Ah, les méchants réactionnaires, les ignobles sites ou journaux qui ne ménagent pas le pouvoir, ces organes de presse, comme par hasard tous horriblement complotistes, soupçonneux, infâmes et sans foi ni loi. Rien n’est trop dur contre cette presse alternative, surtout si elle est de droite. Rien n'est épargné à ces organes d’information qui ont le toupet de faire leur métier en toute indépendance et en toute liberté. Cette presse courageuse et de qualité ne compte plus les donneurs de leçons prêts à lui apprendre le métier. Elle a pris l’habitude de la férule levée et de la répression administrative multiforme prête à tomber.

La France a mis en place, pour dénoncer ces derniers tenants de la liberté d'expression, des chiens de garde, des organes grassement rémunérés par les GAFAM, sur pression du pouvoir. L’argent des Français écrasés d’impôts coule à flots à Libération, dont on mesure tous les jours l’objectivité, à France Inter, radio publique attachée à indiquer le bien comme la boussole indique le nord, à France Télévisions et ailleurs. Tous les Français l’ont remarqué depuis longtemps : nos grands ont tendance à éclairer le même jour le même sujet de manière identique. Un hasard ? Pas vraiment. Si l’affaire des éditorialistes venus déjeuner à l’Élysée le 18 janvier dernier avec Emmanuel Macron et revenus la panse pleine d’expressions présidentielles à instiller dans leurs articles fait tant de bruit, c’est qu’elle confirme ce que tous pressentent : la collusion entre le pouvoir politique et les grands .

Car ils se doutent de quelque chose, les Français. Quand La Croix leur demande s’ils croient vraiment les grands médias, ils retiennent leur enthousiasme : « Jamais l’intérêt pour l’actualité et la confiance envers les n’ont été aussi faibles à la veille d’une présidentielle », relevait le 35e Baromètre de confiance dans les médias Kantar-Onepoint pour La Croix, en janvier 2022.

De temps à autres, un coin du voile se lève. En l’occurrence, le Président a soigneusement choisi les éditorialistes qu’il invitait à déjeuner. Curieusement, il a préféré aux trois éditorialistes de Boulevard Voltaire ceux de BFM TV, RTL, Le Figaro, Les Échos, Le Monde ou France Inter. Dommage, les propos de BV auraient tranché. Tous ceux qui sont venus manger ce 18 janvier dans la main d’Emmanuel à l’Élysée ont servilement répété les expressions et les mots du Président, sans le citer nommément à sa demande, dans des articles qui sentaient davantage le miel que le vitriol. Chez ces journalistes, la crainte de déplaire au pouvoir l’a emportée sur celle de tromper leur public et sur la nécessité d’équilibrer leur article. Ils ont tous accepté le « off » et repris les mots du Président sans le citer.

En réalité, cette gentille arnaque révélée par Politico n’a rien de nouveau. Elle fait partie des habitudes françaises, de cette fascination pour le pouvoir qui est le cancer des médias. Et qui ruine la France comme elle ruine peu à peu la crédibilité du cinquième pouvoir, le pouvoir médiatique. Comme des noyés qui s’entraînent par le fond, le pouvoir macroniste et ses obséquieux (aucun des médias invités n’a appelé à voter contre au second tour de la présidentielle...) s’intoxiquent tranquillement l’un l’autre. Le mal de la crédibilité des vient de là et non pas de sites confidentiels peu sérieux que personne ne lit : les gendarmes de la pensée correcte font semblant de ne pas le voir. Pendant ce temps, tout est fait pour empêcher une presse alternative de qualité d’émerger : campagne de dénigrement, calomnies, attaques des annonceurs, attaques informatiques, procès, description destructrice dans Wikipédia reprise servilement sur Google, conspiration du silence, mépris, mise à l’écart. Liberté de la presse, où es-tu ?

Le scandale du off n’est pas nouveau. En 2003, le journaliste Daniel Carton avait fait florès avec son livre Bien entendu, c’est off, off pour officieux ou secret. Un énorme succès de librairie. « Au fil de sa carrière, Daniel Carton a relevé nombre d'exemples de cette connivence intéressée qui voit le silence des uns payé par les services rendus par les autres : un logement, des voyages, des places à l'Opéra ou à la Comédie-Française..., expliquait l’éditeur au dos du livre. Cette complicité faite de bronzage en commun sous le commode prétexte d'"universités d'été", voire plus si affinités, et d'une subtile pratique du tutoiement scelle le pacte qui unit "la France d'en haut". »

Le livre avait fait scandale et n'avait rien changé aux pratiques. Résister à cette connivence coupable pour servir la France et la vérité, c’est la mission de BV. Et, bien entendu, ceci n’est pas « off ».

18868 vues

25 janvier 2023

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

70 commentaires

  1. Merci Monsieur Baudriller pour la droiture qu’exprime votre commentaire . Trop de gens devraient y réfléchir avant de s’incliner servilement devant un manipulateur qui se reconnait lui même pervers.
     » Pecunia non olet » comme le disait souvent l’empereur Vespasien !

  2. De toute façon faudra un jour demander des explications sur les agissements de tous les présidents et surtout Macron. Une fois élu il ne respecte plus son programme et il fait comme il veut selon ses états d’humeurs. Faut arrêter de prendre les électeurs pour des cons. Le jugement populaire actuellement condamne toute la classe politique d’avoir trahi et ridiculisé la France. Un exemple très simple et très important pour tous les Français la vente de notre électricité à l’Allemagne et l’Europe vendue par des traders pour se faire du fric avec notre propre production. Y a bien de la corruption de l’Etat. Et les médias ferment les boutiques d’information sur ordre d’un président prétentieux et ubuesque Le moment est arrivé pour la justice du peuple.

  3. Excellent article , tout est parfaitement dit ;
    Le système politico-médiatique , lié à l ‘ extrème existe , il est vrai , depuis longtemps ;
    Mais Macron , qui lui doit déjà ses élections , en use et abuse , vu son incompétence totale et le chaos dans lequel il a plongé le pays ; Les Français ne sont plus duppes de cette escroquerie et se tournent de plus en plus vers les sites de réinformation ;
    Merci à BV d ‘exister !

  4. Nous n’avons plus confiance chez tous les médias acheté par tous les présidents depuis 40 ans.
    CNEWS avec des doutes chez certains chroniqueurs que nous n’aimons pas. La liste est longue.
    Merci à Boulevard Voltaire. Si je gagne au loto je vous ferai un don.

  5. Le GAFAM, nos médias radio/télé et les grands journaux sont dans le camp Macron. Ils vivent au crochet des subventions de leurs mécènes. Ils méprisent leurs clientèles. Pourquoi insistons nous à croire que nos médias sont libres d’auto censure et qu’ils sont essentiels à notre vie démocratique. Ils sont là pour servir le pouvoir c’est tout.

Laisser un commentaire

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter