Mardi ont été dévoilées les citations aux Oscar qui se dérouleront le 13 mars prochain. Sans grande surprise, Le film Top Gun se voit distingué six fois : meilleur film, meilleur scénario adapté, meilleur montage, meilleur montage de son, meilleurs effets spéciaux, meilleure chanson. 

De ce côté-ci de l’Atlantique, avec un peu moins d’écho, ce sont les citations des César - programmés le 24 février, qui ont été annoncées aujourd’hui avec, sans surprise non plus, une sélection d’entre-soi pour lecteurs de Télérama CSP+ - il faut l'être, désormais, pour s'offrir une place pouvant désormais osciller entre 8 et 14 euros. À titre d’exemple, l'un des grands favoris, La nuit du 12 - 10 citations -, est un polar que Libération résumait, le 12 juillet dernier, en un titre subtil : « L’enfer, c’est les hommes. » Un film « précis et sobre » qui « s’affranchit des codes virils du polar au profit d’une dénonciation nécessaire des violences masculines ». Les lourds effluves de sacristie bien-pensante plombent par avance les talents cinématographiques qu’on pourrait éventuellement lui trouver.

Le cinéma français connaît une désaffection vertigineuse. « Le problème réside peut-être dans le choix des sujets ? », suggère, candide, Laurent Tirard, réalisateur de l’immense succès Le Petit Nicolas. Calimero des salles obscures, nos mandarins du cinéma déplorent l’engouement de nos jeunes pour Top Gun, mais qui nous empêche d'utiliser les mêmes recettes ? Comme si les héros français manquaient. Si Arnaud Beltrame valait plus qu’un timbre ? Si Caroline Aigle méritait mieux qu’une pancarte sur un rond-point ? Et que dire de Fidélio, qu'Arnaud Florac évoquait dans ces colonnes il y a quelques jours ? Pourquoi un « remake » de Trois de Saint-Cyr - « Il faut tenir, capitaine Mercier, il faut tenir ! » - dont le décor serait cette fois non pas la Syrie mais l'Afghanistan ou le Mali, fonctionnerait-il moins bien que la refonte de La Cage aux rossignols en Choristes ? 

Coïncidence, c’est aussi ce mercredi qu’est sorti Vaincre ou mourir, le film du Puy du Fou auquel Libération (encore lui) a rendu un fier service par un effet Streisand très efficace. Étant désormais établi que ses critiques ont valeur de boussole indiquant le sud et que ses films « solaires », « inspirés » et « pudiques » sont en général des navets glauques, laborieux et scabreux, le vachard « Puy du fourbe » sonne, forcément, comme un gage de beau, de bien, de vrai. Le monde du cinéma ultra-subventionné qui est au fond du puits se permet de toiser le Puy du Fou. 

Pas besoin de boule de cristal : la probabilité que Vaincre ou mourir décroche la moindre citation pour un César est nulle. Mais qui peut jurer que dans quelques dizaines d’années, de la même façon qu’à force d’efforts, de recherche d'excellence, d’améliorations et de succès populaire, Philippe de Villiers a été, pour les quarante ans du Puy du Fou, comparé à Walt Disney en recevant, outre-Atlantique, le prix que la France n'a jamais daigné lui décerner, les studios du Puy du Fou ne se verront pas un jour… couronnés par les Oscar ? C'est tout le mal qu'on leur souhaite. 

15179 vues

25 janvier 2023

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

57 commentaires

  1. Dommage le cinéma Français existe mais depuis l’épuration culturelle, il reste à gauche, de plus « ils » ne savent pas faire de films d’action. Aller voir le film « vaincre ou mourir » est un acte militant. A quand un « Clovis » ?

  2. Certes les sujets ne lmanquent pas qui permettraient de faire un film digne de top gun , mais voilà, nos réalisateurs et les spectateurs préfèrent les « héros » de la « 7° compagnie »ou de « la vache et le prisonnier », on a les « héros » que l’on peut chez nos cinéastes qui aiment nous tourner en ridicule…La 317° section était pourtant un bon film…Mais on n’a aucun cinéaste digne de ce nom capable de glorifier nos soldats…Il est vrai que ce sont d’abominables blancs hétérosexuels et dominants…

  3. Et Dieu sait qu’il y en a des TOP GUN français!
    Certains sont déjà tournés. On pourrait alors les revoir.., peut-être ? Mais non trop franchouillard, baguette de pain et saucisson.
    C’est tellement mieux sous la bannière étoilée et puis baragouiner l’américain et importer leurs sales idées pour mieux salir la France, c’est beau ça madame c’est beaucoup plus mieux!…

  4. Bonjour,
    Il est certain que le cinéma engagé français ne risque pas de faire un film sur un de nos héros,pourtant il y en a! Le colonel BELTRAME a été cité,il y a eu le caporal chef BLASCO tué au mali,tireur d’élite et dont le courage aurait mérité un film! oui mais voilà il ne rentre pas dans les cases du wokisme,de la cancel culture et autres dégénérescences gauchistes! et puis surement que ces mi-hommes mi-femmes ont peur que des héros comme ces hommes fassent des émules!

  5. S’il n’y avait que Libération encore à dénigrer le film. Mais Le Monde, L’Obs, Ouest-France, Première, Le Figaro, Le Parisien… se sont ligués pour dire que c’était une bouse. En fait, mis à part Gabrielle Cluzel (mais a-t-elle seulement vu le film ?), tout le monde s’accorde à dire que le film est mauvais sur la forme, sans même parler du fond contesté par certains historiens.
    Ce film a été « ultra-subventionné » comme tous les autres, avec en plus une belle participation de 200K de la région qui n’a pas été appréciée de tout le monde(« Généralement, un film doit passer devant un comité technique, composé de professionnels de l’industrie du cinéma, avant de toucher la subvention. Mais cette fois la majorité nous a fait comprendre que l’avis du comité importait peu »)

    Bref, c’est pas encore aujourd’hui que les studios Puy du Fou obtiendront un oscar. Bonne chance à eux.

Laisser un commentaire

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter