Le président du directoire de RTE a annoncé, le 18 novembre, qu’il existait un grand risque de connaître des coupures d’électricité en janvier. Pronostic confirmé par Emmanuelle Wargon, présidente de la Commission de régulation de l’énergie (ministre du Logement de Jean Castex, recyclée après son échec aux législatives). Or, ceci a peu à voir avec les conséquences de la guerre en mais beaucoup à voir avec la politique énergétique de François Hollande.

Certes, 25 réacteurs sur 56 sont arrêtés pour maintenance car ces opérations avaient été repoussées en raison de la crise du Covid, mais surtout la fermeture de Fessenheim (dont la production était équivalente à celle de 1.800 éoliennes ou de 15 centrales thermiques) et de centrales thermiques à gaz ou à charbon durant le quinquennat de Hollande a fait perdre une réserve de production qui permettait de surmonter les pics de consommation hivernaux.

Ces décisions ne tiennent pas au hasard mais sont la suite de l’accord électoral passé le 15 novembre 2011 entre le PS et EELV, qui prévoyait de faire passer le pourcentage d’électricité d’origine nucléaire de 75 % à 50 % d’ici à 2025. Ce qui aurait entraîné la fermeture de 24 réacteurs nucléaires. Et dans le même temps, on nous expliquait qu’il fallait passer à la « mobilité électrique » et, donc, qu’il fallait produire et distribuer plus d’électricité !

M. Hollande, mis en cause, a « tweeté » : « Pendant le quinquennat qui a été le mien, la production d’électricité n’a pas varié : 400 térawatts au début, 400 térawatts à la fin. » C’est précisément ce qu’on peut lui reprocher : imprévision et inconséquence.

Autre exemple. Le 14 juin 1985, dans le petit village viticole de Schengen, est signé l’accord du même nom. Dix ans plus tard, la convention d’application des accords de Schengen crée l’espace Schengen qui, par la grâce du traité d’Amsterdam, deviendra une politique commune de l’Union européenne. Au nom du « grand marché unique », les frontières internes de l’Union européenne sont abattues. L’Europe devient le grand boulevard des migrations des populations du Sud. Car la surveillance des frontières externes s’avéra n’être qu’un leurre et ONG et Commission européenne de concert s’évertuent à empêcher Frontex de faire son travail afin de la transformer en agence d’accueil des immigrants illégaux.

Au pied des coteaux de vignes, une plaque de bronze célèbre l’accord qu’avait signé un gouvernement français de droite. Depuis, beaucoup de bons esprits dénoncent les effets pervers de celui-ci. De fait, son application fut suspendue à plusieurs reprises lors d’attaques terroristes ou de crises migratoires, preuve de sa nocivité. Une fois encore, inconséquence et imprévoyance des gouvernants.

Dans son ouvrage C’était de Gaulle (1974), Alain Peyrefitte prête à celui-ci la réflexion suivante : « Si nous faisions de l’intégration, mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises mais Colombey-les-Deux-Mosquées. » Son sens de la géostratégie qui lui faisait pressentir le risque de submersion démographique et civilisationnel. Au sujet du décret du 21 avril 1976 sur le regroupement familial, Valéry Giscard d’Estaing avait reconnu, dans des entretiens avec Éric Roussel (1998) : « L’idée en soi était juste et généreuse… mais elle a été mal appliquée, j’ai eu tort de ne pas plus surveiller l’application. » Depuis, il n’a jamais été mené de politique de contrôle de l’immigration. Nous connaissons l’échec de l’assimilation de certaines populations et ses conséquences : quartiers hors la loi, islamisation, terrorisme islamique… Cécité et imprévoyance à nouveau.

Trois exemples parmi tant d’autres qui démontrent l’inconséquence, la légèreté et l’irresponsabilité d’une classe politique sans principes. Refus du réel, lâcheté, électoralisme, pensée politique vague, connivence oligarchique, sensibilité extrême aux réactions de la presse… Bref, manque de colonne vertébrale. Le malaise français est aussi celui d’une classe politique médiocre. Le cardinal de Richelieu avait dit : « Il faut que certains veillent pour que d’autres puissent dormir à l’abri de leur veille. » Il semble que beaucoup de nos politiciens « veillent » surtout à leurs intérêts électoraux. Au détriment du bien commun. Il est grand temps de retrouver des personnalités à la hauteur des défis de notre époque.

4498 vues

23 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

21 commentaires

  1. Avec les coupures d’électricité en janvier, faudra se retourner contre qui ? Arrêt des pompes dans les zones inondables, perte des denrées alimentaires dans les congélateurs, les frigos, coupures des alarmes dans les habitations …..

  2. De Gaulle, Grand Homme et grand visionnaire aura été le seul bon Président de la Ve République. Le seul à aimer profondément la France, à vouloir sa grandeur et son rang dans le monde….
    De De Gaulle à Macron…. Grandeur et décadence de la Ve République. De Gaulle, l’homme du peuple et des Français, a rétabli la France dans sa liberté, elle est aujourd’hui entre les mains d’un enfant capricieux qui ne l’aime pas et la malmène.

  3. Votre conclusion ne va pas dans le sens du titre de l’article..tant il est vrai que ces individus au pouvoir ne sont pas là pour gouverner mais sont là pour prévoir leurs seuls intérêts. Il faut arrêter de raisonner comme si nous étions dans un monde logique ne songeant qu’au bien commun !

  4. Et n’oublions pas la complicité de tous ceux qui ont encouragé ce grand déclassement depuis cinquante ans au moins (monde de la culture, enseignants,…) avec une timbale d’or pour les médias sans lesquels rien n’aurait été possible pour servir la propagande qui endort notre bon peuple, certes déjà bien apathique, voire soumis… Le fruit est mur pour tomber dans l’escarcelle de Ceux qui n’auront pas peur de bousculer un jour leurs hôtes d’un temps ! Ainsi se renouvellent les Nations… Les plus vigoureux remplacent les plus fatigués. C’est la nature des choses…

  5. Beaucoup de « lumières » vont peut-être s’éteindre en janvier contrairement à celles du gouvernement qui le sont depuis fort longtemps et où tout le monde gesticule dans le noir et la confusion. Un seul objectif : Instaurer la PEUR et la maintenir le plus longtemps possible pour mieux soumettre.

  6. J’ai un compagnon qui s’appelle JOSEPH. C’est un âne, il a 27 ans. Nous avons fait plusieurs centaines de kms, même plus. Il me comprend à la voix. Lorsque nous passons dans des sentiers avec quelques difficultés, il s’arrête, observe, puis repart. S’il s’obstine à ne pas repartir, je cherche un autre passage. Pourtant nos Élites bardées de diplômes, sûr d’eux, ont la vision qui n’excèdent pas le bout de leur nez. Pourtant ils sortent bien souvent de l’ÉNA. Par contre, ils ont de belles paroles, mais est-ce suffisant pour conduire un peuple vers un avenir meilleur, au lieu de le diriger vers les abîmes.

    1. Savez-vous que les ânes sont très intelligents? Le bonnet d’âne, en effet, que l’on mettait sur la tête des enfants n’était pas pour signifier qu’ils étaient bêtes mais au contraire, pour faire rentrer dans leur tête l’intelligence de l’âne. Peu de personnes connaissent en effet, l’origine de ce « bonnet d’âne ».

  7. C’est bien la démonstration d’une grande nation devenue pays du quart monde géré en République bananiere par des amateurs prévoyant à tres court terme. Les cols roulés, les chauffages au ralenti, encore une épreuve de force pour les français auxquels chaque jour on demande un peu plus. Tant va la cruche à l’eau qu’elle finit par casser…

  8. Cet aphorisme du Cardinal de Richelieu « il faut que certains veillent pour que d’autres puissent dormir à l’abri de leur veille » s’applique aussi au peuple. Un peu plus de conscience, de réflexion permettraient aussi aux électeurs de se faire leur propre idée et de ne pas forcément suivre les propos de médias qui distillent un même discours. On a les gouvernants que nous méritons et maintenant que nous sommes au fond du trou, certains commencent à le comprendre. Français arrêtez de vous faire tondre et de bêler, réagissez et faites valoir vos droits dans les urnes en chassant tous les usurpateurs.

  9. Oui, gouverner c’est prévoir. Encore faut-il en avoir la volonté et les capacités.
    Je crains que le seul souci de nos gouvernants, leur priorité depuis 40 ans, a été de magouiller pour faire barrage au FN puis au RN. Peut être aussi était-ce leur seul pouvoir ou leur seul talent.
    Ce n’est pas très glorieux et même catastrophique quand on constate l’état actuel du pays. Et le pire c’est que leur priorité demeure la même et que la majorité des français continue à leur donner mandat pour que cette chute perdure.
    Au fait il en est où le Plan du Commissaire Bayrou?

  10. Gouverner c’est prévoir ? Non ! Gouverner c’est mentir. De plus, en France quand on fait un mauvais choix, on va jusqu’au bout, on reste droit dans ses bottes jusqu’à la catastrophe en affirmant qu’on a eu raison et qu’il n’existait pas d’alternative. De toute façon quelle importance … la faute sera rejetée d’une façon ou d’une autre sur l’extrême droite et la facture sera payée par le contribuable. Et les successeurs continueront la même politique.

Laisser un commentaire

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter