Editoriaux - Polémiques - Réflexions - Religion - 22 novembre 2019

Profanations et arithmétique

Alors que les chiffres donnent le tournis, l’hostilité envers les chrétiens ne bénéficie que d’un écho limité dans les médias…

Constat d’une indignation à géométrie variable

Mercredi dernier, à (Hautes-Pyrénées), une église (encore une) a été profanée. Porte fracturée, urine, livrets de messe déchirés ou brûlés… il ne manquait plus que les hosties piétinées. Alors que la presse de gauche sature ses pages d’appels à faire front contre l’islamophobie, la raison nous prie de rappeler que les actes antichrétiens ne cessent d’augmenter et que, sur la seule année 2018, les chiffres officiels en recensent 1063. En examinant le rapport du ministère de l’Intérieur, on constate pourtant que, sur la même période, les attaques subies par les musulmans sont dix fois moins nombreuses (et au plus bas depuis 2010). La Commission nationale consultative des droits de l’homme note, en 2019 : « Les actes antimusulmans enregistrent une baisse globale de 18 % sur l’année écoulée, soit 100 actes qui se répartissent (contre 122 en 2017 et 185 en 2016) en 55 menaces et 45 actions. »

Les curés et l’algèbre, ça fait deux…

Il faut dire que les chrétiens ont un traitement de faveur. France Culture, par exemple, nous explique que les profanations d’églises sont un phénomène « réel mais limité ». La radio payée par nos impôts ressort l’argument fallacieux qui se base sur le nombre d’églises, plus important par rapport aux mosquées « répertoriées » (45.000 contre 2.400). Ce raisonnement est d’une bêtise confondante. Les attaques perpétrées seraient donc justifiées par la densité du patrimoine chrétien, et non par le symbole religieux des édifices. Si des personnes rentrent saccager un sanctuaire catholique, ce n’est qu’une irruption fortuite liée au pourcentage de chances de se retrouver face à une église !

Le père Olivier Ribadeau Dumas, ancien secrétaire général de la Conférence des évêques de France et actuel recteur du sanctuaire de Lourdes, abonde dans ce sens en osant rajouter : « Mais il y a aussi beaucoup de gens qui ne savent pas ce que c’est qu’une église, qui y entrent pour voler, pour dégrader, donc il faut différencier les attaques contre les lieux de culte. »

Alors là, vous venez, Monseigneur, d’ajouter de la complexité à mes calculs ! Par combien dois-je donc diviser le nombre d’agressions contre les chrétiens ?

Déjà, j’ai envie de vous féliciter d’appliquer le précepte qui enjoint à tendre l’autre joue quand un coup nous est porté. Ensuite, en cessant l’ironie, j’aimerais vous dire que les Français, croyants ou non, sont dans leur immense majorité écœurés par votre déni. Et même s’ils passent beaucoup moins de temps que vous dans la maison de Dieu, ils prennent très au sérieux ces agressions qui, au-delà de leur christianophobie manifeste, sont une charge contre notre civilisation.

Pour finir, j’estime qu’il est inconcevable, en France, d’excuser celui qui ne sait pas « ce que c’est qu’une église ».