« On est au bord de la guerre civile » : par ces mots, Estelle Youssouffa, députée de Mayotte qui s'exprimait au micro de France Info, ce lundi 21 novembre, lance un véritable cri d'alerte au gouvernement français sur la gravité de la situation que vivent les Mahorais, dénonçant « la passivité du gouvernement », allant jusqu'à déclarer que « c'est de la non-assistance à population française en danger ».

Le 12 novembre, dans les rues de Mamoudzou, chef-lieu de Mayotte, un jeune homme d'une vingtaine d'années est agressé par une bande de voyous. Il décédera malheureusement des suites de ses blessures. C'est ce meurtre qui va être à l'origine des événements qui, dès le lendemain, vont enflammer l'archipel et provoquer les tensions qui se poursuivent encore aujourd'hui. Car les villages et quartiers d'origine du jeune victime des exactions se font vengeance et alimentent le climat de vendetta devenu incontrôlable. Entre coups de machette, caillassages de véhicules, incendies et pillages, les forces de l'ordre semblent totalement débordées au point que Mayotte est devenue un enfer.

Les violences sur l'archipel sont incontestablement liées à une crise migratoire unique en France. Les chiffres de l'INSEE confirment que la forte natalité corollaire de l'immigration clandestine et la hausse des arrivées de Comoriens ont provoqué la multiplication par quatre de la population en trente ans. Mayotte compterait 270.000 habitants (256.500 en 2017), mais, toujours selon l'INSEE, près de la moitié de la population ne possède pas la nationalité française et un tiers des étrangers sont nés à Mayotte. Ce que confirme Estelle Youssouffa, qui déclare que « l'immigration clandestine est totalement liée à la violence à Mayotte, où plus de 50 % de la population est étrangère et en grande majorité en situation irrégulière ».

Et pourtant, Mayotte, c'est la France : les Mahorais ont choisi de rester avec la France quand leurs voisins comoriens réclamaient l'indépendance. En raison de sa position stratégique dans l'océan Indien avec les îles Éparses, Mayotte est aussi une formidable réserve halieutique et énergétique. Un coin de France qui n'est pas dépourvu d'atouts mais dont la population est extrêmement pauvre. Ce n'est que depuis 2011 que l'île est devenue le 101e département de France et, selon les experts, le rattrapage ne pourrait se faire avant au moins une génération.

À la présidentielle de 2022, les citoyens de Mayotte ont placé Marine Le Pen en tête : ils ont été plus de 59 % à lui faire confiance au second tour face à Emmanuel Macron. Plus de 95 % des Mahorais pratiquent la religion musulmane, mais dans le respect des règles édictées par la France, bien évidemment avec quelques aménagements liés à la particularité locale.

Les problèmes d'insécurité à Mayotte ne sont pas récents et, depuis la métropole, on a l'impression que les politiciens ont jeté l'éponge, comme s'ils cherchaient à cacher sous le tapis ce que sera demain l'Hexagone lorsque l'immigration clandestine aura submergé les hameaux, bourgs, villes et villages.

Ce qui se passe à Mayotte est une photo de ce qui attend la France métropolitaine dans peu de temps.

Continuons notre hypocrisie face à l'immigration illégale, fermons les yeux sur les failles de nos choix régaliens ; quand nous nous réveillerons, il sera trop tard, Mayotte avait prévenu !

7548 vues

23 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

48 commentaires

  1. hélas ayant vécu quelques années à Mayotte, fin 1990- 2000, déjà à l’époque il était sûr et certain, dans la tête de tous les mouzougous (blancs ) qu’il ne fallait surtout pas que Mayotte devienne un département Français, vu la situation géographique, et même de » l’ambiance » sur l’ile : A l’époque, plus de 90% des Mahorais ne parlaient pas Français correctement, ou pas du tout, le niveau des salaires est beaucoup plus bas qu’en France, et 95% de la population de confession musulmane, qui n’a pas notre conception de la vie, en 1998, l’ âge moyen pour une « femme » d’avoir un enfant, était de 12 ans! avec 2 justices, la Française, et la musulmane (j’ai encore des photos ), mais Monsieur Sarkozy en avait décidé autrement !!! bravo Sarko et son gouvernement, le résultat actuel est à
    mettre a votre compte, l’effet pompe aspirante de l’immigration fait ses ravages, Français ne prenez pas ce soulèvement de Mayotte à la légère, c’est exactement ce qui nous arrivera dans 20 ans, ou avant en France!

  2. Hier encore, je me suis fait traiter d’indécrottable facho pessimiste par de pourtant vieux amis. Je venais d’effectuer la même analyse que vous, M.Djeni…Il semblerait que le conditionnement des masses ait réussi pour beaucoup. Vos articles m’évitent de sombrer dans la désespérance…Merci.

  3. Oui ! Mayotte pourrait être définie comme un signe avant-coureur de ce qui pourrait se passer en France métropolitaine dans les années à venir . Une France qui n’a plus de ligne directrice depuis Sarkozy ! Mais Mayotte a le tort d’être beaucoup trop éloignée , alors que l’Ukraine, voilà un sujet porteur !!!

  4. L ‘Etat, nos gouvernants certes , mais que font les citoyens ? il est grand temps qu’ils se prennent en main ! a Callac ils étaient peu nombreux à manifester contre l’installation de 57 familles dans un petit bourg, invasion organisée par le maire communiste qui n’a pas voulu faire un référendum pour la population autochtone, avec des fonds provenant d’une famille riche qui décide l’invasion plutôt que d’aider les français à rester dans le bourg en organisant l’installation d’entreprise etc !! alors il faut que les français se bougent !!!

  5. Quitte à choquer je dirais que la guerre civile annoncée est souhaitable, moins bien entendu pour ceux qui en seraient de strictes victimes, que pour un Etat mis au-devant de ses responsabilités, de ses abandons, de ses lâchetés et de son impéritie, d’un Etat qui se bouche les yeux et les oreilles, qui détourne la tête et qui laisse tout filer par peur de voir ou d’entendre, par peur de froisser quelques bien-pensants, par peur d’y perdre un électorat.
    Les politiciens, qui depuis plusieurs lustres prétendent inculquer au peuple le bien et le mal, cultivent avec une ardeur méthodique la politique du pire, sans être capables d’imaginer qu’un jour ils réussissent leur pari, c’est-à-dire que le pire arrive…

  6. Pour résister à l’invasion, il est malheureux de constater qu’il n’y a qu’une seule solution : que le peuple mâle autochtone prenne les armes et défende sont territoire. L’état, la police et même l’armée sont totalement incompétents, englués qu’ils sont dans leurs principes et leurs lois. Il ne sert à rien de gonfler les effectifs policiers à partir du moment où ceux-ci ne sont pas autorisés à agir efficacement ! Mais pourçà, il faut reviriliser la politique et la justice, soit tout le contraire de ces 30 dernières années.

    1. Il faut « reviriliser » toute la population désormais habituée à régler les problème en déposant des fleurs et des nounours. « Metro-boulot-dodo à quoi hélas il faut ajouter « télé ». L’espoir est faible et ne peut plus être cultiver qu’en serre.

  7. Un test grandeur nature de la politique sans-frontiérisme de notre Président, c’est un peu son œuvre. C’est aussi une leçon pour les Français qui pensent qu’il faut accueillir tout le monde. Si j’ai bonne mémoire, l’archipel des Comores a voté pour savoir s’il voulait restés français ou pas. Seule l’ile de Mayotte est restée française et
    elle est maintenant envahie par les iles environnantes. Profiter de la France, en toute indépendance, c’est devenu à la mode.

      1. et bien oui, c’est un fait, seule Mayotte à choisit de rester Française !
        Mais évidemment compte tenu des  » avantages » qu’offre aux comoriens le fait de faire naître leur progénitures sur le territoire français, on comprend bien d’où vient le problème et c’est absolument lamentable! C’est effectivement ce qui nous pend au nez en métropole si nous poursuivons cette politique d’accueil incontrôlé !

Laisser un commentaire

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter