« Il y a un problème d’éthique à réintégrer le personnel soignant non vacciné », déclarait François Braun, ce dimanche 20 novembre, dans « Le Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI ». À ceux qui espéraient que la France emboîte le pas à l’Italie dans sa politique sanitaire, le ministre de la Santé s’est obstiné dans son refus d’accueillir les soignants réfractaires. Il a annoncé prendre sa décision après les deux avis qui seront rendus, début 2023, par la Haute Autorité de la santé d’une part, et celui du Conseil consultatif national d’éthique d’autre part.

Que ces soignants soient renvoyés chez eux sans chômage ni RSA, en pleine crise hospitalière, ne semble pas lui poser de problème d’éthique, en revanche. Par ailleurs, qu’il soit maintenant largement avéré que le fait d’être vacciné n’empêche ni d’être contaminé ni d’être contaminant fait non seulement voler en éclats le ridicule mantra « tous vaccinés tous protégés » mais témoigne du caractère idéologique et politique de cette obstination à ne pas réintégrer ces soignants.

La France demeure parmi les derniers pays d’Europe à maintenir cette obligation vaccinale, la Belgique et la République tchèque ne l'ont jamais appliquée, l'Autriche y a renoncé en juin, l’Italie depuis le 1er novembre et l’Allemagne ne devrait pas prolonger cette obligation au-delà du 31 décembre. Pour notre gouvernement, le nombre de ces soignants (dont le chiffre est difficile à estimer puisque certains ont changé de métier, d’autres sont retournés travailler en ayant cédé à la pression ou contracté le virus) ne pèse pas dans la pénurie de personnel à l’hôpital. François Braun rappelait que cette sanction concerne « très peu de médecins » et « 1.050 infirmiers, c'est le chiffre qui m'a été donné par le président de l'Ordre des infirmiers, sur 300.000 ». Quant à Olivier Véran, faisant fi des situations de détresse individuelles, il assène sèchement que « ça ne changerait rien au schmilblick » (France 2, 17 novembre), feignant d'oublier que cela changerait considérablement le quotidien de ces personnes privées de travail et de revenus depuis de longs mois.

« Incompréhensions », « incohérences » : dans un courrier adressé au ministre de la Santé, rédigé par les sénatrices LR Sylviane Noël et Laurence Muller-Bronn et « cosigné par de nombreux collègues sénateurs de tous bords », des voix s’élèvent pour fustiger ces mesures non pas sanitaires mais « punitives » et « humiliantes ». Et d’appuyer qu’elles « seraient risibles si la situation n’était pas si grave » à l’heure où le personnel est désormais contraint de reporter les opérations et trier les patients.

Le 16 novembre, LFI proposait devant la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale une loi visant à réintégrer ces soignants suspendus. Mais le texte n’a pas été adopté par la commission ; pour ses opposants, le protocole proposé était jugé difficile à mettre en œuvre. Ainsi, le député du Doubs Éric Alauzet (Renaissance) de s'exprimer en ces termes : « Rien ne nous assure que les personnes concernées, qui ne sont pas par nature les plus collaboratives, auront un comportement irréprochable à chaque instant de la journée, qu'elles se priveront des pauses cigarettes, du repas avec les collègues, toutes circonstances désormais bien identifiées à risque. » Malgré le recul et les connaissances sur le vaccin, les incohérences demeurent bien ancrées dans les mentalités et les députés continuent d'assener des inepties aussi injustes qu'injustifiées.

Cette question sera débattue le 24 novembre lors d'une discussion en séance publique à l’Assemblée nationale. Peut-on s'attendre à un nouveau rebondissement ?

4558 vues

23 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

44 commentaires

  1. La France, toujours en retard d’un train, excelle, depuis le Covid, dans les décisions les plus ubuesques, les plus aberrantes, les plus consternantes. Ce pauvre pays dirigé par des fous, aussi incompétents que méprisants me fait honte !
    Total soutien et compassion pour ces soignants, jetés au ban de la société, sans ressources, comme des parias alors que le pays  » des droits de l’homme » dépense des milliards pour les migrants ! On marche sur la tête !

  2. Si il y a bien un truc qui m’a énervé, c’était les gens qui applaudissaient ou tapaient sur des casseroles pour encourager tous les soirs les soignants qui étaient en première ligne dans cette bataille contre le virus . Là , ils étaient capables de confier sans aucun filtre leur santé à ces soignants ,qu’ils jugent aujourd’hui indignes de pouvoir exercer à nouveau le métier, pour lequel ils sont le plus compétents . Ce volteface des mêmes personnes, mêle le ridicule à la pleutrerie . Parce que, qu’est-ce que cela dit de ces gens ? Qu’ils avaient très peur du virus et qu’ils voulaient que tout ce petit monde soit réquisitionné pour s’occuper de leur petite santé, et de leur angoisse existentielle ,mais qu’en réalité, les conditions dans lesquelles ils devaient le faire, ne les intéressaient pas beaucoup . Sinon, aujourd’hui ,ils taperaient en famille sur les mêmes casseroles, à vingt heures pile, pour que l’on réintègre ces héros du quotidien !!

  3. En fait les vaccins obligatoires et payés par les impôts des Français à des labos principalement américains permettaient des reconnaissances éternelles envers leurs commenditaires (n’est-ce pas M. Véran?) et surtout que ces vaccins ne sont que des vaccins expérimentaux et au succès très aléatoire. Quant à obliger des gens à se faire injecter des produits non garantis, sous peine de lourdes sanctions cela s’appelle du chantage et de la dictature contrairement à ce que Jupiter nous clame !

  4. N’en déplaise à la majorité des commentateurs ici-présents, je considère que le gouvernement aurait tort de céder. La campagne « vaccinatoire » tient toujours, et personne n’a le droit ni les moyens statistiques d’affirmer qu’elle est inefficace. Par contre, céder aux revendications des anti-vaccin (bien ou mal fondées, là n’est pas la question) provoquera un enrayement quasi-total de cette campagne; qui ira se faire vacciner, si les prescripteurs perdent conviction?

    1. Cette campagne vaccinale anti Covid est une fumisterie, une arnaque planétaire puisqu’il est avéré que le  » pseudo  » vaccin n’empêche ni la contamination ni la transmission. Les soignants ont été suspendus pour risque de transmission si non vaccinés. L’argument  » tous vaccinés, tous protégés » ne tient plus. s’obstiner est de la bêtise, ou un asservissement au lobby pharmaceutique.

  5. Stop à ce délire de « vaccination ». Le vaccin n’empêche PAS la transmission et le personnel soignant vacciné est aussi contaminant que les non vaccinés et leur virus covid ayant subi le « vaccin » est encore plus dangereux! Ce matin, sur CNews, le Professeur Perronne était invité et a dû se battre pour essayer d’expliquer ce qui s’est passé dans le monde avec ce « vaccin » covid, en relatant des faits « que nous ne connaissons pas » a relevé Pascal Praud. Et pour cause! On s’est bien gardé de nous dévoiler ces faits et la vérité afin de continuer à « vacciner ». Tout mon soutien aux Professeurs Raoult, Perronne et tous les non vaccinés qui se battent pour qu’éclate enfin la vérité sur ce scandale. RÉINTÉGRATION.

  6. C’est juste une honte car le ministre a surtout parlé de tous ces soignants qui « auraient  » dit qu’ils s’étaient fait vacciner et qu’ils ne comprendraient pas que leurs collègues soient réintégrer ! moi je veux bien qu’elles s’expriment, qui plus est TOUS CEUX qui se sont fait vaccinés n’ont pas eu le choix ! alors ? Aussi puisqu’il y a tri de malades la moindre des choses, si le français n’était pas individualiste, c’est que TOUS aillent dans la rue pour ces soignants à réintégrer ! Un peu de courage bon sang !!!

  7. Preuve incontestable que nous ne sommes toujours pas sortis de cette dictature de Big Pharma. …. et Veran, en bon Young leader, est le serviteur des intérêts américains et de la CIA. Les « soignants-Knock » sont en train d’expurger les « soignants-Hippocrate », ceux qui ne pensent qu’à soigner et non à faire du bizness avec notre argent de la Sécu.

  8. La gestion de cette épidémie COVID est un scandale absolu. Une montagne de corruption, de mensonges, d’incompétences et de lâchetés a conduit nos gouvernants à enfoncer encore plus le Pays dans la faillite (pour le plus grand bonheur des laboratoires … et des fraudeurs en tous genres) et à éloigner les gens du travail et de la vie sociale quand des confinements absurdes et inefficaces ne les rendaient pas carrément fous. Avec la non réintégration des soignants non vaccinés on est dans l’obstination au nom d’une idéologie aussi stupide que perverse. Cette obstination quand on sait ce qu’est la situation des hôpitaux, est criminelle.

Laisser un commentaire

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter