On nous l’affirme : l’augmentation du coût de l’énergie, c’est la faute des Chinois (qui nous ont déjà refilé le Covid-19), des Russes (évidemment !), des Américains… bref, des autres.

Creusons un peu.

Le dispositif des certificats d’économie d’énergie (CEE) date de 2005. Les fournisseurs et distributeurs, appelés « obligés », doivent permettre aux consommateurs de réaliser des économies d’énergie. Ces économies sont quantifiées en certificats d’économie d’énergie délivrés par l’État. Pour répondre à cette obligation, les fournisseurs ont trois solutions : payer une surtaxe à l’État, réaliser eux-mêmes des économies d’énergie ou s’acquitter en achetant des certificats d’économie d’énergie sur un marché, la bourse Emmy, où les consommateurs d’énergie les vendent. Marché fort lucratif.

Mais d’où, finalement, sort l’argent ? Devinez ! Les producteurs gagnent à vendre moins et plus cher pour continuer d’acheter leurs certificats sur le marché, en continuelle augmentation. Ils répercutent cette flambée sur leurs prix, donc sur les consommateurs et, corrélativement, diminuent leur production. Plusieurs associations ont alerté le gouvernement de cette hausse du prix des CEE. L’État reste silencieux. Sans doute pour la même raison qui, profitant de leur naïveté, laisse croire aux écologistes que le salut est dans les énergies renouvelables. Or, qu’en est-il ?

La superficie de la France est de 63 millions d’hectares. Complètement recouverte de panneaux, dont le meilleur rendement est de l’ordre de 20 %, l’énergie totale produite serait de l’ordre de 32 térawatts. Or, le total de la production d’énergie est de l’ordre de 360 térawatts.

En Allemagne, au début des années 2000, la transition énergétique était censée apporter aux régions de l’ex-RDA la prospérité économique. Selon la Confédération des syndicats allemands (DGB), en une seule année, 30.000 emplois ont disparu, avec 30 milliards d’euros de faillites. L’Allemagne a dépensé 24,3 milliards d’euros au-dessus des prix du marché en tarif de rachat d’énergie renouvelable, en 2017. Lorsque le temps est couvert, c’est la Pologne, avec ses centrales au charbon, et la France, avec ses centrales nucléaires, qui alimentent l’Allemagne.

En France, selon l’enquête réalisée par Gay, auteur du livre Vive le nucléaire heureux !, la « route solaire » inaugurée par l’ineffable Ségolène Royal, en 2016, n’atteignit jamais que la moitié des 767 kWh journaliers prévus initialement. Amérique, Allemagne, Espagne, Danemark, Australie : partout, dans le monde, les énergies renouvelables constituent un gouffre financier.

La cause en est leur régime variable, nécessitant des renforcements de secours sous la forme de centrales au gaz, de barrages hydroélectriques, de batteries au lithium… On peut changer les lois humaines, pas celles de la thermodynamique.

S’y ajoute, chez nous, la fameuse taxe appelée « contribution au service public de l’électricité ».

En France, à l’horizon 2022, elle dépassera 10 milliards d’euros, directement prélevés sur les factures. Mise en place, début 2000, pour soutenir et développer les énergies renouvelables, la CSPE a augmenté de… 650 % ! Vous avez bien lu. Soit environ 16 % de la facture moyenne d’électricité, d’après la Commission de régulation de l’énergie. CSPE encore insuffisante pour le développement des énergies renouvelables, au coût entre deux et dix fois plus élevé que celui du nucléaire installé.

D’après Gay, l’électricité nucléaire coûte environ 4 centimes par kWh (avec le démantèlement et la gestion des déchets), l’électricité d’origine solaire entre 80 et 100 centimes d’euros par kWh, soit 20 fois plus.

Mais la prospective verte serait incomplète sans la voiture, naturellement électrique ! Lorsque les véhicules thermiques ne seront plus commercialisés, avec un parc estimé à 15 millions de véhicules, le besoin sera de 34 térawatts, soit la consommation annuelle de l’ ou du Danemark.

« Sauvons la planète ! » « L’Énergie est notre avenir », etc. Le véritable objectif ne serait-il pas de faire semblant d’agir en magnifiant le renouvelable tout en laissant prospérer les augmentations jusqu’au seuil de l’insupportable ? Alors le gouvernement rejouerait le développement du nucléaire, à l’instar des nations du monde entier. Au nom de l’opportune lutte contre le CO2, supposé coupable du réchauffement (gaz non toxique, pourtant 150 fois plus élevé au crétacé et dont les plantes se nourrissent), la marche forcée vers le tout électrique, c’est bien la marche forcée vers le nucléaire.

16 octobre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4.6 9 votes
Votre avis ?
53 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires