La présence des forces de l’ordre devant tous les lieux communautaires juifs réserve des surprises. À Marseille, des policiers ont été affectés à la surveillance de l’Heder KLC (Kehila Lechem Chamaïm), une école juive située au numéro 177 de la rue Paradis, dans le sixième arrondissement. Ils ont été accueillis par cette inscription sur le portail de l’édifice : « 1 flic, 1 balle ». La boucle est bouclée. Les forces de l’ordre protègent des citoyens menacés et ils sont eux-mêmes menacés.

Rappelons que ce « slogan » avait vu le jour le 23 septembre dernier, à Besançon, lors d’une manifestation organisée « contre les violences policières » à laquelle, sans surprise, l’extrême gauche s’était associée. S’il était déjà injustifiable il y a trois semaines, il l’est encore plus aujourd’hui. Que reproche-t-on aux forces de l’ordre qui protègent, au péril de leur vie, leurs concitoyens ? Quel est le message ? Le choix du lieu n’est pas anodin, non plus. Il ravive le souvenir de l'attentat d’Ozar Hatorah perpetré par Mohammed Merah en mars 2012, à Toulouse. Les mots ont un sens et ceci est à la fois une provocation et un appel au crime. Est-ce une exhortation à tuer un policier devant une école juive ?

Le 7 octobre dernier, le Hamas attaquait Israël au cours d’une opération terroriste appelée « déluge d'al-Aqsa ». Plus de 5.000 roquettes étaient tirées en direction du pays d’Isaac Herzog, faisant de nombreuses victimes. Un événement relayé dans le monde entier et condamné par un grand nombre de dirigeants comme Emmanuel Macron sur X : « Je condamne fermement les attaques terroristes qui frappent actuellement Israël. »

Après cette déclaration, le président de la République française, comme son gouvernement, ont très vite compris que ce conflit pouvait s’exporter en France et que les Israélites pourraient être la cible d'attaques sur le territoire national. Le lundi 9 octobre, Gérald Darmanin a donc convié les représentants de la communauté juive de France à une réunion de sécurité. À sa sortie, le ministre de l’Intérieur a annoncé « le renforcement de la sécurisation des écoles, synagogues et lieux culturels juifs ». Une attention particulière devant être portée le vendredi 13 octobre, jour du shabbat mais aussi « jour de la colère » décrété par Hamas. Sur les réseaux sociaux, les appels à passer à l’acte, spécialement à l’occasion de cette journée, étaient d’ailleurs nombreux. De son côté, Gérald Darmanin avait déjà recensé plus d’une centaine de faits antisémites en moins d’une semaine. La prudence est donc de mise.

Mesdames et messieurs les policiers, si une partie de la population vous déteste, une autre frange, sans doute l'immense majorité, vous apprécie, a confiance en vous, sait reconnaître votre travail et saluer votre dévouement. Courage !

3568 vues

15 octobre 2023 à 14:08

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

19 commentaires

  1. Un flic, une balle. Voilà ce que nous tolérons et ce que nos politiques tolèrent sur notre sol. Faite le tour de tous les conflits dans le monde, et trouvé plus d’un lieu où le monde musulman ou l’islam n’est pas impliqué. Quand dans leur livre de chevet qu’est le coran ne prêche que le meurtre ou la destruction. Voyez-vous la moindre ombre de positif avec ces populations ?

  2. À l’époque (si proche) la femme porteuse de cette pancarte dans une manifestation d’extrême gauche était passée en justice et le juge l’avait relaxé au prétexte que c’était une « boutade » !!!
    Que pense aujourd’hui ce juge (que personne ne nomme) de sa bavure qui avait choqué la police et la population ???
    « Pas de vague » et « c’est pas grave » gangrénent notre société…

  3. Curieux ce pays où l’on peine de plus en plus à recruter des profs, des policiers, des gardiens de prison, des infirmières … curieux également que les gouvernants n’en tirent pas ou très tardivement et très timidement quelques enseignements générateurs de passage à l’acte.

  4. Comme « Sioux », je m’étonne de la passivité de ces « gaillards » qui en effet protègent des gens qui ne méritent même pas que l’on se casse un ongle pour eux…Face au traitement ignobles réservés à certains des leurs, nos policiers ont répondu par des arrêts de travail et une grève du zèle…Un peu faiblard non ? Leurs syndicats ont-ils été achetés ?

  5. Marseille : une école juive taguée « 1 flic, 1 balle »
    La Nupes a peut-être explosée « façon puzzle » comme disait Michel Audiar par la voix de Bernard Blier, ses slogans débiles lui survivent.

  6. Au Trocadéro, au meeting de Zemmour, ont été entendus quelques « Macron assassin » , a déclenché des cris d’orfraie de la part des journalistes, d’hommes politiques, d’associations ! Mais lors de manifestations interdites aux cris « Macron assassin) » n’a suscité que très peu de réactions de la part de ces mêmes personnes et plus grave « un flic, une balle » ne suscite pas plus d’indignation ! Révoltant ! Aucune saisine du Procureur de la République de ces slogans infâmes !

  7. Les policiers devraient ne plus protéger ceux qui les insultent aussi bassement.
    Si Ils détestent les flics que ces gens se débrouillent tout seuls.

  8. Comment ne pas remercier les immigrationnistes qui nous forçaient à vivre ensemble massivement, les Macias, Chouraqui etc?

  9. Préventivement, je dis bien préventivement. A ceux qui seraient tentés de considérer qu’il y a trop d’établissements scolaires juifs, je rappelerais le rapport Obin remis à François Fillon lorsqu’il était premier ministre. Dans son rapport M. Obin donnait en exemple, justement à Marseille, le cas d’un responsable d’établissement scolaire qui demandait à une famille de placer son enfant dans une école juive parce qu’il ne pouvait pas assurer la sécurité de cet enfant.
    Personnellement, j’ai fait ma courte scolarité dans le public. Ma fille qui a aujourd’hui 42 ans aussi. Mais les choses ont bien changée. Défenseur de l’école publique pendant de longues années, je ne tiendrais pas ce même discours aujourd’hui. Non par conviction mais par nécessité.

  10. Si le gouvernement et la justice soutenaient nos « forces de l’ordre  » comme il se doit ces tags n’existeraient pas . Mais la peur est bien dans le camp des honnêtes gens , la faute à qui ? Merci Macron et sa troupe .

  11. La perversion des moeurs et de l’esprit mené dans nos écoles et l’ostracisation des forces de l’ordre. Tout cela procède d’un même plan savamment mis au point par les penseurs Islamistes…

  12. Et bien maintenant, on sait à qui on doit ce genre de slogan et d’où ça vient . Qui a intérêt à discréditer les forces de sécurité dans ce pays ?

  13. Nos forces de l’ordre sont notre seul rempart face aux multiples menaces qui se profilent. Qu’attend la justice pour sanctionner ceux qui osent diffuser de tels slogans.

    1. Les forces de l’ordre reçoivent « des ordres » venus d’en haut. en bons soldats il ne peuvent qu’exécuter. De plus voyez si ils bougent le petit doigt toutes les personnes et justice qui leur tombent dessus La justice pas besoin de lui en donner elle le fait elle même et fait ce qu’elle veut. De plus voyez qui devrait la remettre dans le droit chemin ! C’est donc facile à comprendre le comportement de l’un et de l’autre. Mais vous avez un raisonnement logique de ce qui devrait être fait, et la raison d’être de ces deux corps !

  14. Bon « d’accord » alors 1=1pour 10!!!!!,quant aux « politiques »protégés par une minorité de « gaillards »dont le collier d’asservissement ne les genent en aucun cas,leur déhonneur n’en sera que plus grand!!!!

Les commentaires sont fermés.