Depuis l’arrivée à la mairie de Paris de l’ancienne adjointe de Bertrand Delanoë, les dettes n’ont cessé de s’accumuler sur la capitale. Un rapport de la chambre régionale des comptes d'Île-de-France daté de janvier 2021 établissait ainsi le trou à 7,7 milliards d’euros, en hausse de 12,6 % sur un an.

La situation s’est-elle améliorée depuis ? Pas vraiment. Alors, ce lundi, Anne Hidalgo rassemblait ses troupes (adjoints, présidents de groupe et maires d’arrondissements de gauche) à l’École du Breuil, dans le bois de Vincennes, pour préparer le budget de la rentrée. Au menu : 200 millions d’euros d’économie, condition sine qua non pour échapper à la menace de mise sous tutelle qui plane toujours au-dessus de la « Ville Lumière ».

Pourtant pas plus inquiète que ça, le maire de Paris s’est présenté aux présidentielles, avec le succès qu’on sait : 1,75 %, soit le record de la déconfiture pour un Parti socialiste réduit comme peau de chagrin. Qu’importe, d’ailleurs, puisqu’Anne Hidalgo fanfaronnait encore l’autre jour, comme le rapporte Le Figaro. Interrogée dans le cadre des journées du Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH), elle a lancé, goguenarde : « J’en ai pris plein la figure pendant vingt ans parce que j’expliquais qu’il fallait réduire la pollution, la place de la voiture et vivre un peu autrement. Bon, il y en a toujours qui continuent à m’en mettre plein la figure, comme on dirait poliment… Mais je vais vous dire, je m’en fous à un point, mais alors à un point ! »

Certes, on se console comme on peut et le maire de Paris avance toujours les mêmes arguments : on la déteste parce qu’elle est femme ET d’origine espagnole. Et les Parisiens qui confient leur peine et leurs récriminations sur #saccageparis sont tous d’extrême droite. Elle l’a affirmé sur RTL au printemps dernier (8/4/2021) : dire que Paris est sale n’est rien d’autre qu’une manœuvre politique ourdie par des « milieux proches de l'extrême droite » et cela témoigne d’une « trumpisation de la société française ».

La situation est catastrophique à maints égards, notamment, comme le soulignait Didier Rykner lors de la sortie de son livre (La Disparition de Paris, Éd. Les Belles Lettres), parce que « Paris est gérée avec un mélange d'idéologie, de méconnaissance de l'Histoire et de calcul politique ». On pense évidemment à la « terreur » écologiste qui ne peut que croître sachant que, renforcés par les élus de Génération.s au Conseil de Paris, leur groupe vient de passer de 23 à 28 membres.

Il faut à Anne Hidalgo chercher du secours en haut lieu, c’est pourquoi, à l’issue de cette journée de rentrée, elle a rencontré Élisabeth Borne. Il faut dire que le Premier ministre est une copine de longue date, directrice générale de l’urbanisme à la mairie de Paris de 2008 à 2013 quand Anne Hidalgo était l’adjointe de Bertrand Delanoë chargée de l’urbanisme. Elle compte donc sur la « cheffe« » du gouvernement pour mettre de l’huile dans les rouages grippés entre la mairie de Paris et l’État.

De fait, les sujets de friction n’ont pas manqué, ces dernières années, qu’il s’agisse de la balade sans fin des camps de migrants, de la colline du crack, des mineurs isolés et délinquants, en passant par l’organisation des Jeux olympiques de 2024.

Ces dames « sont soucieuses de faire redémarrer les relations de la ville et de l’État sur des bases nouvelles », dit le premier adjoint, Emmanuel Grégoire. L’entourage du maire a beau affirmer « nous ne demandons pas de l’argent à l’État, on lui demande de ne plus nous en prendre », il est néanmoins à craindre qu’on ponctionne d’une manière ou d’une autre les Français pour boucher les trous de la capitale.

6889 vues

6 septembre 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

16 commentaires

  1. Hidalgo, Macron c’est la même chose, les français sont masochistes en fait ! Ils adorent élire celui qui les plumera le plus.

  2. L’économie de la capitale sera sauvé par le parking payant des deux roues, de la moto à la patinette électrique. C’est çà les génies de la finance.

  3. Paris ne brille plus , n’attire plus les touristes .Paris ville salle et dangereuse .Et qui donc va payer pour renflouer les caisses .Toujours les mêmes .Ceux qui paient devraient pouvoir décider de virer ces incompétents qui ruinent et détruisent ce pays .

  4. Du président aux maires, en passant par les autres élus, ministres, hauts-fonctionnaires, aucun de ces personnages qui vivent aux crochets du con-tribuable ne sont jamais responsables de leurs actes ! Quel bel exemple de probité !
    J’habite en milieu rural :
    – la dernière classe de mon village a fermé, les enfants sont obligés de se déplacer en bus pour rejoindre une « école » avec des classes de 32 élèves dont …. certaines accueillant 3 niveaux !
    – nous ne sommes desservis par aucune gare et la dernière ligne de bus a cessé de desservir le village
    – pas de médecin, pas de pharmacie dans le village
    – absolument aucun service public, aucun commerce n’est plus présent dans le village, etc.
    Et nous ne bénéficierons, bien sûr, pas de réduction des taxes sur les carburants comme c’est le cas dans certains départements (Guadeloupe, Réunion, etc.).
    Et l’on voudrait nous faire payer, par le biais de nos impôts, les incompétences d’élus dont les administrés ont tous les services publics près de chez eux et sont desservis par les transports en commun quasiment devant leur porte, et à des cadences qui nous font rêver (toute les 10 minutes ?).
    Et l’égalité des chances dans tout ça, elle est où ????
    Là il est grand temps de dire STOP STOP et STOP !

    1. Sans oublier de mentionner que les franciliens ne payent pas le vrai prix du billet de la RATP puisque cette dernière est subventionnée par l’état, donc nos impôts. Nous qui devons faire des km pour nos courses avec un GO dont le prix s envolé. J habite le même genre d endroit que vous, dans l allier… Je vous comprends donc bien… Nous n avons rien, nous payons pour tout…

  5. La plus « borne » des deux n’est peut-être pas celle qu’on pense . En matière d’ hidalgo nous avions déjà connu un premier Ministre espagnol lui aussi et ça ne nous avait guère réussi . Qu’ont donc les Français à élire ainsi des incapables dot l’étranger ne veut plus ?

  6. Les parisiens on réélu Hidalgo , les français ont réélu Macron. La France est en train d’être liquidée avec l’aval des français.

  7. Pour un maire comme pour un PR il est nécessaire que la constitution puisse prévoir une destitution possible en cours de mandat.

  8. Ces femmes de gauche ont tout réussi. L’une a massacré et surendetté Paris, l’autre à participé activement au démentelement du nucléaire français. Preuve en est de la forte progression de l’égalité femme- homme.

      1. Je ne sais plus qui a dit qu’il y aurait égalité homme/ femme en politique quand on nommerai des femmes aussi incompétentes que les hommes ! Je remarque que certaines femmes se sont surpassées !

      2. Pas du tout, elle souligne au contraire la parfaite égalité h/f. Je ne sais plus qui a dit: l égalité homme femme sera complété le jour où on nommera des femmes incompétentes a des postes à haute reponsabilite… On y est…

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter