[EXCLUSIF] Duel Bardella-Attal sur France 2 : dans les coulisses d’un choc décisif

© Jordan Florentin
© Jordan Florentin

C'est l'affiche de la campagne. Ce jeudi 23 mai à 20h15, sur France 2, Jordan Bardella, leader du principal parti d'opposition et « Premier-ministrable », affrontera le Premier ministre Gabriel Attal durant une heure et trente minutes… au moins. Le débat sera animé par la journaliste Caroline Roux. Bardella a allégé son agenda : pour se préparer, le jeune président du RN a annulé plusieurs visites, notamment dans le Midi, et libéré sa journée entière du 23 ainsi qu'une partie de la journée du 22. « C'est très important qu'il n'y ait pas de parasitage : tout le monde attend ce débat, ce peut être le tournant de la campagne », explique la députée en charge de la communication Caroline Parmentier, jointe par BV ce 21 mai. Bardella a, cependant, maintenu le débat de mercredi soir 20 mai sur LCI

Ce n'est pas une première. Bardella et Attal se sont confrontés sept fois. Les deux hommes se tutoient. Ils ont fait connaissance dans un avion, lors des européennes de 2019 : « Tous les deux avaient changé de place pour discuter paisiblement durant une demi-heure, entre jeunes engagés en politique », raconte Caroline Parmentier. Ils étaient alors encore inconnus du grand public.

Pas du même bois

Cette fois, la rencontre fait jaser : une forme de duel au sommet entre ceux qui font de l’Europe l’aboutissement d’un projet politique et ceux qui appellent au retour de la nation. Entre ceux qui occupent le pouvoir et ceux qui veulent les en chasser. Dans cet exercice, Bardella comme Attal ont plus à perdre qu’à gagner. Ces deux jeunes surdoués de la politique remettront leur titre, leur image et leurs bons sondages en jeu, comme deux boxeurs. Sauf que Bardella défendra, face au bon petit soldat de la Macronie, le destin d’une France considérablement abîmée par l'Europe. De quoi réveiller une campagne qui assoupit un peu les Français.

Ils ne sont pas du même bois. Bardé de diplômes, passé par la très sélecte École alsacienne, par Assas et par Sciences Po Paris, Attal, 35 ans, coche toutes les cases du politiquement correct. Il avait les moyens de prendre des risques : en rentier de la politique, il a choisi le camp au pouvoir, celui du mondialisme sans frein. Nettement plus jeune (il a sept ans de moins), Jordan Bardella est né à Drancy, dans une de ces banlieues en sécession qui se multiplient en France. C’est un militant politique pur sucre, sans grand diplôme sinon la reconnaissance de Marine Le Pen qui lui a fait franchir toutes les marches du pouvoir, jusqu’à la présidence du parti. Un parcours de météore.

Solitaire

Tous deux sont cajolés par les sondages. Reste à réussir ce duel télévisé. Bosseur, le patron du RN organise régulièrement des entraînements au siège parisien, avec les plus fines lames du parti. Parmi elles, Marine Le Pen, bien sûr, Renaud Labaye, qui coordonne les députés, Jean-Philippe Tanguy, Alexandre Loubet, Philippe Olivier (le beau-frère de Marine Le Pen) et les équipes rapprochées de Bardella, comme Pierre-Romain Thionnet ou François Paradol. « Chacun lui pose une question ou avance un argument à brûle-pourpoint », raconte Caroline Parmentier, qui fait aussi partie de la bande. Jordan répond. Mais personne n'a enrôlé le rôle d’Attal ou de Macron », précise-t-elle. Au RN, ces séances se répètent de loin en loin : une la semaine dernière, une ce week-end, une peut-être ce jeudi, à quelques heures du débat. Mais Bardella reste un solitaire. Après ces entraînements collectifs, il s'isole et pioche seul, au siège et chez lui. Avant ce type de débat, Bardella dévore et... fait du sport. De son côté, Attal a choisi un sparring-partner : le chef de cabinet spécial du Premier ministre Maxime Cordier endosse le rôle de Bardella.

À quelques heures du débat, les thèmes sont fixés : Europe, défense, pouvoir d'achat, immigration. Il ne reste plus que les derniers détails à verrouiller. Ce jeudi, Caroline Parmentier ira avec une équipe du RN reconnaître le plateau de l’émission, vérifier la hauteur des chaises, la présence du verre d'eau, les choix du réalisateur, les plans de coupe. En clair, on s'assurera qu’aucun des deux candidats n'est privilégié.

Les deux équipes ont déterminé les lignes rouges, ces sujets qu'elles ne veulent pas aborder… sans garantie que ce vœu soit respecté. « On veut que France 2 se comporte de manière professionnelle », précise Caroline Parmentier, qui n’oublie pas les émissions très offensives contre Jordan Bardella diffusées récemment par France 2. La soirée, sans doute très suivie, déterminera la dynamique de la fin de campagne.

Marc Baudriller
Marc Baudriller
Directeur adjoint de la rédaction de BV, éditorialiste

Vos commentaires

59 commentaires

  1. …… et moi pour Philippot ! (le seul qui n’a pas été collabo pendant la dictature hygiéno-sanitaire)

  2. Ce matin sur CNews Marine L.P en fonction de son attitude, se voit déjà Présidente…elle devrait se rappeler de l’aventure Balladur ! Avec Macron on a Jupiter , avec Mme on a la Reine ! Cerise sur le gateau , elle persiste et signe sur son refus catégorique d’envisager une union des droites .Quand à Bardela malheureusement il commence à prendre aussi la grosse tête et en plus il espère gagner des voix en tapant sur Reconquète ….Il ne se doute pas de la réaction des adhérents Reconquète lors des élections futures ou beaucoup voteront blanc !

  3. Attal brillant ? Déjà, trouver ça sur Voltaire, quand Juan Branco, peu suspect de sympathies droitistes, lui a depuis longtemps taillé son costume, n’est pas rassurant….Attal est un pur produit du clientélisme de la caste au pouvoir, passé direct de Science Po ( école déjà bien discréditée depuis quelques années) au cabinet de la brillantissime Marisol Touraine (amie de sa môman) puis glissé près de Véran dont laréputation d’excellence n’est plus à faire…..Attal n’est brillant que sous la plume des médias macronistes, pourquoi les suivre à Boulevard Voltaire ? Attal ne sait qu’ânoner les lieux communs susceptibles de plaire à la droite, récitant tel l’élève du sketch « La Table de Multiplication » d’un comique oubliqué des années 1960, Jacques Baudouin……Bardella, aucun diplôme -sauf le bac- s’est fait tout seul…..Mais rassurez vous, déjà les médias complaisants préparent leur sentence pour nous expliquer que les 2 ont été excellents si Bardella a écrasé le petit pistonné, ou que Bardella s’est ramassé, pour peu qu’Attal ait réussi à caser un ou deux éléments de langages originaux……Les suivrez vous ? J’en ai peur !

  4. Marine Le Pen, sur Cnews ce matin, a parfaitement réussi à couper court à un débat vicieux et vicié. Accusée à demi-mot d’avoir dénigré l’Europe, elle a immédiatement agité le doigt en signe de NON avant de préciser qu’il ne faut pas confondre UE, un système politico-économique, « un marché » avec l’Europe, un continent et une civilisation, la nôtre, commune à toutes les Nations européennes. Si Attal attaque Jordan sur « l’Europe », espérons qu’il opposera aussitôt la même réponse que Marine. Stop, il n’y a plus de débat !

  5. Quand bien même ce débat verrait Attal en surperforme tandis que Bardella serait « grippé », même si le ministre annonçait un triplement du SMIC et des retraites ou un voyage gratuit pour tous à Bora Bora en Hôtel de luxe, en aucun cas je ne changerai mon intention de vote. A chaque mot que prononce Attal, il suffit de penser à macron et son bilan. Le 9 juin la sanction doit être sévère, 15% serait trop cher payé pour une présidence qui va plomber la France pour très, très longtemps.

