Pour mes amis tricolores qui auraient encore quelques difficultés à digérer les borborygmes d’outre-Atlantique qui dénaturent l’expression de notre francité, rappelons qu’« unplanned » signifie « imprévu » ou « non planifié » dans la langue de « Creepy » Joe Biden.

Unplanned, donc, est un film américain, sorti en 2019, et diffusé lundi dernier en prime time – soit « heure de grande écoute », en parler natif – sur la chaîne C8. L’histoire est simple : celle d’Abby Johnson, porte-parole, puis directrice de la branche texane du Planning familial dans la ville de Bryan, ayant elle-même eu recours à deux IVG, qui assiste un jour à l’avortement d’une jeune femme, enceinte de treize semaines. De manière « imprévue », alors qu’elle avait déjà participé à des dizaines de milliers d’avortements, cette intervention la bouleverse et provoque ce qu’elle appelle un « éveil spirituel ». Elle décide alors de démissionner de son poste afin de s’engager dans la lutte pour la vie.

Le film est militant. Produit par un studio chrétien évangélique (Pinnacle Peak Pictures, anciennement Pure Flix Entertainment), il est un appel au changement de mentalité sur la question. Malgré de vives controverses et le boycottage publicitaire du produit à sa diffusion (par Google, A&E Networks, Discovery Inc., Hallmark Channel, NBCUniversal, entre autres), avec – évidemment – la suspension du compte Twitter afférent dès sa sortie en salles, Unplanned a dépassé toutes les projections au box-office américain – en américain dans le texte – et aurait rapporté 21 millions de dollars dans le monde sur un budget alloué de 6 millions.

L’annonce d’une diffusion du film sur C8 n’a pas manqué de provoquer la levée prévisible de boucliers parmi les égéries du et chez leurs expertes homologues pro- du Planning familial. D’autant que le milliardaire Vincent Bolloré, patron de la chaîne, catholique pratiquant, n’a jamais caché ses convictions pro-vie et que, parallèlement, sur CNews, autre chaîne « sulfureuse » du groupe, l’émission « En quête d’esprit » aborde l’actualité sous un angle chrétien depuis 2020. Devant ces îlots volcaniques de catholicisme cathodique, l’Internet a chauffé : « Non à l’entrave, non à la culpabilisation », tweetait Marlène (Schiappa) avant la diffusion ; « un outil de propagande abject » et « contre nos valeurs », ajoutait Élisabeth (Moreno) pendant son visionnage. Avec l’appui jésuitique d’un Jean-Michel (Aphatie), tutoyant le tweeteur pour dénoncer un message « faux-cul » de C8. Ouaip !

Hélas, diront sans doute les défenseurs de l’enfant à naître, Unplanned n’a été suivi que par 304.000 personnes, soit une part d’audience de 1,5 %, selon les chiffres de Médiamétrie relayés par PureMédias. Un score imprévu ? Non, bien sûr. Et pas seulement par désintérêt du public pour un débat qu’une majorité juge tranché par la loi Veil et ses applications, vieille de presque cinquante ans. Sans doute aussi parce que, au tréfonds de l’âme humaine, l’avortement reste un acte en conscience grave. De l’ordre de la douleur et du déni pour les millions de celles qui l’ont subi, quoi qu’en diront certaines. On comprend qu’elles aient préféré zapper…

Au moins, après cette crise d’hystérie médiatique, la percée « mesurée » du « bollorisme » devrait-elle rassurer nos ministres-militantes sur la capacité de résistance de leur idéologie féministe d’État face aux assauts de la « contre-morale » chrétienne dans une où, bon an, mal an, 200.000 avortements sont toujours pratiqués depuis 2001. D’ailleurs, après son show d’effroi, le ministre délégué à « l’Égalité des chances » a décidé qu’elle ne porterait pas plainte contre C8, coupable de cette diffusion partisane qui l’aurait révulsée. Au nom du droit « fondamental » à « la d’expression »… C’est beau. Jean-Michel, un tweet, vite !

21 août 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4.9 8 votes
Votre avis ?
59 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires