Editoriaux - People - Sport - 6 janvier 2019

Ribéry : “N*quez vos mères, vos grands-mères et même votre arbre généalogique”

Franck Ribéry n’en est pas à une pantalonnade près… Autant le dire d’emblée – mais vous l’aviez compris -, contrairement à mes cousins d’outre-Rhin, je n’idolâtre pas l’hurluberlu du Bayern Munich qui vient de s’illustrer, une fois de plus, en postant sur son compte Instagram une vidéo de l’entrecôte parsemée de feuilles d’or qu’il s’est offerte dans un restaurant à la mode de Dubaï, où Franck Ribéry se trouve avec son équipe, pour le traditionnel camp d’entraînement de début d’année avant la reprise du championnat d’Allemagne le 19 janvier.

De nombreux médias ont affirmé que le joueur avait déboursé 1.200 euros pour cette pièce de viande. Interrogé par l’AFP, le restaurant émirati a précisé que son “golden steak” le plus cher était à 2.000 dirhams des Émirats, soit 478 euros. Sur les réseaux sociaux, certains internautes ont jugé cette vidéo un chouia “indécent” ou ont vivement fustigé le joueur pour une telle dépense ou pour manger de la viande nappée d’or.

L’intéressé, plus « intellectuel » que jamais, a répondu à ses détracteurs sur Twitter, dans ce style plus fleuri qu’on lui connaît : “Pour 2019, remettons les points sur les i et les barres sur les t… Commençons par les envieux, les rageux, nés sûrement d’une capote trouée : n*quez vos mères, vos grands-mères et même votre arbre généalogique. Je ne vous dois rien, ma réussite c’est avant tout grâce à Dieu, à moi et mes proches qui ont cru en moi, pour les autres, vous n’étiez que des cailloux dans mes chaussettes ! “ Qu’en termes élégants ces choses-là sont dites. Notre distingué imprécateur s’en est pris, également, à “ces pseudo-journalistes [français] qui ont toujours été dans la critique négative et critique de mes actes”. Il faut dire que, de l’autre côté du Rhin, le « Kaiser Franck » bénéficie du soutien inconditionnel d’une presse presque tout entière acquise à sa cause… “Ach, ces Franzosen, ils zosent, ils zosent !” “C’est le joueur le plus aimé en Allemagne !”, enrage son employeur du FC Bayern, Karl-Heinz Rummenigge, bourreau des Bleus lors de la demi-finale du Mondial à Séville en 1982.

Cette popularité über alles confinait, il y a quelques années, à une véritable « Ribéridôlatrie ». L’on y avait même vu, sur une affiche gigantesque, l’attaquant du Bayern sacré “roi de Bavière” pour le compte d’une campagne de pub de son équipementier. Pour ce faire, Ribéry – alias Bilal Yusuf Mohammed, depuis qu’il s’est converti à l’islam – n’avait pas hésité à poser dans les habits de velours de Louis II de Bavière… Bilal Yusuf dans le rôle d’Helmut Berger : Wagner et Visconti ont dû se retourner dans leur tombe !

Mais il est vrai que nos voisins d’outre-Rhin ont toujours aimé le carnaval et notre bouffon tricolore n’en est pas à une facétie près. Il leur a même fait, un jour, le coup de “Ich bin ein Münchener”, dans un allemand aussi approximatif que sa langue natale, en annonçant qu’il prolongeait son contrat. Les Allemands ne sont pas bégueules… Les amours tarifées de Ribéry avec une mineure avaient certes fait la une du Bild-Zeitung, mais ses supporters oublient vite et ne veulent que retenir ses galipettes sur le terrain. Selon Sportune, il aurait gagné jusqu’à plus d’un million d’euros bruts mensuels (hors primes et sponsors) au meilleur de sa forme, quand il a flirté avec le Ballon d’or en 2013 (il a terminé troisième). Aujourd’hui, Franck Ribéry serait à la tête d’une fortune estimée proche de 75 millions d’euros. Assez pour reprendre un « golden steak » ou un kebab d’or… Hamdoulah !

À lire aussi

Ne sommes-nous, pour les British, que de gentils Rintintin alsaciens ?

« J’aboie en allemand, je jappe en français et je grogne en alsacien... » …