  6. Tout ce cinéma pour rien, comme d habitude les reptiliens vont agiter le chiffon rouge de la peur du changements en décriant que sans macron, fini les emprunts les investisseurs ne prêteront plus à la France , alors se sera la faillite , les fonctionnaires et les retraites ne seront plus payés, les français vont faire dans la culotte et le tour sera jour, pourquoi croyez vous que macron a augmenté la dette de mille milliards sans être inquiété, les reptiles mondiales tirent les ficelles ce sont les banquiers de davos qui ont les atouts en main , tout est plié d avance le reste n est que du cinéma pour les veaux

  7. Attal et Bardella, quoi qu’ils puissent en dire, ont l’un et l’autre les yeux fixés sur 2027 tout autant que sur les prochaines européennes. Ils ont aussi en commun de commencer à faire de l’ombre à leurs patrons respectifs qui eux commencent à s’en agacer avant peut-être de leur glisser une peau de banane sous le pied. On a vu ça souvent dans le passé avec d’autres. Patriote de droite, exaspéré par la nullité crasse de nos actuels « gouvernants », je voterai plutôt Marion Maréchal dont je crois qu’elle est la plus à même de rester ferme sur ses convictions car pas obsédée comme le RN par la volonté affichée de « rassembler » les Français à n’importe quel prix, y compris celui de trahir quelques promesses électorales.

  8. Attal et Bardella, quoi qu’ils puissent en dire, ont l’un et l’autre les yeux fixés sur 2027 tout autant que sur les prochaines européennes. Ils ont aussi en commun de commencer à faire de l’ombre à leurs patrons respectifs qui eux commencent à s’en agacer avant peut-être de leur glisser une peau de banane sous le pied. On a vu ça souvent dans le passé avec d’autres. Patriote de droite, exaspéré par la nullité crasse de nos actuels « gouvernants », je voterai plutôt Marion Maréchal dont je crois qu’elle est la plus à même de rester ferme sur ses conditions car pas obsédée comme le RN par la volonté affichée de « rassembler » les Français à n’importe quel prix, y compris celui de trahir quelques promesses électorales.

  9. Ce n’est pas un duel , c’est un DUO …Le RN est maintenant sue la même lignée que la « macronie » ! Ils trompent leurs électeurs en leur faisant croire qu’ils vont tout changer , alors qu’il n’en sera rien . Ils ont retourné leur veste lâchement en restant dans ce système assassin qu’est l’UE et toutes ces instances belliqueuses , l’OTAN , la CEDH , l’OMS , etc…comme Méloni qui a trahi son peuple en lui promettant la fin de l’invasion migratoire , mais qui au final s’est acoquinée avec Ursula Von der Leyen et qui a plus que doublé depuis son arrivée au pouvoir le flux migratoire en Italie . Il nous faut absolument sortir de ce système pourri en retrouvant nôtre souveraineté et ce rayonnement qu’avait la France autrefois dans le monde , retrouver nos fleurons bradés partout , nos industries , nôtre agriculture , nôtre identité et la PAIX !

    • C’est la pensée d’une non patriote, pas la seule et qui amène la France vers son effacement. Un AC.

  10. Comment préserver la France quand on souscrit à son maintien dans l’Europe actuelle? Jordan Bardella aura bien du mal à expliquer certaines ambiguïtés du RN, Marine Le Pen semblant parfois oublier qu’une majorité de ses sympathisants se situe à droite ! Sera-t-il prometteur ou décevant, ce débat opposant deux adversaires politiques…ou deux complices selon certains?

    • «Je ne suis pas là pour faire l’union des droites, je suis là pour faire l’union des Français. » C’est ce qu’a répondu Marine Le Pen en expliquant qu’elle aspirait à devenir la présidente de tous les Français. Et MLP ne souhaite pas sortir de l’Europe – un continent impossible à déplacer sur une carte de géographie – qu’elle ne confond pas avec l’UE, un système politico-économique, mais qu’elle souhaite changer ce sytème de l’intérieur, à l’image du cheval de Troie. Sur ce point, elle rejoint les Meloni, Orban, etc. Son projet semble clair, pourquoi parler d’ambiguïtés ?

  11. Ce qu’il faut savoir c’est que ATTAL défendra la vision du groupe européen qui domine actuellement à Bruxelles tandis que Bardella sera affilié au groupe
    ID (identitéet démcratie) Ses arguments seront donc interessants à entendre MEME SI NOTRE DECISION A DEJA ETE PRISE DE VOTER POUR ‘RECONQUETE !’ (mouvement européen ECR càd européens conservateurs mais REFORMTEURS !!!!

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois