Christophe Galtier Foot Sport

En France, si la fréquentation des églises est en baisse et celle des mosquées en hausse, demeure au moins un culte qui ne connaît pas la crise : l’écologie. Une d’autant plus conquérante qu’elle ne saurait tolérer le moindre blasphème, la plus petite critique et encore moins l’ombre du début d’une simple ironie.

Ainsi, Christophe Galtier, entraîneur du PSG, le club qataro-parisien qu’on sait, vient-il de déclencher les foudres de ce nouveau clergé pour quelques simples mots. Lors d’une conférence de presse tenue ce lundi 5 septembre, et tenu de répondre aux journalistes lui demandant pourquoi son équipe au grand complet préférait voyager en jet privé plutôt qu’en TGV, entre et Nantes, il répond, tout sourire : « Ce matin, on a discuté avec la société avec laquelle on fait nos déplacements pour savoir si on ne pouvait pas se déplacer en char à voile. »

En d’autres temps, voilà qui aurait sûrement fait se gondoler la France entière. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, la nouvelle bien-pensance frétillant déjà d’aisance à la seule idée de clouer les libres penseurs au pilori. Pis que tout, Kylian Mbappé s’est bruyamment esclaffé de la sortie de son patron. Bref, l’irréparable était commis, surtout venant de la dernière idole en date de de la bienveillance inclusive, même si fort sympathique au demeurant.

Sans surprise, chaisières de gauche, rosières féministes et autres ligues de vertu montent illico à l’abordage, comme si leur vie et celle de la planète en dépendaient, Amélia Oudéa-Castéra, ministre des Sports qui, en ancien magistrat de la Cour des comptes, connaît évidemment tout de l’art du ballon rond, tweete la première : « M. Galtier, vous nous avez habitués à des réponses plus pertinentes et plus responsables – on en parle ? » Et on se fait une bouffe dans la foulée, avant d’aller prendre le dernier verre au ministère ?

Plus laconique, Anne Hidalgo, encore auréolée de son triomphe à l’élection présidentielle, s’étrangle : « Non, mais ça va pas de répondre des trucs pareil ???? » Même si la formulation « Non, mais ça ne va pas de répondre des trucs pareils ? » aurait certainement été plus idoine, nous avons globalement saisi le concept.

Et sans oublier Benoît Payan, maire écologiste de Marseille, sans doute plus OM que PSG : « Votre mépris est un crachat en pleine figure. Vous êtes pathétiques et tristes. C’est aussi la planète de vos enfants qui brûle. »

Ensuite, tel que l’aurait sûrement assuré Max Pécas, regretté politologue que l’on peut tenir pour disciple du défunt Pierre Bourdieu : « On se calme et on boit frais à Saint-Tropez. » D’où ces deux observations :

La première tient à la personnalité de Christophe Galtier, dit « Galette ». Footballeur de la France d’en bas, formé à l’OM et ayant ensuite fait des merveilles en tant qu’entraîneur Bastia, Saint-Étienne et Nice, avant d’occuper ce même poste au PSG, l’homme est connu pour son autorité naturelle et le franc-parler allant avec. La preuve en est que dans le club parisien, il n’a pas hésité à mettre sur la touche près de vingt joueurs tout en remettant au pas certaines vedettes capricieuses. Ce qui explique qu’il soit meilleur sur le terrain que lors des conférences de presse devant d’autres starlettes, celles des médias.

La seconde, c’est qu'Alain Krakovitch, directeur de TGV Intercités, volant au secours de la curée médiatique, croit bon d’en rajouter dans ce tweet : « Paris- est à moins de 2 heures. Je re-re-renouvelle notre proposition d’offre TGV adaptée à vos besoins spécifiques pour nos intérêts communs. »

Sauf que voilà, on ne déplace pas une équipe de près de cinquante personnes d’un simple claquement de doigts. Ne serait-ce que pour des raisons liées à la protection des joueurs. Voilà qui signifie, dans le cas d’un OM venant jouer contre le PSG dans la capitale, qu’il faudrait sécuriser et sanctuariser, le cas échéant, la gare d’arrivée et empêcher les passagers « normaux » d’entrer ou de descendre du train, tout en priant qu’il n’y ait pas de grève ce jour-là, ou d’antiphocéens de l’espèce primaire… Ajoutons que les négociations entre SNCF et PSG piétinent depuis six mois. Si accord n’a pas été trouvé, c’est donc bien que ce club avait lui aussi ses raisons.

5473 vues

6 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

34 commentaires

  1. Bravo B’Mappé, Bravo Galtier, la meilleure réponse a toute cette polémique a été donnée sur le terrain de football, hier soir en battant la Juve 2-1.

  2. Pour parodier une chanson de Jacques Brel je dirai : « On ne rit plus Madame, Monsieur, on pleure, on se confine…. »

  3. Il m’à bien fait rire avec son char à voile ! En plus, ces bonnes âmes offusquées feraient bien de se demander comment déplacer toute une équipe de foot sans provoquer un rassemblement de supporters dont on connait les fréquents exploits…

  4. Ce trait d’humour un brin potache a été un excellent révélateur de la personnalité de nos politiques .
    Et dire que ces gens-là ont trouvé encore plus nigauds qu’eux pour les élire .

  5. Outre que l’on sait depuis longtemps que les footballeurs pensent surtout avec leurs pieds, je n’arrive pas à trouver une explication cohérente à cette polémique ridicule, initiée par… par qui au fait ? Il n’y a vraiment pas de quoi fouetter un chat. Sans vouloir défendre personne, je connais bien la ligne Paris-Nantes, qui se propose d’amener les joueurs parisiens en 2 h tapantes. Les amener, certes, mais à l’heure où se termine un match, douche comprise, je doute que les joueurs et leur staff trouvent un train qui les ramenera à la capitale. Moi je dis ça…

  6. Nos hommes et femmes politiques ne sont pas tristes, ils sont lugubres .
    Après ils vont être étonnés que les français qui aiment le rire et la rigolade se détournent d’eux

  7. Plutôt que de passer son temps sur twitter, M. KRAKOVITCH ferait mieux de régler les problèmes de la SNCF. A lire que cela fait 6 mois que les négociations piétinent, je constate que la SNCF ne s’est pas améliorée. Dans les années 80, nous voulions organiser le déplacement en octobre d’environ 180 personnes de Reims à Grenoble aller et retour et notre préférence allait très fortement au train spécial, la SNCF ayant à l’époque de remarquables trains Séminaire Conférence ; mais certains voulaient l’avion. Un devis a été demandé en mai. Deux jours après, nous avions les horaires du vol, le type de l’avion, un MD80 et le prix. Avant mon départ en vacances, je relance la SNCF espérant avoir la réponse à mon retour de vacances ; retour de vacances toujours rien, septembre toujours rien. Au final déplacement annulé.

  8. « La dérision en toute chose est l’ultime rempart au malheur » cet aphorisme typiquement Français où une pirouette permet de rire et donc de toujours rester optimiste car cartésien ne semble pas appréciée de nos « pseudos élites ». Ces derniers qui sont responsables de la crise énergétique veulent maintenant contraindre les Français et pour faire oublier, leur incompétence, interdisent que l’on puisse faire de l’humour. Pour résumer je citerai Alphonse Allais qui disait: « Une fois qu’on a dépassé les bornes, il n’y a plus de limite ».

  9. J’ai trouvé très drôle la réponse de Galtier, et plus encore sa manière de le dire, qui était parfaite. A moins d’être dépourvu d’un minimum de bon sens, il était évident que la question de la sécurité des joueurs posait problème avec le TGV, sans parler de tous les autres inconvénients mentionnés dans l’article. La réponse de Galtier était donc parfaitement à la hauteur de la question posée. Je regrette seulement que Galtier ait jugé bon (ou plus exactement, se soit senti obligé) de s’excuser. Dommage, j’ai bien rigolé !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter