Selon L’Express, un fiché S pour islamisme se présenterait comme tête de liste à Goussainville

L’Express rapporte qu’Abdelaziz Hamida, conseiller municipal sortant de Goussainville, commune du Val-d’Oise, élu en 2014 sur une liste de gauche avant de passer dans l’opposition, va briguer la mairie. Né dans cette ville, âgé de 43 ans, il est titulaire d’un master en droit et s’affiche comme un entrepreneur et un cadre associatif (il a présidé le football club de Goussainville). Un bon profil pour une élection municipale. Mais il y aurait un hic.

Cet homme affirme « agir en homme libre, en élu de terrain en phase avec les réalités du territoire et avec [s]es convictions chevillées au corps ». Il se présente, d’ailleurs, comme tête d’une liste sans étiquette, avec le slogan « L’Audace du renouveau ». Sans étiquette, mais fiché S, selon les informations de L’Express. Il serait proche du mouvement fondamentaliste Tabligh, dont le nom a été cité dans le dossier judiciaire de la filière djihadiste de Lunel. Il serait surveillé en raison de ses activités prosélytes et de ses accointances avec d’autres personnes soupçonnées de radicalisme.

Et alors ? direz-vous. Comme le note le rapport d’information du Sénat du 19 décembre 2018, « les fiches S ne constituent pas, contrairement à de nombreuses idées reçues, un indicateur de la dangerosité d’une personne ». Au demeurant, il s’est déjà présenté aux législatives de 2017, dans la 9e circonscription du Val-d’Oise. S’il n’a obtenu que 5,76 % des suffrages, il est arrivé en tête à Goussainville, avec près de 22 % des suffrages exprimés. Il précise, sur son site, être « un candidat qui n’appartient à aucun parti, à aucun mouvement ». Il jouit donc, dans cette ville, d’une certaine popularité et il serait contraire à la démocratie de faire obstacle à sa candidature.

Dans un communiqué du mercredi 26 septembre, l’intéressé annonce que « face aux accusations mensongères, aux calomnies et à la diffamation, [il a] décidé de poursuivre ce soir l’hebdomadaire L’Express ». Il a saisi la Justice, ainsi que le ministre de l’Intérieur, afin que « toute la lumière soit faite sur cette sombre affaire et que les prétendues preuves [qu’il est] fiché S soient livrées ». Il conclut en s’adressant aux Goussainvillois : « Ne vous laissez pas voler l’élection municipale de mars 2020 ! »

Laissons donc la Justice suivre son cours et L’Express apporter, s’il le souhaite, des explications. Quoi qu’il en soit, force est de constater que de plus en plus d’activistes islamiques prétendent s’inscrire dans le jeu démocratique en se présentant aux élections ou en ostracisant les candidats qui ne leur plaisent pas. Ainsi, l’Union des musulmans démocrates de France s’est déjà essayée aux élections européennes, n’obtenant, certes, que 0,13 % des votes, mais atteignant des scores non négligeables dans certains quartiers. Ce qui ne peut qu’encourager les islamiques à tenter leur chance aux municipales, manifestant ainsi un communautarisme politique.

De toutes façons, qu’on le regrette ou non, légalement, rien n’empêche un fiché S de se présenter à une élection. Il n’est pas besoin d’avoir un casier judiciaire vierge pour se présenter à une élection ; alors, une fiche S ! Il serait effectivement souhaitable que le gouvernement fît toute la lumière sur cette affaire : les habitants de Goussainville doivent pouvoir faire le choix de leur maire en toute connaissance de cause.

À lire aussi

À France Inter la parole de Bernard Guetta était d’or ; son salaire aussi !

On ne lui reproche pas d'être passé par l'extrême gauche pour finir sous la bannière d'Emm…