[Satire à vue] Les mauvaises notes sont une répression. Une députée LFI innove

Clémence Guetté

La député LFI invitée dans « Télématin » arrive tout droit des manifestations en hommage à Nahel. Sa main droite est encore engourdie de s'être serrée en un poing fier et revendicateur. Ce n'est pas le moment de l'interroger sur le très bas niveau des élèves en orthographe. Tant pis, le journaliste risque la question : « Est-ce qu'il faut davantage pénaliser les fautes d'orthographe au bac, comme le souhaite le ministre de l'Éducation ? » Clémence Guetté n'en revient pas : « La répression jusque dans le bac ! C'est quand même fou, ça. » Allez... direction place de la République. Un coup de fil à Mélenchon et à la clique Traoré, impression de tee-shirts « Justisse pour les cancres ». Dans une heure, montre en main, la place de la République est noire de monde.

Avant de déclencher un vaste plan de mobilisation, la députée justifie son souhait d'en finir avec la violence des correcteurs du bac. Plutôt que sévir par des notes lancées comme des projectiles sur des élèves sans défense, il faut... Clémence Guetté déroule alors, non sans pertinence, la longue liste des défaillances de l'État sur le terrain de l'enseignement. « Ils se disent pas, peut-être qu'il faudrait remettre davantage de cours [...] peut-être qu'il y a pas assez de profs... C'est relever le niveau de formation, qu'il faut, pas mettre des mauvaises notes à tout le monde. »

En attendant ce sauveur qui remettra l'école à l'endroit, que faut-il faire, s'interroge le journaliste : « On continue de donner des bonnes notes à de mauvaises copies ? »  Zéro ! Sa déduction mériterait un blâme. Une exclusion de « Télématin » pour quelques jours. « Non ! » s'exclame l'élue insoumise. « Mais on se pose la question des moyens et de la formation des gens. »  Pas de mauvaises notes, pas de bonnes non plus. À défaut d'évaluation de son niveau, l'élève peut instaurer des règles d'orthographe toutes personnelles. Adapter les mots à son ignorance et enfin se décerner le bac avec mention. « Je m'ai trouvé excellent. »

Les élèves de certains quartiers manquaient de prétextes pour incendier les écoles. Les mauvaise notes vues sous l'angle de la répression leur en fournissent un nouveau. Il faut toujours compter sur un député LFI pour remotiver les esprits assagis. Parents d'ados, pour vos grillades sur barbecue, exigez l'allume-feu Mélenchon. Reprise automatique des flammes début septembre.

Jany Leroy
Jany Leroy
Chroniqueur à BVoltaire, auteur pour la télévision (Stéphane Collaro, Bêbête show, Jean-Luc Delarue...)

Vos commentaires

42 commentaires

  1. Je n’avais jamais entendu parler de cette imbécile.

    Sans les médias, dont beaucoup sont à leurs bottes, les membres de LFI seraient balayés lors de chaque élection.

  2. Mettons cette bande de tordus à la mise en place et à l’organisation des « JO de Paris 2024 » ! ..La réécriture des règles des épreuves sportives de toutes les fédérations est prioritaire car le COJO actuel veut « des JO inclusifs » ! …

    jusqu’où cette bécasse va chercher à briller par son ineptie ? … Donner un « pouvoir » à des insignifiants et certains se sentent devenir des maréchaux d’empire … de pire en pire ! … Un coup de karcher « démocratique » avant qu’il ne soit trop tard en allant voter … Sinon la rue sera « invivable » dans tous les sens du terme ! …

  3. Pour avoir été formateur, une mauvaise note d’un élève posé question, plusieurs mauvaises note est un échec pour le formateur, une sanction de son travail.

  4. L’abrutissement payé 6000€ par mois plus indemnités parlementaires si affinité ! On sent bien la formation de « ce.tte député.e » élevée au biberon de l’incurie éducative.

  5. Quelle est cette idiote ? Dans n’importe quel domaine et en particulier dans celui de l’éducation pour espérer progresser il faut connaître le point de départ. En ne sanctionnant pas ses insuffisances l’élève peut penser qu’il est au niveau et on ne voit pas pourquoi il ferait des efforts pour s’améliorer. C’est exactement la même philosophie aberrante qui conduit à ne pas sanctionner le délinquant dès la première infraction et l’inciter ainsi à continuer.

  6. Pardon … j’ai oublié les nymphes de la nupes dont celle qui ne sait pas trop où elle habite « en vrai » … ou que pour se présenter à une élection ! … Aurait-elle eue le même résultat où elle habitait et était « connue » ? … A savoir à Lille ! …

  7. Commençons déjà par noter la légitimité des « élus du peuple » en leurs accordant le gain de la victoire QUE si plus de 70 % des inscrits se sont exprimés soit avec « un non » soit avec « un bulletin blanc » … Peut-être que certains retourneraient dans l’isoloir ! ? … Et certainement avec conviction SI tous ceux qui obtiennent moins de 10 % seraient sanctionnés de « non éligibilité » pendant 15 ans …

    Les blaireaux se transformant en « coucou politicard » seraient vite exterminés ! … Ce qui assainirait très largement beaucoup de strapontins dans les ors de la république française ! … Actuellement, les LFI n’aident pas à « valoriser » le poste « d’élus du peuple » … ET c’est peu dire ! …

  8. On a déjà tout testé, même la comunisation des points c’est catastrophique. Quand vous voulez un poste il y a entre 2 et 10000 candidats. A part Macron, croyez vous qu’on va choisir celui qui ne sait pas écrire son nom sans fautes?

  9. Nous voyons ici que l’extrême volonté de tout détruire de ces fumeux LFI sait se saisir de tous les sujets en y collant les mêmes textes revendicatif violents, que ceci est un sens ou pas…
    Ne nous inquiétons pas trop car grâce à ce fameux « allume feu melenchon », tout ce petit personnel politique va bientôt entrer en auto-combustion !

  10. Et si cette député commençait par nous démontrer son niveau d’orthographe en participant à une dictée ???
    Continuons de nous enfoncer dans le néant ….

  11. C’est sûr qu’entre les cours d’éducation sexuelle, ceux sur le racisme, la propagande LGBT et les cours de français, il faut choisir, sauf à mettre 10 heures de cours par jour 7 jours par semaine. Le gouvernement a choisi depuis longtemps.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois