[Point de vue] La déroute africaine de la France

macron afrique

En déplacement jusqu’au 5 mars sur le continent africain, Emmanuel Macron tente d’y poser les nouvelles lignes d’un partenariat « rénové » afin de diversifier des relations jusque-là essentiellement tournées vers l’Afrique subsaharienne. Il est vrai que, fortement décriée au cours de ces derniers mois, notamment par la jeunesse, la politique africaine de la France n’a jamais été aussi peu lisible et compréhensible.

En 2017, à Ouagadougou, au Burkina Faso, celui qui venait d’être fraîchement élu à la tête de l’État avait déjà annoncé sa volonté de « tourner la page de la Françafrique ». Il s'est répété à Libreville, le 2 mars. En d’autres termes, de mettre fin aux relations privilégiées que la France entretenait, pour le meilleur et parfois pour le pire, avec ses anciennes colonies depuis les indépendances. Six ans plus tard, Emmanuel Macron reconnaît lui-même que ce changement de politique vis-à-vis de nos anciens partenaires n’a pas « encore pleinement donné ses résultats ».

Aveuglement ou parti pris, les conséquences de cette réorientation de nos relations avec certains pays africains ont pourtant été à la une de l’actualité, au cours de ces derniers mois. Ainsi, l’éviction de la France du Mali, lequel figurait pourtant dans notre liste des pays prioritaires en matière d’aide publique au développement (145 millions d’euros de l'APD en 2019), ou bien encore, plus récemment, notre renvoi du Burkina Faso, qui recevait cette même année, toujours au titre de l’APD [aide publique au développement, NDLR], 137 millions d’euros, prouvent bien les effets délétères de ce revirement politique majeur.

Malgré une aide au développement qui a atteint un pic en 2020, avec un budget de 12,4 milliards d’euros, dont 72 % sous forme de dons, la politique africaine lancée par Emmanuel Macron s’avère donc être un échec cuisant. Incapable d’initier une politique cohérente et forte avec les États africains, englué dans de nombreuses et coûteuses difficultés intérieures, dans l’impossibilité désormais de conduire une quelconque politique à l’international en dehors de ses « mentors » de l’Union européenne et des USA, le chef de l’État choisit de se retirer par la petite porte.

À cet effet, quelle meilleure stratégie que celle qui consiste à se poser en novateur et à proposer le passage « d’une logique d’aide à celle de l’investissement ». Ou bien encore de promouvoir une « nouvelle relation équilibrée, réciproque et responsable ». Des mots creux, parfaitement conjoncturels et, surtout, qui signent l’impuissance d’un homme face à une situation (une autre) qui lui échappe définitivement.

Sur le plan économique, les parts de marché à l’exportation de la France en Afrique ont été divisées par deux depuis 2000, passant de 11 % à 5,5 % en 2017. À noter que ce recul, en dehors de l’aéronautique, concerne tous les secteurs.

Sur le plan militaire, le président de la République annonce également une diminution des effectifs et un effort à venir dans la formation et les équipements. Là encore, signe de faiblesse, c’est tout un pan de la géopolitique et de la géostratégie françaises qui est remis en question. Incapable de résister à la pression de certaines puissances ayant mieux anticipé les événements planétaires actuels, c’est à une abdication sans conditions que nous assistons.

Ce voyage africain présidentiel, au sujet duquel six Français sur dix pensent qu’il n’améliorera en rien les relations de notre pays avec nos partenaires africains, tout comme les seize autres déplacements effectués en terre africaine depuis le début de son premier mandat, restera donc probablement sans effets notables. La France finira de perdre toute influence sur un continent auquel elle était historiquement liée, ce qui n’empêchera pas les Français de voir, sans aucune contrepartie, croître et multiplier une immigration africaine que l’on sait désormais hors de contrôle.

Olivier Damien
Olivier Damien
Conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté, Commissaire divisionnaire honoraire

Vos commentaires

52 commentaires

  1. Tout à fait d’accord avec Tfl….ILS ont fait élire celui qu’ILS savaient aller jusqu’au boutiste, quelle que soit les résultats pour la France; F. Hollande et Sarkozy n’ayant été que les marches pieds, préparer le terrain, en attendant que leur Macron soit bien mûr, formé, sûr. C’est ma conviction.

  2. Les propos de Macron en AFRIQUE sont scandaleux. Les africains doivent écouter le diagnostic d’ADRIANO SEGATORI, psychiatre italien, concernant son état mental.

  3. Halte au feu sur Macron! Je n’ai aucune sympathie pour le type, mais le malaise remonte à plus loin que ça…
    Et finalement ce sont les intellectuels africains qui en parlent le mieux: lors de sa précédente tournée au Gabon, un universitaire du cru avait été interrogé sur ce sentiment anti Français au Sahel, et sa réponse a été nette « comment et pourquoi nous devrions aimer et respecter un pays qui ne s’aime pas et ne se respecte pas lui-même? » fermez le banc, l’essentiel est dit…
    Le peuple français devrait quand même se rappeler qu’il a porté au pouvoir les fossoyeurs de la France, au lieu de s’en étonner… si Chirac faisait encore bien le job, les trois suivants ont été catastrophiques… ils ne nous respectent pas car nous n’inspirons plus le respect.. pas besoin d’aller chercher la soumission à untel ou untel, mais désormais tout voyage en Afrique se fait avec un discours d’autoflagellation assez consternant, et surtout contre productif.. imagine t’on Poutine aller demander pardon aux colonies soviétiques d’Asie Centrale? La nature humaine n’a aucune pitié pour les faibles, et c’est bien comme des faibles qu’ils nous voient, et personne n’a envie d’être du côté des faibles…
    Quand au volet économique du sujet, au lieu de pleurnicher sur la perte de nos parts de marché, demandons nous plutôt ce que nous avons encore à vendre aux africains…

  4. Comment un Pays complètement déconstruit, avec un Président en minorité, avec une Dette Abyssale (la plus importante de l’U.E.), peut il avec succès aller concurrencer des Pays comme la Chine, les U.S.A. et la Russie Orthodoxe (même si je suis français et européen d’abord), surtout quand il prend ses ordres de Bruxelles et Washington dans tous les domaines, et se laissant lui même coloniser par Mc Kinsey CIA, V.D.L….? On prendra les miettes (et la Macronie s’en glorifiera), alors que nous n’étions pas reconnus comme les pires de colonisateurs, bien au contraire, à la traine derrière les anglo saxons…

  5. Tout ce pognon (des Français) gaspillé en pure perte ! Il ne sait que distribuer des pourboires (gros) comme il l’a fait lors de la crise du covid. Nous avions un corps diplomatique performant, mais non, monsieur veut faire tout, tout seul, avec son ego démesuré. Aucune idée directrice, raisonnée, finement pensée, utile et performante pour la France et les pays africains. Ce n’est pas en arrosant de bakchich les rois africains qu’il arrivera à quelque chose.
    Conclusion : « l’impuissance d’un homme face à une situation (une autre) qui lui échappe définitivement. » En langage populaire, celui qu’il méprise, on dirait « Quel incapable ! »

  6. La Gauche française revenue au Pouvoir après qu’elle ait poussée le GDG à démissionner, n’a pas sue du tout gérer la Décolonisation. Colonisation à mettre à l’actif de la Gauche P.S. puisqu’elle était au Pouvoir lors des 3 èmet et 4 ème républiques, et pendant très longtemps dans cette 5ème République, et surtout encore aujourd’hui par la Macronie arrimée aux U.S.A. plus grand faiseur de Guerres…Plus de 60 ans que les Peuples africains sont Libres, et Macron s’était excusé…A quoi ça a servi ?

  7. Et pourtant l’équation apparaît simple à résoudre :
    – Ils ne veulent plud de nous.
    – Nous ne voulons plus d’eux !

  8. Ce type est une profonde calamité; dès qu’il touche à quelque chose, ça se barre en c … ou en cacahuètes !!! Il me fait penser au gamin sans éducation qui casse tous ses jouets et qui vient d’obtenir le mécano de ses rêves. Il en a appris le mode d’emploi par cœur et sait le réciter sans soucis, mais sans en rien comprendre, si bien que chaque fois qu’il entreprend une construction, tout lui échappe ou tombe par terre. Mais toute sa famille, y compris la maman, est ébahie devant les exploits de l’enfant roi et les pièces détachées de son joujou éparpillées au sol ou perdues et subtilisées par les pseudos copains …
    Ce gamin est une profonde calamité, « a pain in the ass », hélas on nous l’a mis subrepticement vicieusement aux commandes…!!!

  9. Tout simplement les agissements ce petit homme que certaines forces occultes ont mis à la tête de notre pays me font tellement honte que ça ne peut qu’être délibéré, qu’il a été mis en place pour achever la destruction du pays déjà bien entamée par les divers incapables qui l’ont précédé.

  10. A vouloir s’asseoir sur le passé et les formules qui ont marché on en arrive à ce désastre. Et la seule solution qu’à trouver norte « cher » Président est de continuer à arroser avec nos deniers même s’il rebaptise cela investissements. Pourquoi parce qu’avant ça s’appelait aide ou cadeau. De toue façon, chaque fois l’argent est détourné de son but initial pour enrichir les oligarques locaux.

  11. Si l’immigration semble de nos jours « hors de contrôle », c’est par manque de volonté politique, naguère les nations résistaient aux tentatives d’invasions militaires les armes à la main, si de nos jours cela n’est plus possible, alors à quoi servent les armées ?

  12. Quand j’étais en Afrique, un bouquin faisait fureur à l’époque : »Petits blancs, vous serez tous mangés ». Il évoquait notamment le fait que les africains ne respectent que la force et la grandeur. Vouloir faire du sentimentalisme et de l’humanisme forcené nous rabaisse aux yeux des populations africaines à l’état de « petits blancs ». D’autre part, là-bas, le plus grand compliment qu’on puisse faire à un homme est de le surnommer Papa (papa Mambo, papa N’Goma,……). Comment voulez-vous que Macron se fasse respecter par les africains alors qu’il n’a jamais été papa ? …. et de voir comment les idées trans…etc.. gangrènent l’occident. Les africains ne veulent pas être contaminés par des retours de France qui pourraient être vérolés par ces idées décadentes.

  13. N’a t-il pas encore compris (M. Macron s’entend) que l’ Afrique du Nord au Sud, d’Est en Ouest ne veut plus de nos politiques interventionnistes et des leçons de démocratie de la France et par la voix de son Président . Mais à l’inverse tous ces états ouvrent grandes les portes de leurs ressortissants pour venir mendier sur notre territoire .

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois