Éric Zemmour donnait son premier meeting de campagne devant environ 13.000 personnes, ce dimanche, à Villepinte. Présentes, les forces de gauche ont tenté plusieurs approches pour déstabiliser l'organisation du meeting, dont une fausse alerte à la bombe.

Le meeting d'Éric Zemmour, hier, à Villepinte, a eu lieu sous haute tension. Plusieurs membres de la mouvance antifa ont tenté de forcer la porte du meeting sur les coups de 13 heures avant d'être repoussés par la police. Plus tard, à 15 h 10, « un appel anonyme a été passé auprès d'une plate-forme de police secours pour expliquer que deux bombes avaient été installées dans la salle du meeting et qu'elles devaient exploser à 15 h 30 », révèle Amaury Bucco, de Valeurs actuelles.

Fausse alerte

Finalement, les services de sécurité décideront de laisser le meeting se dérouler, au vu du déminage effectué en amont. Cette menace visait donc vraisemblablement à faire évacuer le meeting avant sa tenue.

3281 vues

6 décembre 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.