Avant même d’avoir attendu la gueule du bois du lendemain, la cuite du soir est éclatante. , par exemple, se lamente en direct de la prochaine mise en place de la retraite à 65 ans préconisée par et de la baisse programmée du rôle social de l’État... alors qu’il a appelé à faire barrage contre , permettant ainsi la réélection du Président sortant. Docteur Jean-Luc et Mister Mélenchon, en d’autres termes…

Heureusement, à en croire Clémentine Autain, l’une de ses affidées, « nous avons évité le pire du pire » : Marine Le Pen. Mais elle affirme en même temps que le pire demeure à affronter : et son « mépris ». Il y aurait donc « pire » que pire et « pire » tout court, tout en ouvrant « le champ des possibles ». À savoir, les élections législatives à venir, finalement véritable enjeu de cette soirée présidentielle. Jordan Bardella y songe déjà et le président de La France insoumise aussi, qui prie les Français de « l’élire Premier ministre ». Sans oublier Éric Zemmour, qui se place dans la course…

Pour le reste, la routine. L’antiracisme sans racistes et l’antifascisme sans fascistes. Quant à la macroniste Delphine Batho, devenue sosie quasi officielle de Valérie Mairesse, au physique comme à l’oral, elle en appelle à l’abolition du « présidentialisme » ; ce qui devrait réjouir notre Président jupitérien brillamment réélu. Ensuite, , étonnamment calme sur TF1, en appelle à la cohabitation avec Macron pour cause d'« urgence climatique ». On aura décidément tout vu.

Soirée électorale en demi-teinte, donc. Les castors bâtisseurs de barrages contre la haine semblent faire comme si de rien n’était ; comme si le danger qu’ils dénonçaient n’avait jamais été. Comme si, finalement, n’était pas si mauvaise fille que ça. En attendant, le vainqueur arrive sur le Champ-de-Mars, tenant la main de Brigitte, lookée façon Nancy Sinatra, costume années 60 à l’appui, avec une « Ode à la joie » de Beethoven en guise de musique de fond, au riff pour l’occasion ralenti. Et un discours dans la morne continuité du déjà-vu sur l’ensemble des plateaux de télévision. Lisse et sans saveur. Même Robert Ménard et Daniel Cohn-Bendit rivalisent d’amabilités sous l’œil bienveillant de Luc Ferry.

Le tout s’achève sur une « Marseillaise » couinée de guingois par une Castafiore d’occasion. Pour plus d’émotions sur petit écran, les vachettes de Guy Lux étaient naguère autrement plus sujettes à frissons.

6734 vues

24 avril 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

67 commentaires

  1. Mélenchon ou l’anti-France on ne saurait faire mieux. Dans une interview accordé et toujours en vidéo sur HIT-RADIO Rabat Maroc en février 2013 celui-ci dit « vivre entouré de blonds aux yeux bleus lui est insupportable, que Clermont-ferrand est plus arriéré que Casablanca, etc, etc …)

    Ah les Vachettes Guy Lux on ne peut pas faire plus franchouillard, une époque bien révolue. Profitez encore brave gens du peu de liberté qu’il nous est encore accordé dans cette république des corrompus.

  2. Le prof hargneux sur le retour a fait son show et vérifié son aura/impact ( sur la frange grunge de la nouvelle population ..) Je n’écris pas  » charisme » , pour celà il faudrait une autre dimension sur le fond.. Content, qu’il est ! Maintenant, il va vite continuer à grogner, éructer, postillonner, et nuire (si ses bons amis muzz ne l’étranglent pas avant) avant d’aller rejoindre l’Epahd: vie de rien…

  3. Tous ceux qui maintenant viennent nous dire que la victoire de Macron est une catastrophe feraient bien de s’interroger sur leur rôle dans ce résultat. Électeurs, allez vous accorder votre confiance à de tels traitres. Ne voyez vous pas que tous ces gens ne sont que des profiteurs qui tel le Gui pourri l’arbre où ils ont trouvé refuge. Homme politiques qui pensez d’abord à la France et non à votre carrière, unissez vous, créez un bloc solide pour balayer ces écuries Républicaines.

  4. « lookée façon Nancy Sinatra, costume années 60 à l’appui, »

    De toute façon ce n’est pas une perdrix de l’année.

    A moins que ce soit un message : « these boots are made for walking, …they’re gonna walk all over you. »
    C’est bien un peu l’impression qu’on a : se faire définitivement écraser par ces gens-là.

  5. Disons simplement que, grâce à la manoeuvre d’un J.L Mélenchon (totalement décrédibilisé de ce fait d’ailleurs..) MLP l’a échappé belle : le contexte géopolitique précis actuel ne pouvait que rendre très difficile une gouvernance classique du pays, et aurait facilité une montée d’oppositions à son égard, avant même qu’elle ait pu administrer la preuve du bien fondé de sa vision patriotique.
    Plus que MLP seule, il faut une véritable coalition des droites ( organisée par Zemmour) pour réussir.

  6. « Emmanuel Macron n’est pas mon ennemi »
    De qui cette déclaration énamourée ? De Robert Ménard sur CNews …
    Vite, un portefeuille ministériel !

  7. C’est marrant! MLP a fait de gros scores……..aux Antilles!!!!
    Pas mal pour une facho raciste, hein?
    Les médias se gardent bien de le faire remarquer.

  8. Je suis d’un pays qui n’existe plus. Je vais encore vivre les cinq prochaines années comme un exilé intérieur, en suivant à peine les dégâts dans l’actualité. Les options de « l’extrême » gauche (et oui il faut affirmer haut et fort ce qualificatif pour eux) sont infâmes. Voilà les oppositions vitrifiées pour longtemps dans leurs haines réciproques. Ca cassera un jour dans la rue…

  9. Voilà comment meure définitivement la démocratie en France avec une « ‘ ode à la joie «  » et l’ovation générale des plateaux TV.

  10. « avec une « Ode à la joie » de Beethoven en guise de musique de fond ». Accessoirement hymne officiel de l’Europe. Ce n’est plus une obsession, c’est de la rage.

    1. Il sait que les Français en majorité désapprouvent le choix de cette Europe qui est loin de nous avantager, aussi il profite de faire un peut de provocation comme a son Habitude.

  11. Quelle girouette ce mec , un traitre parmi tant d’autres .Après sa défaite il appelle à voter Macron et s’empresse de le critiquer à peine élu .Ce genre de personnes me donnent la nausée.

  12. Supposons un idéalisme déraisonnable : plus d’islamisme en France…conséquence…plus de LFI et donc plus de Mélenchon et toute sa clique.
    CQFD

  13. il faut bannir de notre politique les traitres de notre nation qui ont permis la réélection du fossoyeur vendu aux impérialistes

  14. Ayant abandonné la soirée électorale avec l’apparition d’Éric Woerth (dont l’attitude crasse et opportuniste m’a fait vomir) sur CNEWS, j’ai découvert l’étendue du champ de bataille ce matin. Triste France…

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter