[Satire à vue] Anna Cabana « bouleversifiée » par le dernier film de BHL

BHL resto

Parmi les rares spectateurs du dernier film de BHL se trouvait la journaliste Anna Cabana. En tant qu'épouse de Jean-Michel Blanquer, elle ne pouvait manquer ce grand moment de solitude. Sortie « bouleversifée » de la salle de cinéma, elle courut revisionner le sketch des Inconnus dans lequel Didier Bourdon parodie un critique de cinéma empreint de préciosité mondaine. Elle pouvait faire plus drôle.

Dans le cadre de son émission « Gourmandises », elle décide d'inviter au plus vite le réalisateur de ce film... Restaurant d'un chic versaillais, petits plats dans les grands, nappe damassée. Slava Ukraini. Le titre du chef-d’œuvre imposait ce décor brutal, cette suggestion de la dure condition du philosophe immergé dans les zones de combat. Encore sous le choc de la projection, Anna Cabana ne sait comment exprimer la démarche extraordinaire du réalisateur. Trop d'émotions, trop de céleri rémoulade... Tiendra-t-elle jusqu'à la fin de l'émission ? Un serveur arrive pour ravitailler les combattants en eau gazeuse. L'intervieweuse gastronome parvient à décrire le courage du réalisateur : « Non seulement vous allez au contact, mais vous cherchez ça. Vous cherchez l'odeur des balles qui sont passées par là, qui vont revenir. » La dangerosité des fusils boomerang envoyés par la France n'est plus à démontrer. Aucun de ces projectiles qui font demi-tour en plein vol n'a touché BHL. C'est un miracle.

Face au lyrisme surjoué de son interlocutrice, le philosophe paraît un peu gêné. Les tirs de compliments enrubannés fusent de toutes parts. Le sucre jaillit de la bouche de la journaliste. Il y a matière à long métrage. Slava Cabana, ou comment sortir indemne d'un repas avec l'épouse Blanquer. Les mille et unes astuces pour fuir avant le dessert, etc. Hollywood rachète les droits, deux Oscars. Durant les monologues de son interlocutrice, l'homme mijote le synopsis de son prochain film.

Dans sa volonté d'enduire son invité de miel, Anna Cabana perd soudain le contrôle de la pelle à gâteau. « Dans les couloirs de la mine, c'est le corps qui s'engage et qui jouit dans cet engagement. » BHL se voit contraint d'intervenir pour calmer les ardeurs de madame. Le film n'est pas interdit aux moins de 18 ans. Il n'est pas le Rocco Siffredi de l'Ukraine. Consciente de son envolée au-delà de la stratosphère, l'animatrice tente de revenir sur Terre mais s'enlise un peu plus : « Non, mais la jouissance, ce n'est pas que du plaisir, Bernard. » L'ex-guerrier ramène l'animatrice à la rudesse de son aventure. Un café, l'addition. Partir avant qu'Anna Cabana le demande en mariage est l'urgence du moment. Aux dires du réalisateur de l'émission, seule à table, la journaliste aurait continué à encenser BHL jusqu'à une heure avancée de la nuit. « Vous pouvez répéter la question ? » Les Inconnus seront les prochains invités de l'émission. Enfin une vraie gourmandise.

Jany Leroy
Jany Leroy
Chroniqueur à BVoltaire, auteur pour la télévision (Stéphane Collaro, Bêbête show, Jean-Luc Delarue...)

Vos commentaires

42 commentaires

  1. Est ce bien utile de parler de cet individu aussi utile qu’un cataplasme sur une jambe de bois, à oublier rapidement il est imbuvable.

  2. Aucun intérêt pour BHL ni la « journaliste » qui l’encense, tout ce petit monde s’autocongratule et ne sert à rien.

  3. On comprend mieux comment BHL peut encore exister dans la sphère médiatique . il est vraiement soutenu à bout de bras par toute cette fange . C’est sûr que le livre de Renaud Camus , » le grand remplacement » ne risquait pas, dans ces conditions, de susciter les mêmes éloges . Et pourtant cela se passe en France !

  4. Ah! Ah! « L’odeur des balles. ». Jamais sentie sur les champs de tir où nos instructeurs nous emmenaient. Celle de la poudre, oui. Une fugace idée de la mort que vous pourriez donnér, à distance, à des êtres que vous ne connaissez même pas mais que l’on vous demande en haut lieu de trucider. Au champ d’horreur.

  5. Une critique d’art proche de l’État critique. Le philosophe BHL, dont la France fuit l’esprit soporifique et les « tournures » nullissimes de ce génie digne des frères Lumières, et belle figure de la nébuleuse idéologique de gauche.
    Souvenons-nous. BHL en direct depuis la Libye par téléphone satellite, et ses mensonges sur les chars de Khadafi défilant devant lui pour massacrer le peuple libyen qui, soit-disant, voulait la fin du tyran et la démocratie. BHL indigné et mythomane, appelant personnellement NS à l’Elysée. Nicolas l’américain, qui contre l’avis de nos services de renseignements démontrant par photos satellites et agents présents sur place, les affabulations de ce démagogue de la gauche caviar, engage l’armée française, mais aussi britannique, dans une guerre illégale contre ce pays. Comme en Irak, le dictateur traqué va finir exécuté par son peuple. Le résultat est un chaos sanglant dans ce pays ravagé, si riche pourtant en hydrocarbures. Tant de mensonges et de morts. Dénoncés par Poutine lui-même, pour justifier son intervention militaire en Ukraine. Précisément.
    BHL et son cinéma. La bouche en cœur. Les yeux pleins d’amour. Gauche toujours.

  6. Tenter de redorer une image ternie depuis belle lurette en s’auto-interviewant par une jeune journaliste en perte de vitesse, et voici le guerrier-clown BHL.
    Celui qui prétend, sans rire, au titre de « reporter de guerre » , fidèle soldat-admirateur d’Emmanuel Macron, appartient bien à cette macronie, risée du monde entier.

  7. Ce « philosophe » de guerre est une offense aux vrais journalistes de terrain comme Régis Le Sommier (Omerta) et autres.

  8. Comme ironisait feu Roger Holeindre: certains ont connu les balles de tennis et d’autres es balles réelles.

  9. ELEMENTS publie un texte de François Bousquet concernant l’entartage de BHL. Un délicieux moment de rire.

  10. Jany Leroy, votre commentaire, un bon moment de détente. Avec A. Cabana nous sommes donc en présence d’une nouvelle « bravitude » . Il faut de tout pour former du progressisme. Mais plus sérieusement que « bravitude », elle enfonce le clou . Rien à dire, une réflexion creuse donc on se croit à Sciences Po, on invente des idioties pour paraître. Il est beau ce monde ….. qui a voté Macron !

  11. Ce BHL est un escroc de génie, le « Soulage » de la littérature et de la culture cinématographique. Comme le susnommé il a dû en soulager qlqs’unes subventions publiques…
    Le soucis, c’est nous a vrai dire, pauvre mécréants, qui ne comprenons pas son œuvre, et passons à côté de la vérité…
    Excellent article au demeurant.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois