[Sondage] La Nouvelle-Calédonie doit-elle rester française ?

référendum

Depuis le 18 mai, la Nouvelle-Calédonie est en proie à des émeutes qui ont coûté, à ce jour, la vie à six personnes, dont deux gendarmes. Cet embrasement a été provoqué par le projet de loi constitutionnel porté par le gouvernement visant à dégeler le corps électoral établi après l'accord signé, en 1998, entre Lionel Jospin, indépendantistes et non-indépendantistes. Ce projet de loi a été voté à la majorité à l'Assemblée nationale dans la nuit du 14 au 15 mai dernier, avec le soutien des députés RN et LR. Ce gel du corps électoral a pour conséquence, jusqu'à maintenant, d'exclure du corps électoral pour les élections provinciales et les référendums les citoyens arrivés sur l'archipel après 1998.

Par ailleurs, à la suite des accords passés, trois référendums ont eu lieu, en Nouvelle-Calédonie. Le premier en 2018. À une écrasante majorité (81,01 %), l'indépendance fut rejetée par le corps électoral. Un deuxième référendum s'est tenu en 2020, donnant encore une fois la majorité (certes en recul, avec 53,26 % des suffrages exprimés) aux tenants du maintien de la souveraineté de la France. Un scrutin qui fut marqué par des intimidations de la part de certains indépendantistes vis-à-vis des électeurs. Enfin, un troisième référendum a été organisé le 12 décembre 2021, toujours conformément à l'accord de Nouméa de 1998. À la question « Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? », le corps électoral a répondu non à une écrasante majorité (96,50 %), pour une participation de 43,87 %, les indépendantistes ayant appelé à boycotter le scrutin, arguant de la pandémie du Covid-19 en Nouvelle-Calédonie. Un quatrième référendum devait avoir lieu en juin 2023 au sujet du nouveau statut du territoire, mais le ministre délégué aux Outre-mer de l'époque, Jean-François Carenco, avait annoncé en septembre 2022 son report sine die.

Au sujet de la situation en Nouvelle-Calédonie, Marine Le Pen, interrogée dans l'émission L’Événement, sur France 2, le 16 mai, a déclaré : « Peut-être faut-il un référendum de plus en Nouvelle-Calédonie ? » en ajoutant : « Mais il faut qu’il soit dans quarante ans. » Donc, pas demain. Déclaration qui suscite néanmoins la polémique, notamment à droite. Quoi qu'il en soit...

Ce sondage a été clôturé. Voici les résultats.

2335 lecteurs ont participé au sondage.

1961   84 %   OUI

  326   14 %   NON

    48     2 %    Ne se prononce pas

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 25/05/2024 à 11:26.

Vos commentaires

50 commentaires

  1. Pourquoi ne pose-t-on pas la même question à d’autres pays ? L’Australie doit-elle revenir aux Aborigènes ? La NZ aux Maoris , les différents pays d’Amérique aux Amérindiens , etc. Quid des payas envahies par les Arabes musulmans au détriment des peuples premiers ( Berbères par ex.) . Et les Turcs envahisseurs de Bizance / Constantinople ? Et les Angles et les Saxons qui ont chassés les Bretons de (Grande ) -Bretagne ? et … et … et … Sans oublier les invasions en Europe de tout temps . La liste est sans fin . Alors STOP !

  2. L’un et l’autre sont contre le RICConstitutionnel qui permettrait aux citoyens d’inscrire dans la Constitution des textes protégeant la souveraineté de la France dans l’UE.
    C’est la garantie de la souveraineté nationale par la souveraineté populaire
    Seule la liste numéro 2 : « Décidons nous-mêmes.. » fait cette proposition pour prendre des mesures en toutes matières pour protéger par exemple le pouvoir d’achat des Français en refusant certains traités !

  3. Lorsque l’on entend les réactionnaires, certains n’ont vraiment pas l’accent calédonien, mais plutôt l’accent marseillais. On a l’impression que les manifestants ont reçu du renfort des spécialistes de la métropole

  4. Il est difficile de trancher si la Nouvelle Calédonie doit ou non rester Française. Sachant que le nombre d’immigrés venus de tous pays qui n’ont rien à voir avec la France, je pense qu’il faudrait déterminer des critères précis de votes. Si ceux-ci existent déjà, il serait nécessaire de les indiquer de façon à ce que le sondage soit valable. Faute de quoi, l’impartialité est inexistante.
    Victorine31

    • Il y a eu trois référendum à ce sujet et chaque fois ce sont les partisans de la France qui ont remporté avec l’interdiction des néo caldoches de participer donc c’est une majorité de kanaks qui ont voulu rester français . Arrêtez d’écouter les liquidateurs qui ont officé méthodiquement à la destruction de notre pays depuis l’ère VGE et même avant dès les prémices de l’union européenne sous Monet et Schumann en passant par les trotskystes ennemis de l’état nation et autres verts qui ont sabordé notre filière nucléaire .

  5. Il faut faire un référendum ! Ah ! il y en a eu plusieurs … A moins que certains politiques, attendent « le » référendum qui sera le seul bon. A force d’en faire… ( ou alors, comme en 2005 ).

  6. Que serait une Nouvelle Calédonie « indépendante » ? Les Kanaks, minoritaires, pourraient ils faire de leur « coutume » la base d’un gouvernement stable et capable de faire face à tous les aventuriers, à tous les pays prêts à se jeter sur cette île, sans limite à leur avididité et à leurs prétentions ? Les Kanaks, après ce que l’on vient de voir seraient ils capables de respecter la vie, le travail et les droits des familles installées en Nouvelle Calédonie depuis des dizaines sinon plus d’une centaine d’années ? Les Kanaks sont ils capables de tenir leur « jeunesse » pour éviter d’en faire des pillards ? A toutes ces questions la réponse est NON. Sans même parler de ses droit et ntérêts propres, la France doit d’abord défendre et faire respecter les Français, leur intégrité, leur bon droit, et leur travail. Et ce n’est pas en laissant la porte grande ouverte à toutes les entreprises et ingérence de l’étranger en Nouvelle Caledonie qu’on le fera.

  7. Ce qui inquiétant dans cette affaire c’est le risque d’éclatement de la France. Les territoires ulta-marins, au travers de leurs représentants ont demandé une pose pour la validation par le Congrès de ce texte. Demain ils vont aussi et pourquoi pas demander leur indépendance !!! La Nouvelle Calédonie a déjà un statut spécifique. Demain, chaque région métropolitaine française va demander son indépendance. Les trois référendums sont clairs et sans appel. Combien coôte aux contribuables français la présence française en Nouvelle-Calédonie ? En 2020, près de 1,5 milliards d’euros ont été donnés par la France. Il est vrai que toute présence a un cout. Près de 70 % ont été consacrés aux services de l’Etat. Les 30 % restants ont été conscrés aux collectivtés du territoire. Le tout pour une population de 270 000 habitants.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois