[REPORTAGE] En Vendée, F.-X. Bellamy entend la colère des pêcheurs français

20240205_091422

« Ce n’est pas parce que les pêcheurs sont raisonnables et qu’ils ne foutent pas le bordel sur les ronds-points et les autoroutes qu’il ne faut pas défendre ce secteur vital pour l’avenir de notre pays », s’agace Yannick Moreau, maire des Sables-d’Olonne et président de l’Association nationale des élus des littoraux (ANEL), regrettant l'absence de ministre sur « un secteur aussi stratégique ». Parce que l'édile tient à faire entendre la voix de cette filière, il recevait, ce lundi matin, le député européen (PPE) François-Xavier Bellamy, membre de la commission pêche au Parlement européen, et Bruno Retailleau, sénateur (LR) de la Vendée, pour dialoguer avec des pêcheurs de la région Pays de la Loire.

Car à l’instar de leurs homologues des terres, ces agriculteurs des mers sont en train de mourir en silence, dans la plus grande indifférence. On les met en jachère, à quai, et on importe. Les Français ont-ils conscience de ne consommer que très peu de poisson pêché dans l’Hexagone ? Tandis qu’une filière essaie de vivre dignement, nous apprenons, médusés, que 84 % des produits de la mer consommés sont importés. Au thon rouge, sole, merlan, lieu jaune ou sardines qui font vivre des familles françaises (pour un homme en mer, il y en a au moins cinq à quai, entre les mareyeurs, les grossistes et les restaurateurs), nos compatriotes plébiscitent plus largement le saumon de Norvège...

« Ras le bol de passer pour des assistés »

À cette situation déjà peu reluisante s’est ajouté le couperet tombé ce 23 décembre dernier. Ce cadeau de Noël empoisonné n'est autre que l’interdiction prononcée par le Conseil d’État de pêcher dans le golfe de Gascogne, du 22 janvier au 20 février, pour protéger les dauphins. Une décision vécue comme une trahison, d’autant plus difficile à accepter pour ces marins-pêcheurs qui venaient d’équiper leurs bateaux de balises destinées à éloigner ces mammifères. « Je n’ai jamais vu une profession qui s’est adaptée aussi vite à cette marche en avant. Pourquoi ? Parce que travailler pour un monde meilleur, cela parle aux pêcheurs, parce que c’est une histoire de transmission et de savoir-faire, de valeurs, d’histoire. C’est un mode de vie, c’est une manière d’être », explique José Jouneau, président du comité régional des pêches maritimes (COREPREM), qui insiste devant les élus présents : « Ce n’est pas l’argent public qui va calmer tout le monde. Il y en a ras le bol de passer pour des assistés. On dévalorise le métier même des gens qui travaillent. »

Jacques Lebrevelec, directeur de l'armement coopératif, abonde : « Les arrêts temporaires Sole 2023 n’ont toujours pas été payés. Et l’on vient nous dire qu’avec une plate-forme ouverte le 20 février, nous serons payés en mars ? Pendant ce temps-là, il faut payer les équipages, il va falloir faire des avances, comment va-t-on faire ? Je n’ai jamais connu cela en 40 ans de métier. »

À leur écoute, François-Xavier Bellamy dénonce la « mise en danger de toute une filière pour une espèce qui n’est même pas en décrue » et s’interroge : « Pourquoi n’arrive-t-on pas à avoir les dossiers des autopsies des dauphins ? » À ses côtés, Bruno Retailleau invite ces « invisibles à se rendre visibles », « cela fait 30 ans que j’assiste à l’euthanasie de la pêche en Vendée. Ce ne sont pas les dauphins, mais les pêcheurs qui disparaissent. » Le sénateur critique ces « ONG très introduites au Parlement européen », mais aussi « le ministre de la Pêche qui, lors du moment le plus crucial pour l’avenir de nos pêcheurs [négociations sur les quotas, NDLR], se pose quelques heures à Bruxelles et repart sans soutenir sa filière alors que c’est son job ! » Quant au gouvernement, Bruno Retailleau condamne : « Il n’a pas produit d’argumentation au conseil d’État et n’a pas daigné se déplacer au moment de l’audience. »

Amoureux de la mer

Manque de visibilité sur des quotas revus chaque année, complexité administrative, dégradation des prix, pression des ONG environnementales, concurrence étrangère : ce diagnostic révoltant a été entendu par François-Xavier Bellamy, qui promet de se battre au Parlement européen. « Je ne suis pas pêcheur, mais je suis amoureux de la mer et je sais à quel point la pêche est le métier par lequel on connaît la mer et on la cultive, et cela devrait être une des grandes forces de notre pays. » Et de conclure sur cette contradiction écologique : « C’est bien en mettant notre pêche en danger que l’on fragilise la biodiversité, en laissant des parts de marché à des modèles de pêche qui détruisent les espèces. Ces ONG prétendent défendre l'environnement, mais elles font le contraire. D’ailleurs, comment se fait-il que les écologistes ne se manifestent pas pour la biodiversité quand il s’agit de mettre de l’éolien en mer partout ? »

Iris Bridier
Iris Bridier
Journaliste à BV

Vos commentaires

40 commentaires

  1. Ce monsieur a appelé à voter contre MLP, donc pour Macron, à la présidentielle, et fait partie du PPE qui vote toutes les lois anti paysans, anti pêche, anti immigration etc au parlement européen. Et il vient donner des leçons. Risible.

  2. Ils n’en ratent pas une ! Les pêcheurs espagnols et anglais doivent être contents, eux ! Quand aura-t-on des ministres pour défendre les Français ? On comprend la désespérance des paysans mais pas la passivité des pêcheurs. Ils auraient dû se joindre au grand mouvement qui s’achève ou prendre le relais. Une raison : il est certain que ce ne sont pas les bateaux qui iront boucher les autoroutes…

  3. Bellamy défend les pêcheurs victimes de l’Europe et de la Mondialisation que les amis de Bellamy mettent en France et en Europe quand ils dirigent (Voir Chirac, Sarkozy et autres euroépistes) Mort de rire.

  4. Si sympathique soit il ce député Européen n’est pas très clair dans ses défenses des Français.

  5. L’écologie politique est une falsification de la réalité à but lucratif.
    Tous les élus verts, où qu’ils sévissent dans le monde, prétendent sauver la planète, mais ne pensent qu’à s’enrichir sur celle-ci, à son détriment, et ce faux prétexte en a faits des escrocs.
    En se politisant l’écologie s’est coupée de la réalité et c’est transformée en une punition.
    L’écologie est tombée dans l’irréel, le mensonge, et l’agression.
    L’écologie au XXIème siècle réduit des peuples entiers à l’esclavage.

  6. Pourquoi les hommes et femmes politiques français se positionnent-ils par rapport à la colère de telle ou telle catégorie de français en déclarant qu’ils entendent cette colère ? Pourquoi, dans un mouvement unanime et national ne se mettent-ils pas en colère, eux, contre les institutions de l’UE, à haute et intelligible voix, de manière à être compris et entendus de ladite UE, afin de défendre efficacement les intérêts et de la France et des français ?

  7. Pourquoi ne se sont-ils pas joints aux agriculteurs alors qu’ils étaient à quai sur ordre du gouvernement. C’est comme en politique chacun pour soi et en mouvements dispersés.
    Le changement pour que rien ne change donc complice de notre décadence
    Pêche en eau trouble et puis maintenant c’est la RATP…..après les profs la semaine dernière….demain les taxis.
    La mentalité des français me dégoûte .

  8. Aucune confiance dans les LR qui nous ont menés là où nous en sommes et, évidemment, ne nous en sortirons pas. Les LR ne comptent plus. Quant à Bellamy il n’a même pas eu le courage de voter contre les dernières résolutions woke au parlement européen. Minable. Faisons en sorte qu’il ne soit pas élu. Le 9 juin on vidange.

  9. les écolos ont encore frappé , mais pas dans le bon sens , tout ce qu’ils touchent n’est pas écolo , on la vu quand il y a eu les immenses feux de forêts en Gironde , il ne voulaient pas de pare feux car il fallait couper des bandes d’arbres , comme préconisé par l’ONF , donc des hectares de brulés qu’on aurait pu sauver !!

  10. Comment tous ces braves gens peuvent-ils faire des ronds de jambe à un Retailleau ou un Bellamy, les mêmes qui ont appelé en 2017 et en 2022 à voter au second tour pour Macron, le même Macron qui les étrangle aujourd’hui ?

  11. le meilleur et peut-être le seul vrai LR; mais son groupe est le PPE et vote bien trop aligné les maléfices que concocte l’UE. Il n’y a pas que Macron qui ait une double parole.

  12. Comment peut on lui faire confiance il va se débiner face à l’UE . Que retera t’il de ce pays si nous y laissons ces élus encore deux ou trois ans . Un tas de ruine , une population criant famine .Tous aux urnes , tous .

  13. La pêche, « un secteur stratégique » ? On a vu comment le gouvernement a défendu ce secteur à l’occasion du brexit (prime pour destruction des bateaux). Les ministres ont baissé leur froc, y compris celui de la défense nationale, au moment des négociations ! Et leurs représentants syndicaux ? Forts en gueule, mais devant les « rostbeef », ils capitulent, »on est jamais si bien trahis que par les siens » !

    • Il y a une ligue des sinistres contre la « souveraineté alimentaires de la France, que ce soit sur terre comme sur mer…

  14. Pas trop confiance dans la volonté de Bellamy qui fait partie du groupe Renew et qui , au mieux, se contentera de s’abstenir lors d’un vote qui demanderait une réponse «  contre ».

    • Le vote des français aux précédentes élections européennes a mis en place une majorité de députés euro européens , islamo gauchiste ou LREM (majoritairement aussi à gauche) donc ne sont ils pas responsables en partie ? A nous de faire en sorte que la droite revienne n’importe laquelle mais à droite toutes !! et les ONG et toutes ses associations islamo gauchistes trouvons un moyen au niveau des élus locaux et nationaux pour agir !! La solidarité en Europe en France, réveillons nous !!!

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois