roms, gitans, manouches

Les frictions entre « gens du voyage », qu’ils soient gitans ou roms, et les habitants des communes sur lesquelles ils s’installent se multiplient. Il faut dire que, malgré les dispositifs imposés aux communes par la loi (aires permanentes d’accueil ou de grand passage), les gens du voyage se posent souvent où il leur plaît, de préférence dans les champs ou sur les terrains de sport. Sans se soucier du droit de propriété ni des capacités d’accueil.

À Plaisance-du-Touch (Haute-Garonne), quelque 400 caravanes sont arrivées pour un rassemblement évangélique. L’agriculteur est désabusé : « Il n'y a pas grand-chose à faire. » Le maire, lui, est mollement désolé : « Ce n'est pas respectueux. Je voudrais que les gens puissent vivre ensemble, et là, c'est quelque chose qui révolte, notamment les riverains. » Tremblez, nomades !

À Richebourg, du lisier pour tout potage

Plus efficace : à Richebourg (Yvelines), face à l’installation d’une quarantaine de caravanes et les difficultés et risques que cela entraîne (semailles impossibles, récolte de fourrage perdue, câbles électriques traversant les champs…), les syndicalistes FDSEA Île-de-France ont mené l’opération « Récupérons nos terres », le 6 octobre. Huit engins agricoles ont déversé 30 tonnes de lisier à proximité du campement.

À Nemours (Seine-et-Marne), un bras de fer oppose la mairie et des citoyens à trente-six familles de gens du voyage soutenus par les associations gauchistes habituelles. Un gros incendie sur le camp, mi-septembre, a déclenché l’ire de la mairie qui leur a donné jusqu’à ce dimanche pour partir.

À Bègles (Gironde), soixante caravanes squattent le stade du Dorat. Les nuisances ? Outre que le terrain de sport est défoncé, les branchements sauvagement sur le réseau électrique provoquent des pannes chez les riverains. D’où des « tensions » – logique. On n’en finirait pas, avec ce tour de France des nuisances et des énervements qu’elles provoquent.

Les Roms maltraités à Vémars…

Et du côté des Roms ? À Vémars (Val-d’Oise), les familles roms installées le long de l’autoroute A1 ont quitté les lieux avant même la date prévue pour l’expulsion à laquelle voulait procéder la municipalité. Insultes et « violentes intimidations » répétées les ont incitées à déguerpir. « Les conditions de leur départ sont glaçantes, écrit Le Parisien : c’est sous les cris de haine de certains habitants que la communauté a précipitamment plié bagage. »

À Vémars, on expulse donc sans aucun scrupule ou mauvais conscience les Roms. Et sans provoquer de réaction indignée. Cela rappelle des précédents qui avaient laissé muette la bien-pensance de gauche. En septembre 2012, les habitants d’une cité marseillaise avaient expulsé manu militari des familles roms et incendié leur campement. En avril 2019, à Bobigny, un camp de Roms avait était attaqué par des « jeunes ». Un témoin rapportait : « Ils avaient des bâtons, des barres de fer et aussi des pistolets. […] : "On va vous niquer, les Roumains ! Retournez dans votre pays !" » On aimerait savoir si, à Vémars, le ras-le-bol des habitants est teinté de xénophobie gauloise. La teneur des insultes nous renseignerait.

… et indésirables à Rezé !

Les Roms ne sont pas plus désirés à Rezé (Loire-Atlantique), où le maire Agnès Bourgeais tenait, le 6 octobre, une réunion publique portant sur le projet d’une douzaine de mobil-homes mis à disposition de familles roms. La réunion a viré aux insultes, menaces de mort et violences physiques à l’égard d’élus. « Après un peu plus d’une heure de vifs échanges, une trentaine d’individus – se réclamant, selon la ville, de "la communauté des gens du voyage" – ont fait irruption dans la salle, injuriant et menaçant les élus, debout devant eux. Entre autres paroles proférées par ces jeunes, pour certains, bouteille d’alcool à la main : "On ne veut pas des Roumains !" ; "On va tout brûler, tout casser, ça sera de votre responsabilité !" ; "Vous êtes nuls à ch… !" » L’information se trouve dans Ouest-France, encore faut-il lire bien avant dans l’article pour la trouver. Les autres journaux font état de menaces et de violences sans plus de précisions, sous-entendu : le Rezéen ordinaire est xénophobe. Concernant les autres ethnies… chut !

9864 vues

11 octobre 2023 à 20:53

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

21 commentaires

  1. Les frictions sont juste normales. On assiste à un découpage de la société entre deux catégories : ceux qui respectent les lois et reçoivent un PV au moindre écart, paient tout et tout plus cher et les autres, les fraudeurs, les profiteurs, au dessus des lois qui font ce qu’ils veulent en toute impunité. Les pigeons en ont marre de ce laxisme, de protéger les mauvais au détriment des bons.

  2. Les français commencent ( enfin ) à en avoir assez d’être envahis par des gens méprisants et agressifs qui ne respectent rien… Qu’ils arrivent de l’est ou du sud! Les bisounours, inconscients ou tout simplement lâches, devraient s’inquiéter d’une possible progression des mesures défensives, les dépôts de lisier ne constituant qu’un avertissement dans nos campagnes !

  3. Moi, quand je campe, je paie ! Je vais dans des campings ou tout est prévu pour les « voyageurs » mais ce n’est pas gratuit ! La loi est pour tout le monde, et il est des endroits prévus pour ces gens dit « du voyage » mais ces gens squattent sans vergogne les terres privées qu’ils laissent ensuite dans un triste état ! De quoi vivent ils ? La question est posée, les réponses sont multiples, mais souvent très confidentielles… Quand on voit avec quelles marques de voitures de grosses cylindrées ils tirent des caravanes hors de prix (et parfois volées) les questions abondent ! Ce genre de vie n’est plus en adéquation avec notre époque !

  4. Il faut arrêter avec le « vivre ensemble » à tout prix. On ne vit en pleine harmonie qu’entre populations ayant des mœurs similaires. Si on a besoin d’exotisme, les vacances sont là pour ça.

  5. C’est tout de même étrange de vouloir à la fois une vie itinérante, et les avantages de la sédentarité…

  6. A force de laissez faire et de ne pas faire respecter la loi ( obligation pour les gens du voyage de s’installer en des endroits conçus et organisés pour eux mais aussi souvent rendus inhabitables par leurs dégradations ) on en arrive à de telles situations .

  7. Les gens du voyage qui ont par leurs rapines, vols, intrusions dans les habitations et actes délictueux de toutes sortes ont fait qu’ils sont rejetés partout où ils passent. N’est-ce pas un peu normal ?

    1. Dans le temps ils fabriquaient des paniers, réparaient des chaises en osier pour gagner leur pitance… aujourd’hui les aides sociale payées par le contribuable leur permettent de se promener tranquilles dans tout le pays et laisser leurs lieux momentanés de vie dans des états d’insalubrité et malpropreté inacceptables pour les habitants.

  8. Aucune subvention ou allocations pour ces horaires la loi. Expulsion vers les pays d’origine

  9. Il faut quand même se demander pourquoi il y a tant de « gens du voyage » en France, parait-il que la plupart se disent français, peut-être de papier, mais certainement pas par le sang versé, il n’y en à pas beaucoup sur les monuments aux morts. Quand on voit les difficultés qu’ont les soldats de la légion étrangère blessés de guerre, pour obtenir la nationalité Française, ça laisse interrogatif. Il ne faut pas faire des lois d’exception pour ces gens là, mais il conviendrait, d’appliquer celles qui existent avec la même rigueur, qu’à tous les autres français, ce qui n’est manifestement pas le cas. Au demeurant ce n’est pas leur faute mais la notre, à cause de notre lâcheté.

    1. N’est français que celui qui respecte scrupuleusement les lois ! Les autres et dieu sait si ils sont nombreux sont des « pauvres  » vous mettez derrière le qualificatif que vous voulez ! Etre français en France est devenue « une tare » ! Ou un payeur d’impôts au choix !

  10. Ah le merveilleux vivre ensemble!
    Au fait, où en est l’enquête concernant l’incendie de la voiture du maire breton favorable au vivre ensemble? La clique merdiatico politique avait désigné coupables le RN et Zemmour. Elle est très occupée à Gaza.

  11. « Huit engins agricoles ont déversé 30 tonnes de lisier à proximité du campement » … Et que va t-il se passer quand les « chances pour la France » seront dans nos campagnes depuis « un certain temps  » ? ! …

Les commentaires sont fermés.