Auteur du livre La Bombe humaine. Itinéraire d’une djihadiste (Ring), le journaliste Olivier Barruel a côtoyé pendant des années la terroriste que la rapatrie aujourd'hui. Il dresse un constat amer et personnel sur l'itinéraire d'une fille de la République passée à l'ennemi. Entretien.

Marc Eynaud : Vous avez fait paraître aux Éditions Ring La Bombe humaine. Itinéraire d’une djihadiste. Votre livre parle de la djihadiste Émile König rapatriée en parmi des épouses et des enfants de djihadistes. Qui est Émilie König, que vous avez bien connue ?

Olivier Barruel : Émilie König est une Bretonne torturée tombée dans les bras d’une qui peut être néfaste lorsqu’elle est mal interprétée et mal comprise. Cette religion est notamment transmise par des personnes qui ont des intérêts supérieurs à ceux de Dieu. Elle a été manipulée, elle s’est elle-même emmêlée dans ses croyances et elle s’est perdue. C’est une personne capable du pire, pas parce qu’elle est mauvaise, mais parce qu’elle est persuadée et convaincue.

M. E. : Vous l’avez appelée « la bombe humaine », comme si elle était susceptible d’exploser. Y a-t-il un risque que cette bombe explose sur le territoire national ?

O. B. : Je crois savoir que non, puisqu’on nous dit que tout va bien et que l’on sait faire. Si on écoute nos dirigeants, non. Personnellement, je pense que si elle n’a pas changé et évolué dans sa croyance et dans sa compréhension de Dieu, elle et les autres sont des gens qui ne lâcheront rien et qui seront prêts à vous sourire devant pour mieux vous poignarder derrière.

M. E. : Présente-t-elle un profil classique chez les djihadistes ? Comment en vient-on à l’ radical lorsqu’on est française de souche ?

O. B. : Elle a évolué et s’est radicalisée. Je ne sais pas ce qu’elle est devenue aujourd’hui, car je ne l’ai pas vue depuis 2015. J’ai vaguement essayé de rentrer en contact avec elle en 2017 et puis j’ai coupé les ponts avec elle et sa maman. Évidemment, c’est une personne qui n’a pas de limites, mais je pense que c’est aussi le message de Dieu.

Je ne sais pas quelles sont vos convictions et votre confession, mais le message de Dieu est très clair, qu’il soit chez les catholiques, chez les musulmans ou chez les juifs. Il ne supporte pas la demi-mesure. On ne peut qu’aller dans une espèce de radicalité. Nous aussi, catholiques, avons été pointés du doigt comme des radicaux pendant des années et encore aujourd’hui. Émilie König a effectivement été dans une ascension. Quel est l’intérêt du gouvernement français de la faire revenir sur le territoire français ? Je ne sais pas.

M. E. : Sa mère se réjouit du rapatriement de sa fille et dit qu’elle a le droit, comme tout le monde, à une deuxième chance. Qu'en pensez-vous ?

O. B. : Ce n’est pas à nous d’en décider, mais à Dieu. Si Dieu a décidé de la faire revenir ici, c’est qu’elle en a le droit. Il y a tout un arsenal juridique qui fait qu’elle a le droit de revenir. Cela ne me pose pas de problème. La question à poser à ces islamistes est la suivante : êtes-vous toujours croyants et pratiquants ? À ce moment-là, ils ne peuvent pas être plus modérés. Ou alors ils vous disent qu’ils ne le sont plus et ils risquent leur vie puisqu’ils ont trahi.

L’islam ne laisse pas de place à la modération. Le musulman modéré n’est pas un musulman. J’ai envoyé mon livre à la maman d’Émilie König et elle m’a menacé. On est dans une position où on se retrouve face à des gens qui de toute façon ne sont pas stables intellectuellement. C’est un échec. Leurs enfants sont partis, ont quitté tout ce qu’ils pouvaient avoir de plus fort dans ce pays qu’on appelle la France pour aller dans un autre pays et être prêts à mourir. Aujourd’hui, ces mêmes parents nous expliquent qu’ils vont être capables de faire mieux...

2859 vues

7 juillet 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter