Invité de Cyril Hanouna sur C8, ce jeudi 11 février – et, selon sa volonté, en contre-programmation du débat opposant Marine Le Pen et Gérald Darmanin sur France 2 –, Jean-Luc Mélenchon a commencé par se montrer bien affable, dans le décor cosy de sa loge, « comme un dévot ermite, un chat faisant la chattemite […] arbitre expert sur tous les cas », aurait persiflé La Fontaine. Il est vrai que la « grande tendresse » affirmée par Baba pour son Jean-Luc de Tanger – elle aussi trop expansive pour être dénuée d’arrière-pensées d’Audimat™ – avait de quoi flatter le vieux démagogue passé, à bientôt soixante-dix ans de sinuosités, du service de la en latin à l’islamo- de racolage.

D’emblée, après les boniments échangés entre personnes de compagnie, Méluche a tenu à préciser l’objet de sa venue dans le talk-show du producteur matois : « Protester contre le fait que le service public de la télévision installe un débat entre deux personnes qui sont d’accord, dont le but principal est de montrer du doigt les musulmans de ce pays. » Cela signifierait-il qu’il est pour le vrai débat, celui des oppositions franches sans doute, mais respectueux des bienséances, contre tout relent sectaire et discriminant ? Et sans doute est-ce cette déontologie du débat qu’il revendique, lorsqu’il exige de Hanouna, pour venir dans son émission, de n’être point confronté à l’inconvenant Eric Naulleau !

Car Jean-Luc Mélénchon n’aime pas le haineux. Il est comme ça, Jean-Luc. Fair-play en toutes circonstances. Pas comme cet essayiste qu’il récuse, pour être « systématiquement extrêmement agressif » contre lui ; même « injurieux », auteur de « charges haineuses »… qui l’aurait même traité de Führer ! Non, Méluche, tout, mais pas la fureur ; l’acceptation. Fierté de s’affirmer « maghrébin », empreint de cette philosophie consciente « que la vie vous glisse entre les doigts », avec cette « acceptation du cours des événements » ! Ah, ce bon monsieur Mélénchon qui nous éduque ici aux déterminismes du sang et du sol natal !

Le contrat une fois clarifié avec Baba, notre humaniste, déterminé à ne plus participer « à des empoignades et à des traquenards », a pu se produire avec les coudées franches et l’âme sereine. Et montrer – mais était-ce vraiment nécessaire ? – qu’il n’est pas ce « méchant c… » que d’anciens rivaux socialistes se plaisent à décrire mais, au contraire, le débatteur courtois, avenant et raffiné qu’on voudrait inviter tous les dimanches à son repas dominical.

Voyez plutôt : après quelques minutes d’émission en plateau, alors que Laurence Sailliet (ex-) pointait les calculs électoralistes du tribun Insoumis visant à capter une clientèle séparatiste et discriminante à l’égard des femmes, finissant par lui assener – certes, avec une véhémence tout en féminité – qu’il n’aimait pas ces dernières. Mélenchon a vu rouge, piqué au vif par la saillie : « Regardez comme vous êtes méchante et agressive… Regardez votre vilain visage crispé contre moi. » Avant de se détourner, dans un « De quoi vous parlez, ma pauvre ! » On ne prête qu’aux riches, le « Maghrébin » fataliste de Tanger n’a pas tenu dix minutes avant de replonger au naturel.

Passons sur toute la suite, avec cette belle montée en puissance colérique contre un Geoffroy Lejeune, de Valeurs actuelles (journal qui qualifia Mélenchon d’« islamo-collabo » sur sa couverture en novembre 2019), exigeant de lui le « droit au respect », invoquant pour cela des amis morts. Justification qui tue. Avant, bien sûr, de dénoncer chez Lejeune l’extrémiste de droite. « Regardez votre vilain visage, M. Mélénchon », a rétorqué le chevalier blanc de Valeurs actuelles pour venger sa consœur offensée au préalable. Bref, beaucoup de délits de faciès durant cette belle soirée où le député des Bouches-du-Rhône a aussi ironisé sur la barbe pigmentée d’ et montré son plus beau profil d’intolérance.

Comme il l’a si bien dit : « Il y a toujours dans la vie […] une sortie par le haut. » Pour mieux nous démontrer que lui savait rester bien bas ? Et, surtout, pour le grand plaisir de Baba, même si son audience n’a pas dépassé 3 %.

13 février 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Jean Castex au secours des agriculteurs : en avril, ne te découvre pas d’un fil ! Et après ?

Au vu de sa gestion épidémique en cours, on peut craindre le pire. …