le socle de 2 % d’un Nicolas Dupont-Aignan ayant, lui aussi, réussi à fédérer d’autres électeurs déçus par cette même droite de gouvernement.

Le même phénomène peut également s’observer chez la ci-devant gauche de gouvernement. Le Parti socialiste et son candidat non déclaré, Bernard Cazeneuve, évoluent en eaux électorales très basses : de 5 % à 8 %. Pis, le mouvement jadis fondé par François Mitterrand, écrasé par l’hégémonie de La France insoumise, se voit maintenant aussi concurrencé par un autre revenant, le Parti communiste, dont l’homme lige, Fabien Roussel, consolide le socle électoral, avec 5 %. Il fait désormais jeu égal avec EELV et son candidat putatif, Yannick Jadot. Une évidence s’impose : le monde politique d’avant n’est plus exactement celui d’aujourd’hui.

Mais quid du second tour ? Là, le duo Harris/Toluna est moins prolixe. Il nous dit malgré tout que 67 % des sondés estiment que Marine Le Pen a des chances de l'emporter.

Il est vrai que pour la première fois de sa carrière politique, elle peut compter sur de conséquentes réserves de voix. Les 7 % de Zemmour et les 2 % de Dupont-Aignan. Elle peut aussi miser sur certains électeurs mélenchonistes et communistes. Après le « tout sauf Le Pen », le « tout sauf Macron » ? Certes, ce dernier ne pourra se représenter, mais rien ne dit qu’Édouard Philippe, sorte d’Alain Juppé en pire, pourra se faire passer pour un Emmanuel Macron en mieux.

Il ne s’agit que de simples enquêtes d’opinion. Et nombre de nos lecteurs seront tentés de dire que les sondeurs se sont toujours trompés, ce qui est à la fois faux et vrai. On a pu croire qu’Édouard Balladur serait élu dès le premier tour en 1995 alors qu’il n’a même pas pu participer au second. Pareillement, aucun institut n’a su anticiper l’irruption de Jean-Marie Le Pen en 2002. Sauf que si : à quelques jours de ces deux scrutins, les sondeurs donnaient, à quelques décimales près, le résultat final.

Car le sondage est dans la vérité le jour où il a été effectué, mais peut se trouver dans l’erreur une semaine plus tard. Ainsi, les résultats du premier tour de la prochaine élection présidentielle de 2027, sont « vrais » aujourd’hui, mais seront peut-être « faux » dans trois ans. L’autre erreur à ne pas commettre est d’imaginer que ces instituts sont là pour formater l’opinion, obéissant à on ne sait quel chef d’orchestre clandestin. La vérité est autrement plus triviale. Les sondages coûtent cher et ceux qui les commandent, hommes politiques et journaux, en veulent malgré tout pour leur argent, à moins de perdre le peu de crédibilité qui leur reste.

Et ces fichus sondages, encore faut-il savoir les lire. Car un seul d’entre eux ne dit finalement rien. Mais quand, enquête après enquête, ils finissent par tous susurrer la même chose, voilà qui devient intéressant. Non point pour le résultat à venir, mais pour les dynamiques du moment et les tendances de fond.

Nicolas Gauthier
Nicolas Gauthier
Journaliste à BV, écrivain

Vos commentaires

33 commentaires

  1. Même si Marine le Pen était à 90% d’avance dans les sondages, elle serait battu à 40 contre 60% dans n’importe quelle élection, aujourd’hui ou demain. Le système de diabolisation lancé par Mitterrand peut fonctionner 1000 ans sur les tarés de Français, il n’y a qu’a voir le classement : Edouard Philippe ou Bruno Le Maire dans les 3 premiers, à eux deux ils doivent avoir 12 de QI mais nos concitoyens espèrent les voir aux commandes. Ce pays est en voie de disparition et ce n’est pas un complot mais la connerie des Français.

    • « Edouard Philippe ou Bruno Le Maire dans les 3 premiers, à eux deux ils doivent avoir 12 de QI »
      Oui, exact, enfin pour moi.
      Car peut être sont ils plus intelligents mais machiaveliques?

  2. Sans doute, mais parce qu’avec son Programme du R.N., ses paroles très attachantes adressées à la majorité des électeur(trice)s la plupart sans analyse profonde, eh bien elle est devenue de Gauche, Gauche Républicaine certes, mais Gauche quand même….et que vu la dette astronomique la plus importante de toute l’Europe il m’étonnerait qu’elle change bien des sujets….sauf peut être à prendre des voix au Centre et à la Nupes….N’oubliez pas que MLP plait plus au « Système » en face à face qu’E. Zemmour Reconquête pour le vrai changement avec sincérité, qui ne change pas depuis plus de 30 ans….

  3. Tout sera balayé par des évènements imprévus. Tout sera mis en oeuvre pour que nous tombions dans les abîmes.

  4. De grâce, ne nous faites pas dès maintenant et pendant 4 ans le futur hypothétique match de la prochaine présidentielle !! La France est au bord de l’assistance respiratoire…. dans quel état sera t’elle….?

  5. Que le ciel nous préserve de cette brave dame Le Pen ! On ne va tout de même pas voter à gauche pour éviter cette calamité. Il doit bien y avoir quelque part à droite un personnage capable de fédérer la majorité des français. Ou bien c’est à désespérer !

  6. Il y a encore 4 ans avant la prochaine élection, il peut se passer bien des choses d’ici là. De plus, Marine Le Pen est de gauche, et la seule configuration qui pourrait me faire voter pour elle serait celle où elle arriverait en finale contre Mélenchon (ou n’importe quel candidat assimilé nupes-LFI). Enfin, si Z est vraiment sincère sur sa volonté qu’un candidat de droite arrive enfin au pouvoir, il va falloir qu’il comprenne que si son programme est excellent, sa personnalité ne pourra jamais séduire le nombre de votants nécessaires, et qu’il va donc falloir, et tous les autres candidats de droite (Wauquiez, Dupont Aignan, etc.) qu’ils s’entendent sur un programme et un seul candidat ; sinon, on aura droit à Edouard Philippe (dans le meilleur des cas) ; garanti sur facture !

  7. Perso j’attends que Philippot se présente ! Lui au moins clame ce que nous pensons et ne croit pas , comme Marine le croit, que l’islam est compatible avec la République !!! Ceux qui souhaitent Marine c’est sûrement car elle est pour la retraite à 60 ans. En ce moment c’est tout ce qui compte pour les français ! Ils oublient tout le reste ??

  8. Info ou intox ? La bataille idéologique suit son cours. Attendons le résultat du « sondage » électoral sorti des ordinateurs de DOMINION.

  9. L’important n’est pas la présidentielle, ce sont les législatives. Ce qu’il faut c’est le RN ait la majorité absolue à la chambre.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois