« La mer ! partout la mer ! des flots, des flots encor. […] Toujours des flots sans fin par des flots repoussés ;/L'œil ne voit que des flots dans l'abîme entassés/Rouler sous les vagues profondes », écrit Victor Hugo dans son poème Le Feu du ciel. Désormais, contemplant l’horizon marin, le regard du poète butera sur de longues tiges de métal hérissées. Il lui faudra oublier l’espace infini où le ciel et la mer semblaient se confondre. Dressés face à lui, les parcs éolien « offshore » vont se multiplier au large de nos côtes. Ils raviront les écologistes et feront la fortune de ceux qui ont flairé le bon filon d’un business prometteur.

Le 22 septembre dernier, Emmanuel Macron était à Saint-Nazaire pour inaugurer le premier d’entre eux. Objectif présidentiel : une cinquantaine de parcs d'ici 2050. Alors que les poètes ne tardent pas à trouver l’inspiration car le temps leur est compté. L’heure est au « développement massif des énergies renouvelables », annonce l’Élysée. Et, donc, au saccage accéléré de nos paysages. Les pylônes métalliques fleurissent dans toute la France et se répandent donc désormais dans un des derniers espaces préservés : la mer.

Le professeur Jean-Robert Pitte, éminent spécialiste de géographie culturelle et auteur d’une Histoire du paysage français, note que « les paysages sont impermanents et même mortels, comme les civilisations dont ils sont l’expression perceptible par les sens ».

L’écologie d’extrême gauche ignore les paysages et contribue à leur effacement car, du passé, elle veut faire table rase. Elle se préoccupe d’intersectionnalité des luttes et met la question écologique au service de son combat anticapitaliste. Elle prétend « sauver la planète » mais, en réalité, sa matrice révolutionnaire la conduit à vouloir détruire le « monde ancien », c’est-à-dire le monde réel, pour faire émerger sur ses ruines un « monde nouveau ». Plus juste, plus « sobre » et plus solidaire, bien entendu.

L’écologie, dans sa version libérale progressiste célébrée par Emmanuel Macron, si elle ne s’inscrit pas dans un discours révolutionnaire régénérateur, n’en est pas pour autant moins indifférente à l’esthétique de nos paysages et aux enjeux civilisationnels. Que faudrait-il d’ailleurs conserver puisqu’« il n’y a pas de culture française », aux dires du Président ? Quatre-vingts éoliennes déployées en face des côtes du Pouliguen et du Croisic, voilà qui nous conduit assurément vers un monde meilleur.

Aussi, il y a urgence, à un moment où l’écologie s’impose dans le débat public comme le thème dominant, à penser et à faire émerger une écologie enracinée soucieuse de préserver le patrimoine culturel et naturel qui nous a été transmis. L’identité de la France, ce sont aussi ses paysages. Comme elle, ils se transforment sous l’effet du temps et du labeur des hommes, mais ils témoignent néanmoins d’une continuité et bien souvent d’une ambition : embellir le monde.

Nos beaux paysages sont le visage de la France. Une chapelle romane édifiée sur plus d’un siècle dont la silhouette se découpe dans la lumière du matin. Des toits de tuiles qui affleurent au détour d’un sentier provençal. Ou encore les falaises de craie blanche d’Étretat qui ont séduit le regard de Monet, Courbet et Delacroix. Ces paysages, nous avons la responsabilité de les préserver pour les transmettre à notre tour.

L’écologie révolutionnaire ou progressiste est une écologie « hors-sol » qui se gave d’un vocabulaire technicien désincarné. La transition énergétique pour EELV est « une démarche Territoire à énergie positive ». Pour Sandrine Rousseau, c’est « faire en sorte que la France soit le pays de la lumière renouvelable ». Quant à Emmanuel Macron, il s'agit d'engager une dynamique collective autour d’un objectif commun : « Make Our Planet Great Again ». Des mots, des slogans et, au bout du compte, l’enlaidissement du monde qui accompagne l’ensauvagement des mœurs et la déconstruction de notre langue.

« Un beau paysage, écrit Jean-Robert Pitte, est celui qui ravit ses habitants et ses visiteurs, dans lequel il leur plaît de vivre et qu’ils comprennent sans même l’habiller de mots. » De la beauté naît l’attachement et de l’attachement la volonté de protéger et de cultiver avec amour. Non pas « recréer » ou « fabriquer » mais « faire croître » et continuer à embellir. Dénoncer le saccage de nos paysages, c’est combattre l’imposture de cette écologie libérale-libertaire qui dénature ce qu’elle prétend sauver.

3253 vues

24 septembre 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

40 commentaires

  1. Je partage totalement les propos de cet excellent article, et comme dit le Sieur Evariste. : « Les étendards de la bêtise » brassent du vent, mais la production sera elle au RDV… Notre penseur Jupitérien fait comme ces étendards, sans cependant ne rien produire, il brasse du vent et des mots, sans être malheureusement d’une énergie salutaire pour notre beau pays. ✌️

  2. Comme le dit si bien « ann wels »
    bon et alors les tonnes de béton armé coulé sur les fonds marins on en parle ? les milliers d’oiseaux fracassé sur les pâles de ces moulins monstrueux, et je ne vous parle même pas des conséquences sur l’activité des pêcheurs ! le coût d’installation, mais aussi d’entretien, puis fatalement de démantèlement un jour, bref QUE DU BONHEUR !
    Alors vous savez quoi, vos calculs je ne vous dis pas où vous pouvez vous les mettre

    Evariste dit :
    Ces éoliennes sont l’étendard de la bêtise humaine et une insulte à l’intelligence scientifique.

    J’approuve ces propos de très bons sens

  3. Il paraît que tout le littoral français sera pollué par ces brasseuses d’air … Sauf …? Sauf au large du Touquet , résidence des Macron … Tiens pourquoi ? Brigitte n’aime pas leur vue ? ou c’est lui ?

  4. J’ai toujours pensé que miser sur la connerie humaine c’était mistral-gagnant.
    Et il faut bien dire qu’on a à la tête de la France, depuis trop longtemps, un spécimen particulièrement gratiné dans ce domaine !
    Remarquez que, « en même temps »…..

  5. Au fait, mon scénario est basé sur un super tanker, mais n’importe lequel des cargos qui croisent au large de St Nazaire le rendront possible aussi. La marée noire sera peut être moindre mais elle sera .

  6. il suffira d’un gros vent, sans pour autant être une tempête , d’une avarie moteur, d’un super tanker bourré de pétrole et on aura la plus belle catastrophe écologique du siècle ! Une méga marée noire . le champ d’éolienne est situé en plein dans le chenal d’accès de l’estuaire. En fait légèrement sur le coté, mais poussé par les vents dominants, le navire va vite venir se fracasser contre un mât, sans que l’équipage ne puisse faire quoi que ce soit et assister impuissant à la catastrophe. St Nazaire est doté d’un terminal pétrolier dernier cri, tout neuf ! L’hiver c’est la saison des tempêtes. On risque de ne pas attendre la fin de l’année pour voir ce scénario se réaliser. Vu l’état de vétusté de certains navires , la probabilité que ça arrive est très forte. Ce qui c’est passé au Liban, avec l’explosion dans le port, soutient ma thèse : C’était un cercueil flottant tant le navire était en piteux état. Des bateaux de ce type sont majoritaires actuellement .
    je n’ai pas de boule de cristal pour voir l’avenir, je n’ai qu’un certif’ mais j’ai la conviction qu’on ne va pas attendre beaucoup d’années pour apprendre qu’une marée noire a lieu au large de St Nazaire.

  7. Selon Biquet61, « les éoliennes du Parc de Saint Nazaire ne dépasseront guère l’horizon » , Comme coluche nous expliquait, un technocrate mis dans le désert, avant trois mois, il sera obligé d’importer du sable. Bravo !

    1. Exact !!! Du genre de ces technos parisiens qui veulent dire aux ruraux comment il faut vivre, penser, voir voter.

  8. « . L’heure est au « développement massif des énergies renouvelables », annonce l’Élysée. Et, donc, au saccage accéléré de nos paysages. » Et surtout au détournement massif d’argent public vers des portefeuilles privés : 200 milliards d’€ déjà dépensés pour les moulins à vent, soit 10 centrales nucléaires clés en mains, et autant de prévus pour les investissements off-shore.

  9. Quand on sait que les éoliennes ne fournissent pas assez d’énergie et qu’elles doivent être complétées par une autre source, que l’installation de ces pilones détruit les fonds sous-marins, sans parler de l’encombrement, des obstacles qu’elles constituent à la navigation….nos dirigeants ne calculent plus rien, seulement leur rapport financier !! Il faut manifester pour leur enlèvement, pas seulement à cause de ces atteintes aux paysages qui font l’attrait touristique !

    1. … puis on plantera les politiques-décideurs, initiateurs de ces « beaux » projets, sur les dites éoliennes.

  10. Les électeurs de Saint Nazaire doivent se poser des questions, «  pourquoi on a voté à 68% pour Macron en 2022 » , pourquoi on a « élu un député EELV », pourquoi on a « élu un Maire gauchiste « ? Ils comprendront qu’ils ont les élus qu’ils ont eux-mêmes choisi…

      1. en effet ! mais ils ne sont pas les seuls. oui vous avez raison, ils sont en grande partie responsables. Mais la vérité est que ce sont plusieurs facteurs qui s’additionnent la cause de ce problème. Il y a en 1) la corruption de nos élus. Combien de fois avons nous entendus que tel ministre, tel député était mis en examen pour ceci ? Combien de fois avons nous entendu qu’il était blanchi par un non-lieu ? Nous ne les comptons plus, car il y en a trop ! Que ce soit de droite, de gauche, ou verts, c’est ahurissant le nombre.
        2) cela a provoqué un découragement de 2 français sur 3. Car c’est une réaction naturelle et logique même si au final cela s’avère une très mauvaise façon de faire. il faut donc réapprendre au français à reprendre confiance en soi, à retourner aux urnes et à voter pour les petits candidats, ceux que les médias ne citent que très peu. Vaste programme !

    1. eh oui le problème est que souvent nous tendons la verge qui sert à nous faire battre. Souvent par non connaissance et surtout par découragement et écœurement provoqué par nos hommes politiques. Combien de fois avons nous voté pour des personnes mises en examen pour ceci ou cela et bien souvent bénéficiant d’un non-lieu, une fois élu ? Ces façons de faire ont dégouté 2 français sur 3 d’aller voter . Au final les peu qui votent, trahis par la , droite, trahis par la gauche, ont votés écologique et sont trahis de nouveau. il faudra réapprendre aux français 1) de reprendre courage, 2) d’aller voter et 3) de voter pour les petits candidats comme disent les médias, c’est à dire pour les Lassalle , Assalineau, ou Zemmour (et quelques autres mais pardon j’ai oublié leur nom )

  11. Rien ne sera épargné à ce pauvre pays autrefois si beau et si doux à vivre. Honte à tout ces destructeurs et vandales en tout genre. Il serait temps de se débarrasser de cette caste malfaisante.

  12. Macron saccage tout. C’est un destructeur à la solde d’une idéologie mortifère. Les progressistes n’ont que le mot déconstruire à la bouche. En réalité ils détruisent. Auparavant, nous célébrions les bâtisseurs. Aujourd’hui, les démolisseurs oeuvrent .

  13. Depuis des décennies les gouvernements successifs se sont escrimés à détruire notre industrie . La seul chose positive si je puis dire , c’est que l’on détruisait en même temps les hideux bâtiments qui hébergeaient cette industrie .Ce qui permettait de reconvertir le secteur concerné au tourisme Et que fait-on aujourd’hui ? On réindustrialise le paysage pour faire de notre horizon un champs de tour de ferrailles avec pales à mouvement rotatif !

  14. Maintenant que les éoliennes sont visibles depuis les villas bauloises, la classe médiatique se réveille enfin pour dénoncer ce scandale !
    Des éoliennes terrestres polluent déjà la vie de nombreux habitants des zones rurales sans que ça n’ait ému grand monde.
    Ces éoliennes s’implantent d’autant plus facilement qu’elles sont posées sur des terres agricoles et qu’elles rapportent 5000€/an au propriétaire des terrains.
    Certains projets avancent encore plus vite quand le propriétaire est député ou sénateur…
    Il est d’ailleurs curieux, qu’à l’exception de Marine Le Pen, aucun parti politique ne dénonce ce saccage de nos paysages et le sabotage de notre industrie touristique.
    Se pourrait-il qu’il y ait quelque corruption ?

  15. Allons Monsieur LASSEZ, vous êtes certainement un excellent juriste, mais il faudrait que vous puissiez réviser vos mathématiques…Souvenez-vous…:

    – La tangente d’un angle aigu est le quotient de la longueur du côté opposé à cet angle, par la longueur du côté adjacent à cet angle…
    – Dans le cas du Parc Éolien de St Nazaire la hauteur d’une éolienne de 175 m représente le côté A opposé à l’angle de vue sur terre…, la distance de 12 kms ou 12000 m est le côté B adjacent à cet angle…
    – La Tangente de l’angle de vue est donc de 175/12000 = 0.01458333 que nous pourrons arrondir à 0.0146
    – Maintenant calculons la hauteur de vue depuis la terre à bout de bras soit à peu près 1m de distance… soit 0.0146*1 = 0.0146 m soit 1.5 cm…!
    En conclusion les « monstres » que vous décrivez dans votre essai, ne « saccageront » le paysage qu’à hauteur d’un cm et 1/2…! Effroyable… Non…?

    1. A voir les éoliennes installées à St Nazaire et la réaction des habitants, et ce qu’on peut voir à la télé, il y a certaiement une erreur dans votre calcul . La maire d’une des communes impactées par cette  » splendide réalisation  » demande déjà une compensation , car on est bien loi de l’impact visuel qui était prévu .
      D’après ce que j’ai pu comprendre, les éoliennes ne devaient avoir, vu de la cote que la taille d’une allumette .
      Il faut croire que les allumettes , sont très grosses cette année , une façon peut être de recycler les pins calcinés par les incendies de la région Aquitaine ….
      Pour ma part , je me souviens de cette éolienne , bien en vue de la cathédrale de Coutances.
      J’avais loué un gite à proximité immédiate, super la photo du clocher avec ce moulin à vent en perspective ….
      Résidant près de l’ile D’Oléron les habitants sont  » vent debout » contre le projet éolien qui doit y être installé.
      Les élus demandent à minima un éloignement de 37 Kms , pour que ces éoliennes ne soient pas visibles de la cote .
      Pour ma part , je pense que ces parcs sont une aberration , la mise à l’arrêt de Fessenheim aurait palier à l’implantation de centaines de ces éoliennes .

      1. Oui , je suis d’accord avec vous ! Est-ce que Trenet aurait pu aujourd’hui ,composer sa chanson en admirant l’océan dont l’horizon serait hérissé de moulins en ferraille, plus hideux les uns que les autres ! Mais comme dit l’autre  » Nous avons les moyens de vous convaincre  » et aujourd’hui les intérêts en jeu sont tels que les lobbies sont capables de mettre la main au porte-monnaie pour persuader les plus sceptiques . Il va falloir être vigilant, parce que sur le coup, les opposants aux projets d’installation de nouveaux parcs éoliens ne pourront compter sur la mobilisation des écolos. Oui !On pense tout de suite à Fessenheim , le nucléaire et son électricité abordable . L’écologie éolienne coûte cher surtout aux plus pauvres de nos concitoyens . Les taxes écologiques avaient provoqué la mobilisation des gilets jaunes sur les ronds-points !

      2. Lors de la construction des centrales nucléaires il y eut également la construction des lignes HT pour la sortie de la production, nos chers écolos ont manifesté pour « la pollution visuelle faites par ces lignes HT ».
        aujourd’hui ils manifestent pour l’implantation de « machins » 3 fois plus imposants sans aucune allusion à la « pollution visuelle ». Il est vrai que les écolos changent avec les générations, mais est-ce vraiment que cela, ou comme leur moulin à vent fonctionnent-ils dans le sens de celui-ci ?

    2. Mon pauvre !! En fait c’est comme l’immigration à petite dose c’est gérable. Vous parlez d’un petit cm et demi vous oubliez de le multiplier par 80 les uns collé aux autres, avant de nous étaler vôtre savoir allez y faire un tour et jugez de visu !!!

      1. Mon cher « Raymileg » je n’étale pas mon savoir, j’essaie d’appliquer ce que j’ai étudié en classe de 4ème, il y a bien longtemps, mais peut être ne vous en souvenez-vous plus…? Ou bien votre cursus n’a pas été aussi loin…? Vous préférez sans doute croire ce que vous voyez à la télévision…, c’est votre droit…!

    3. Votre calcul bien que valable n’est pas complet. En effet, comment expliquez vous que quand vous êtes au bord de la mer, soit vos yeux à 1.5 m au dessus de l’eau, l’horizon est à environ 3 km. Il faut donc se rapporter à la formule qui permet de calculer l’horizon qui est environ ( d = 3 x racine de la hauteur) avec d en km et h en mètre. Si l’on suit votre raisonnement, une éolienne de 175 m à 12 km sera vue sous le même angle qu’une personne de 1.80 à 123 m. Avouez que ça change tout.

      1. Mon cher « Michell » vous abondez dans mon sens, effectivement en appliquant votre calcul, si nous nous plaçons en bord de mer, les éoliennes du Parc de Saint Nazaire ne dépasseront guère l’horizon, puisqu’elles se situent à 12 kms soit 4 fois plus loin que « notre » horizon… Effectivement ça change tout…!

    4. Mon cher « biquet » !! Bof, y a mieux comme pseudo .En effet mon cursus ne m’a pas emmené très loin, pas trop le choix avec une famille de 7 enfants c’etait le boulot à 14 ans, ça ne m’a pas empêché de monter mon entreprise et de m’epanouir et réussir ma vie .Contrairement à ce que vous croyez je n’ai pas vu ça a la télé, je passe (Et ne passerai plus) mes vacances face à ce champ d’éoliennes et de par cette expérience c’est bien plus laid que vous semblez le penser (car vous par contre vous parlez sans savoir) bon dimanche cher biquet.

    5. Monsieur le mathématicien distingué, vous avez « oublié » un paramètre des plus importants : ces objets d’art ne sont pas immobiles, mais en rotation. Avec un effet secondaire non négligeable mais pourtant négligé : tout objet en mouvement attire l’œil, depuis l’aube de l’humanité avec son instinct de survie et de chasse. Résultat : un objet de 1.5 cm apparent suffit à fixer l’attention de tout observateur, même distrait.

    6. bon et alors les tonnes de beton armé coulé sur les fonds marins on en parle ? les milliers d’oiseaux fracassé sur les pâles de ces moulins monstrueux, et je ne vous parle même pas des conséquences sur l’activité des pêcheurs ! le coût d’installation, mais aussi d’entretien, puis fatalement de démentellement un jour, bref QUE DU BONHEUR !
      Alors vous savez quoi, vos calculs je ne vous dis pas où vous pouvez vous les mettre

      1. Chouette !! Je vois qu’il reste des gens sensé dans notre pays, pas que des moutons au « savoir » limité. ..

    7. A quel moment votre « démonstration » prend elle en compte la distance entre le sol et les yeux de de l’observateur? 1700 millimètres à minima vous ne pensez pas que cela rehausse le point de vue du promeneur? Ces éoliennes sont une plaie et votre pansement mathématique est aussi efficace qu’un emplâtre sur une jambe de bois.

  16. le wokisme c’est la fin de la société analogique et macron veille au grain ! tant que le troupeau sommeillera ….

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter