[Satire à vue] Les mauvaises notes sont une répression. Une députée LFI innove

Clémence Guetté

La député LFI invitée dans « Télématin » arrive tout droit des manifestations en hommage à Nahel. Sa main droite est encore engourdie de s'être serrée en un poing fier et revendicateur. Ce n'est pas le moment de l'interroger sur le très bas niveau des élèves en orthographe. Tant pis, le journaliste risque la question : « Est-ce qu'il faut davantage pénaliser les fautes d'orthographe au bac, comme le souhaite le ministre de l'Éducation ? » Clémence Guetté n'en revient pas : « La répression jusque dans le bac ! C'est quand même fou, ça. » Allez... direction place de la République. Un coup de fil à Mélenchon et à la clique Traoré, impression de tee-shirts « Justisse pour les cancres ». Dans une heure, montre en main, la place de la République est noire de monde.

Avant de déclencher un vaste plan de mobilisation, la députée justifie son souhait d'en finir avec la violence des correcteurs du bac. Plutôt que sévir par des notes lancées comme des projectiles sur des élèves sans défense, il faut... Clémence Guetté déroule alors, non sans pertinence, la longue liste des défaillances de l'État sur le terrain de l'enseignement. « Ils se disent pas, peut-être qu'il faudrait remettre davantage de cours [...] peut-être qu'il y a pas assez de profs... C'est relever le niveau de formation, qu'il faut, pas mettre des mauvaises notes à tout le monde. »

En attendant ce sauveur qui remettra l'école à l'endroit, que faut-il faire, s'interroge le journaliste : « On continue de donner des bonnes notes à de mauvaises copies ? »  Zéro ! Sa déduction mériterait un blâme. Une exclusion de « Télématin » pour quelques jours. « Non ! » s'exclame l'élue insoumise. « Mais on se pose la question des moyens et de la formation des gens. »  Pas de mauvaises notes, pas de bonnes non plus. À défaut d'évaluation de son niveau, l'élève peut instaurer des règles d'orthographe toutes personnelles. Adapter les mots à son ignorance et enfin se décerner le bac avec mention. « Je m'ai trouvé excellent. »

Les élèves de certains quartiers manquaient de prétextes pour incendier les écoles. Les mauvaise notes vues sous l'angle de la répression leur en fournissent un nouveau. Il faut toujours compter sur un député LFI pour remotiver les esprits assagis. Parents d'ados, pour vos grillades sur barbecue, exigez l'allume-feu Mélenchon. Reprise automatique des flammes début septembre.

Jany Leroy
Jany Leroy
Chroniqueur à BVoltaire, auteur pour la télévision (Stéphane Collaro, Bêbête show, Jean-Luc Delarue...)

Vos commentaires

42 commentaires

  1. Je lui donne raison sur un point : il ya de moins en moins d’heures d’enseignement de Français au collège.
    C’est passé de 7 h / semaine (années 70) à 4h30.
    Ensuite, de nombreuses « nouveautés » sont prises sur les heures de cours : sensibilisation harcèlement, discrimnation LGBT, exercice attentat, alerte SEVESO, environnement, sécurité routière …
    Sans oublier que les cours s’arrêtent souvent, dans les faits, tôt en juin, voire largement avant, pour cause d’examen passés dans l’établissement … le niveau baisse, c’est évident.

  2. Et cette dame qui sait tout sans doute a combien d’enfants ? Avec quelle réussite ? Il est vrai qu’à 31 ans…

  3. il faut élargir le podium pour les promotions de la connerie ! il y a trop de monde qui veut être  » prem’s » dans cette catégorie ! Mais d’où elle sort encore celle là ? Soit elle a besoin de  » reconnaissance » et a compris qu’en disant de grosses ânneries on parlerait d’elle, soit elle croit ce qu’elle dit et alors on peut se demander ce qu’elle fait là !
    Une note n’est pas une  » agression’ une note est une appréciation de ce qui est présenté – Si elle est mauvaise c’est que ce qui est présenté l’est aussi – il n’y a pas besoin d’avoir fait de hautes études pour le comprendre, même mon petit fils de 6 ans comprends çà ! Je ne sais pas à quoi ils carbure à LFI mais à l’évidence ils n’ont plus la lumière à tout les étages!

    • Ben, elle imite Rousseau ( Sandrine ) ; elle a vu que ça marchait, comme pub…D’autres s’y mettent plus tardivement, mais ils ont des choses à peu près censées à raconter, par exemple après 40 et quelques années de « bouteille » enfin arrivée à maturité..

  4. On a déjà le nom de la future ministre de l’Educ’Nat! Après celui qu’on a actuellement, pourquoi pas.

  5. Toujours facile de prôner le statu-quo débilisant de l’enseignement quand on est enfant d’enseignant. Elle a certainement profité des cours particuliers de ses parents pour avoir un niveau scolaire lui permettant de faire des études brillantes. Il faut regarder de près les résultas des enfants d’enseignants dans les meilleurs filières pour comprendre qu’il n’ont aucun intérêt à ce que la concurrence d’enfants des quartiers difficiles majoritairement ouvriers ne viennent bousculer leur réussite.

  6. Et si les profs étaient notés et sanctionnés en fonction des résultats obtenus par leurs élèves en orthographe? Il faut remettre la dictée quotidienne en place à partir du cours préparatoire.

  7. Même si elle fait partie des destructeurs islamo-gauchistes patentés, elle n’a pas tout-a-fait tort, car le premier responsable c’est bien depuis 1968 l’Etat laxiste, menteur et incapable avec un corps d’enseignants gauchistes dénaturés . Que les élèves ne travaillent pas suffisemment certes mais l’irresponsabilité des parents ne l’aide pas vraiment. Au total à chaque faute correspond un adulte qui quelque part n’a pas fait son boulot; C’est à l’EN d’instruire et aux parents d’éduquer.

  8. Là où elle a raison, c’est qu’il faudrait revoir de toute urgence la formation des députés de la France Incendiaire. Le mieux serait qu’ils démissionnent toutes et tous et qu’ils soient formés, en centre éducatif, pendant 3 ans, notamment à aimer le pays qui les biberonne

  9. Je dirais tout simplement que cette Dame est « CUISTRE ». Définition = « pédant, vaniteux et ridicule » , un peu comme le ministre de l’Éducation Nationale.

  10. Et pourquoi pas ? Les barbares imposent déjà leurs règles en détruisant les édifices publics, sans risquer grand chose, ces biens financés par l’argent du con-tribuable, celui qui bosse et qui paye des impôts (l’argent de la drogue et autres trafics n’étant pas imposable …. bien que pris en compte par notre ministre Lemaire dans l’estimation de la richesse de la France …. Alors chosir son orthographie et sa grammaire, c’est moins ravageur, non ? On n’est plus à une ineptie près en absurdie !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois