Nouvelle-Calédonie : la position du RN très contestée à droite

© Jordan Florentin
© Jordan Florentin

Ce jeudi 16 mai, Marine Le Pen faisait le tour des rédactions pour parler de la Nouvelle-Calédonie. D’abord dans le journal Le Monde, puis dans Le Figaro et, enfin, sur France 2, la présidente du groupe Rassemblement national à l’Assemblée nationale a proposé, en ces termes, un quatrième référendum d’indépendance pour sortir de la crise : « Faut-il, pour négocier et réussir, accorder aux Kanaks la possibilité de se prononcer dans quarante ans sur l'autonomie pour permettre le développement aujourd'hui et pour les quarante prochaines années avec une pacification de la Nouvelle-Calédonie ? Oui, peut-être faut-il y réfléchir. »

Capitulation ?

Des propos jugés « incroyables et très graves » par Florian Philippot, président des Patriotes et ancien bras droit de Marine Le Pen, mais également par Nicolas Dupont-Aignan, le président de Debout la France, qui a fait remarquer qu’« en République, la violence ne peut pas l’emporter sur le suffrage universel ».

Interrogée par BV, Marion Maréchal, tête de liste Reconquête aux européennes, n’a pas non plus été tendre avec sa tante : « Je suis en désaccord complet avec cette proposition que j'analyse comme une forme de capitulation devant les casseurs et les pilleurs. » Pour elle, envisager un référendum, « c’est céder au chantage des violents et ce n’est acceptable d’aucune manière ». Elle ajoute : « La seule manière de ramener le calme et la paix, c'est de lutter contre ceux qui mettent à feu et à sang un territoire alors qu’ils ont pu s’exprimer par les urnes. La seule réponse à avoir, c’est d’avancer sur le statut du territoire, de protéger les Français pacifiques et de lutter contre le déferlement de haine anti-Français et anti-Blanc. La réponse doit être ferme. »

Échange musclé Bardella-Bellamy

Un avis partagé par François-Xavier Bellamy, qui l'exprime de manière plus entière. Sur X, le candidat des Républicains a demandé à Jordan Bardella s’il fallait « tuer des gendarmes pour avoir votre soutien [le soutien du RN] ». En guise de réponse, le président du RN a lui aussi posé une question à son rival : « François-Xavier, te rends-tu bien compte de l’outrance de ton propos et du caractère particulièrement indigne et injurieux de ce tweet ? Es-tu prêt à tous les mensonges les plus ignobles et à instrumentaliser la mort de gendarmes pour sauver ton poste d’eurodéputé ? » L’échange musclé a été conclu par François-Xavier Bellamy, qui a fait savoir qu’il trouvait « indigne » de « négocier la souveraineté de la France » et de donner « raison à la violence », avant de conclure : « Ce moment est trop grave pour se permettre un tel reniement. »

À un peu plus de trois semaines des élections européennes, le Rassemblement national, largement en tête des sondages, ne risque pas de s’écrouler. Pour autant, cette prise de position pourrait-elle rebattre (un peu) les cartes ? Réponse dans les sondages d'intentions de vote la semaine prochaine.

Vos commentaires

91 commentaires

  1. Il est de bonne guerre de tomber à bras raccourcis sur le RN après cette déclaration. J’aurais souhaité que l’on demande à MLP d’expliquer cet prise de position surprenante au premier abord.
    Alain Bauer, qui n’est habituellement pas sur la ligne du RN, expliquait ce matin sur CNews que MLP était la première personne à dire quelque chose d’intelligent sur la Nouvelle Calédonie.
    D’autre part, cette position n’est pas du tout incompatible avec le retour immédiat à l’ordre préconisé par Marion Maréchal, ce qui parait évident.

  2. Le multiculturalisme, le vivre ensemble et la créolisation seraient bon pour la Métropole mais pas pour la Nouvelle-Calédonie ? Après trois référendums remportés par les loyalistes sur le Caillou, les métropolitains attendent toujours le leur à propos de l’immigration.

  3. Il est des moments où il faut savoir se taire plutôt que d’avancer des absurdités. Marion Maréchal a tout à fait raison. Céder aux petits « gangsters » en puissance n’est pas la solution. Nous devrions faire de même en France dans toutes les manifestations qui dégénèrent.

  4. Si, dans 40 ans par exemple, une majorité de Néocalédoniens préfèrent l’indépendance, faut il accéder à leur souhait ?
    C’est pour ne pas se poser cette question, il me semble, que certains en veulent à Marine Le Pen de penser à la liberté de choix des Néocalédoniens.
    Certains dans leur commentaire, trouvent que le problème en Nouvelle Calédonie vient du fait que les Kanaks n’ont pas été exterminés lors de la colonisation comme les autochtones australiens. Les mêmes vont regretter que des Kanaks d’aujourd’hui pensent que la solution pour eux est de tuer les blancs, en détruisant leur économie, ou au sens propre….
    La Nouvelle Calédonie n’est pas la France, contrairement à ce que certains voudraient croire, de même que les USA ne sont pas la Grande Bretagne. La France peut très bien vivre sans gouverner la Nouvelle Calédonie. Le mariage est d’autant plus beau et supportable qu’il y a une possibilité de divorce, c’est je pense, la philosophie, pas si folle, de Mme Le Pen .

  5. Si, dans 40 ans par exemple, une majorité de Néocalédoniens préfèrent l’indépendance, faut il accéder à leur souhait ?
    C’est pour ne pas se poser cette question, il me semble, que certains en veulent à Marine Lepen de penser à la liberté de choix des Néocalédoniens.
    Certains dans leur commentaire, trouvent que le problème en Nouvelle Calédonie vient du fait que les Kanaks n’ont pas été exterminés lors de la colonisation comme les autochtones australien s. Les mêmes vont regretté que des Kanaks d’aujourd’hui pensent que la solution pour eux est de tuer les blancs, en détruisant leur économie, ou au sens propre….
    La nouvelle Calédonie n’est pas la France, contrairement à ce que certains voudraient croire, de même que les USA ne sont pas la Grande Bretagne. La France peut très bien vivre sans gouverner la Nouvelle Calédonie. Le mariage est d’autant plus beau et supportable qu’il y a une possibilité de divorce, c’est je pense, la philosophie, pas si folle, de Mme Le Pen .

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois