[Point de vue] Carl Tarade, cette victime des émeutiers dont personne ne parle

emeutes

Dans la nuit du 29 juin, à Cayenne, en Guyane, un homme est mort chez lui, sur sa terrasse, durant les émeutes consécutives au décès, à Nanterre, de Nahel M. Carl Tarade, 54 ans, a succombé après avoir été atteint d'une balle en plein thorax en marge des affrontements entre les forces de l'ordre et les émeutiers à la cité Stanislas, non loin du Mont-Lucas.

Ce quartier, situé dans le sud-ouest de Cayenne, fait partie des réalisations des années 1990. Les autorités y ont construit 650 logements sociaux où s'entassent près de 6.000 habitants dans une promiscuité innommable. Le chômage y étant important, les populations se réfugient dans les trafics et la violence. Très régulièrement, des affrontements opposent les voyous du quartier aux forces de l'ordre et les incendies de poubelles, jets de pierres et usage d'armes diverses contre les policiers et même les pompiers ne se comptent plus. Le Mont-Lucas, c'est la version exotique du quartier des Tarterêts, à Corbeil-Essonnes (Essonne).

C'est dans ce contexte explosif qu'apprenant ce qui s'est passé dans l'Hexagone pour Nahel, les jeunes du Mont-Lucas ont voulu se montrer solidaires en organisant des manifestations non autorisées. En Guyane, comme partout ailleurs en France, la défiance de l'autorité incarnée par les forces de l'ordre est le jeu par excellence pour exprimer la colère.

Le 29 juin, Carl Tarade a entendu les manifestants et, comme l'aurait fait n'importe qui, il s'est mis sur sa terrasse pour scruter ce qui se passait. Il n'est pas sorti dehors et n'a pas participé aux émeutes. C'est un citoyen chez lui à la maison, qui n'avait rien demandé à personne, qui va être tué d'une balle tirée par les émeutiers. On n'est plus en sécurité dans ce qui devrait être le lieu le plus rassurant pour l'être humain : le domicile.

L'information sera assez rapidement relayée en Guyane et dans tous les médias ultramarins car une équipe de télévision interviewait les autorités locales juste avant le drame. Carl Tarade sera la première victime des violences urbaines consécutives à la mort de Nahel. Ce décès à Cayenne, au lieu de préoccuper la classe médiatique et surtout politique de l'Hexagone, va être ignoré et minimisé, comme si certains morts valaient mieux que d'autres. D'ailleurs, quand la presse commence à évoquer ce drame, il s'agit de petits articles en fin de page alors que le compte rendu quotidien des émeutes dans les banlieues hexagonales couvre la une. Le comble de l'ignominie ? Ce désir de minimiser qui va les pousser à user et abuser de la phrase : « Émeutes en Guyane, un homme victime d'une balle perdue. »

Quelle indécence, mais quelle indécence, d'évoquer une « balle perdue » pour quelqu'un qui est mort alors qu'il était tranquillement chez lui et, dans le même temps, de parler de meurtre pour qualifier le geste du policier face au refus d'obtempérer de Nahel. Mais vraiment, quelle indécence !

Pourquoi les politiciens ont-ils eux aussi feint d'ignorer ce crime commis par des voyous contre un citoyen paisiblement installé chez lui ? Pourquoi ces élus, si prompts à s'immiscer dans le débat sur la prolifération des armes aux États-Unis, ne s'émeuvent point de savoir qu'un Français a été tué chez lui, par une arme à feu, en France, lors d'une manifestation ? Pourquoi ?

C'est cette hypocrisie de la classe politique qui accroît l'abstention, et particulièrement dans les territoires d’outre-mer. Les leaders ne se préoccupent de la situation de ces populations que lorsque nous sommes à la veille d'une élection. En dehors de ces périodes électorales, que les ultramarins se démerdent !

Carl Tarade avait appelé à l'aide avant de succomber à ses blessures, mais presque personne n'a voulu entendre ses cris. Il fait malheureusement partie de cette population sur laquelle les autorités ne porteront jamais le même regard car leur priorité reste la gestion des humeurs des descendants d'immigrés ou des immigrés africains, ils leur font plus peur que les gentils ultramarins.

On est ici tenté de rappeler cette phrase de l'intellectuel originaire de la Martinique, Édouard Glissant, dans ses réflexions sur l'acception de l'identité : « Vous ne pouvez pas haïr un peuple ou une communauté qui ont cessé de vous haïr, vous ne pouvez pas aimer vraiment un peuple ou une communauté qui vous haïssent encore, ou qui vous méprisent sourdement »
(Une nouvelle région du monde, Gallimard).

Vos commentaires

25 commentaires

  1. La France Incendiaire est un danger pour la France. Un sénateur l’a qualifiée de : Ânes de Troie ……. excellent mais
    Français réveillez-vous

  2. La balle qui a tué ce pauvre garçon n’était pas labellisée et ne venait pas du bon côté, alors, circulez il n’y a rien à voir. Les media français sont libres et indépendants ,puisqu’on vous le dit!!!

  3. Ça fait quand-même plus de 9 personnes par appartement…
    Bonjour les dégâts !
    Et que fala Taubira de tout ça ?
    Mis à part se prélasser dans sa villa.

    • Approuvé ! j’en ai connu , des métis ou tout noirs de là-bas (de l’ile de Cayenne, dirait notre bon banquier de l’école alsacienne..) qui, dès qu’on leur avait octroyé un diplôme d’études supérieures ( en l’occurrence , 1 prof et 1 pharmacienne) se prenaient pour les descendantes directes de la reine d’Angleterre, et leur jeu favori était de faire « suer le burnous » blanc trop blanc malchanceux atterri chez elles..

  4. Ben voyons, il n’y a que la police qui n’a pas le droit de tuer les racailles pour se protéger et pour protéger les honnêtes citoyens. Lorsque ce sont les racailles qui tuent, ce qui arrive bien plus souvent que la police, Mélancon et sa bande trouvent ça normal. A croire qu’ils se sentent plus proches des criminels et des barbares que du bon peuple français ?

  5. Il y a les mauvais morts et les bons morts, comme les chasseurs des inconnus. C’est scandaleux.

  6. Ce silence médiatique et politique sur la mort de ce monsieur est la preuve de l’hypocrisie qui règne en France au sein du gouvernement d’incapables qui nous dirige.

  7. ces errements de la presse de gauche existent depuis 40ans, mais même quand la droite reprend le pouvoir, elle n’y met pas fin. Stoppons les subventions à cette presse que plus personne ne lit.

  8. On pourrait aussi peut-être s’interroger sur le fait que ces émeutiers soient en possession de tout cet armement.. Alors même que les Français.. moyens ou ordinaires on va dire, à moins que ce ne soit -bêtes et disciplinés, ont été sommés eux -de « rendre les armes », au sens propre du terme.. Au vu du déploiement et de la démonstration de force qui a eu lieu lors de ces émeutes contre nos forces de police.. il serait peut-être temps d’effectuer des descentes en règle dans ces quartiers -dits « sensibles » pour réquisitionner tout cet arsenal -forcément illégal et servant à alimenter les méfaits de la petite et moyenne délinquance, dite « ordinaire ».. avant que ça n’explose encore tous azimuts..

    • Bonjour Marishka, Nous sommes en période de libanisation. Dés 1975 au Liban, les maronites s’apercevant que les chiites étaient de plus en plus armés, se sont armés à leur tour. En demandant aux chasseurs et aux personnes possédant une arme un brin sophistiquée de la rendre, l’Etat français anticipe le problème sans avoir le pouvoir de contrôler vraiment toutes les armes de guerre qui arrivent des Balkans et d’Ukraine et qui aboutissent dans les cités. Au Liban, les problèmes ont commencé en 1948 avec l’arrivée de 170.000 réfugiés palestiniens qui sont devenus 450.000 ensuite. Certains disent que nous pourrions refaire la « bataille d’Alger ». Le problème c’est que nos gouvernants ont importé plusieurs fois la population d’Alger et qu’a ce rythme, nous serons minoritaires dans une vingtaine d’années.

  9. La gauche nous expliquera que certaines morts sont inévitables et que toutes les vies ne se valent pas. Ignoble, me direz-vous. Non, de la bien-pensance, tout simplement.

  10. N’est-ce pas de cette personne dont il s’agit quand Louis Boyard a essayé honteusement de récupérer la mort en affirmant que sa mort était due à des violences policières?!

    • Je me pose vraiment la question comment les déclarations de certains politicards opportunistes de la Nupes sont tellement diffusés dans les médiats subventionnés souvent sans contrôle. Sans mélenchon y aurait il eu tant de débordements. En prison.

  11. je pense que ces politiques et particulièrement de NUPES se servent dans la population comme dans un supermarché pour viser une cible électorale . Ils ne s’émeuvent pas du tout des dommages collatéraux puisque ce sont eux qui les suscite en partie en justifiant et excusant les exactions . De cyniques personnages !

    • Le Robespierre aux petits pieds de LFI ne rêve que de Terreur et de purges staliniennes. Il aura été aux anges pendant une semaine. Espérons que les Français auront ouvert les yeux pour de bon. Mais je n’y crois pas vraiment, à droite comme à gauche.

    • On prend le pouvoir avec le peuple…avec les discours sans nuance incitant à la violence, peu importe le contenu. De tous temps la recette a été la même. On installe la peur et la violence et après on se pose en sauveur.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois