Nouvelle-Calédonie : en filigrane du chaos sociétal se cache la « guerre du nickel »

©Koreller/Wikimédia
©Koreller/Wikimédia

Les événements récents en Nouvelle-Calédonie conduisant à une situation quasi insurrectionnelle sont interprétés par les médias et les personnalités politiques comme un relent de conflit colonial entre Kanaks indépendantistes et Caldoches loyalistes. Si cette lecture garde évidemment tout son sens historique, elle passe invariablement sous silence « la guerre du nickel ».

Le nickel occupe une place incontournable, dans les sociétés modernes. Grâce à ses propriétés peu corrosives, il va d’abord remplacer le cuivre dans la fabrication des pièces de monnaie puis, associé au chrome, il va devenir l’ingrédient de base de nombreux alliages, comme l’acier inoxydable. Grâce à ses propriétés magnétiques, il intervient dans la fabrication des aimants. Et, enfin, grâce à ses propriétés électrochimiques, il participe à la fabrication des accumulateurs et des batteries. Le nickel est un élément crucial des smartphones, mais aussi des batteries ion-lithium des véhicules électriques.

 

Rouleau compresseur chinois

 

Le marché mondial du nickel est particulièrement singulier : la Chine consomme 55 % de la production alors que l’Indonésie en produit la moitié. Cette situation récente est liée à un accroissement exponentiel de la production indonésienne qui, en moins de dix ans, a plus que décuplé.

Premier producteur mondial d’acier, d’éoliennes, de panneaux solaires et de batteries, la Chine a un besoin exponentiel de nickel, un métal qu’elle ne produit qu’en faibles quantités. Consciente de l’énorme potentiel nickélifère indonésien, l’empire du Milieu a passé avec son voisin insulaire le « pacte du diable ». En y finançant massivement et à vitesse stratosphérique le développement de nouvelles mines de nickel, le couple infernal a en un clic formé un oligopole anticoncurrentiel inondant le marché de nickel indonésien. Aussi, malgré une demande croissante de nickel liée à l’émergence des véhicules électriques, la surproduction indonésienne a provoqué une chute des cours de 50 %, depuis début 2023.

Si l’Indonésie, bénéficiant de coûts de production parmi les plus faibles du monde, ne souffre pas trop de cette crise de surproduction qu’elle a consciemment provoquée, il n’en est pas de même des autres acteurs touchés de plein fouet.

 

Poumon économique de l'archipel

 

Troisième producteur mondial recélant dans son sous-sol 30 % des réserves, la Nouvelle-Calédonie n’échappe pas à l’hécatombe. Principale ressource, le nickel est le poumon économique de l’archipel employant le quart de la population et contribuant à 20 % de son PIB. D’atout historique, le métal gris est en train de se transformer en malédiction pour la collectivité d’outre-mer.

Premier employeur de l’archipel, la société Le Nickel, filiale d’Eramet, a vu ses ventes chuter de 50 % au cours du premier trimestre 2024. Les deux autres sociétés minières, Prony Resources et KNS, sont également en très grande difficulté. En conséquence, Eramet a décidé d’arrêter tout investissement au sein de la SLN et le Suisse Glencore, détenant 49 % de KNS, de vendre sa participation.

Pour pallier l’urgence de la situation et faire face aux échéances de trésorerie, l’État français a sorti son carnet de chèques, octroyant aux trois compagnies près de 400 millions d'euros sous forme de prêts, d’aides et de subventions.

En échange, l’exécutif a proposé, fin 2023, l’instauration d’un « Pacte Nickel » destiné à rendre la production plus rentable en mettant notamment en lumière la grosse différence entre extraction et raffinage : « Si l’activité d’exportation de minerai brut est bénéficiaire, à l’inverse, tous les raffineurs présentent des résultats négatifs depuis plus de dix ans. » Aussi, pour sauvegarder les activités minières, l’État propose d’arrêter progressivement les activités de raffinage.

Implicitement, le Pacte Nickel (qui n’a toujours pas été voté) restitue à l’État une compétence devenue calédonienne depuis les accords de Nouméa de 1998. Selon Ronald Frère, chef de file du parti indépendantiste, il s’agit d’un « pacte colonial de reprise en main par l’État de la maîtrise des matières premières calédonienne ». De quoi compliquer encore plus la situation et faire du nickel un élément central de la crise néo-calédonienne.

La situation du nickel en Nouvelle-Calédonie n’est malheureusement qu’un indicateur, parmi d’autres, de la faillite industrielle européenne face à un rouleau compresseur chinois devenu inarrêtable. Comment croire à une potentielle réindustrialisation du pays alors que nous sommes incapables de maintenir à flots la dernière exploitation minière française ?

Philippe Charlez
Philippe Charlez
Chroniqueur à BV, ingénieur des Mines de l'École polytechnique de Mons (Belgique), docteur en physique de l'Institut de physique du globe de Paris, enseignant, expert énergies à l’institut Sapiens

Vos commentaires

29 commentaires

  1. On peut faire une comparaison avec l’Algérie française. Qui a trouvé le pétrole et le gaz en Algérie ?? Nous !! Ensuite certains dits indépendantiste (FLN, GPRA) se sont manifestés pour demander l’indépendance, avec ce que vous savez. Le pognon, toujours le pognon. Les Algériens arrivent à plein bateaux en France le pays qui les a « colonisés » comme les biens pensants le disent. Vous croyez que les Algériens sont plus heureux ?? En NC le risque est de voir le même topo. Je donne un conseil, gratuit, aux Caldochs, commencez à faire vos valises, mais de préférences, pas pour la France, voyez si les Australiens seront plus accueillants, ou les Néozélandais.

  2. Et voilà …le pot au nickel (je veux dire le pot au rose) découvert !!! Un grand merci Monsieur Charlez.
    Le contexte étant bien éclairci, quelle réussite peut on attendre de l’intervention imminente, sur place,
    de notre distingué baratineur en chef ???

  3. Les pays du commonwealth ont anticipé ce danger et se reforment en coalition pour contrer les vélléités chinoises . Avec l’angleterre qui a fait son brexit . Les Eu ne sont pas loin. les anglo saxons se serrent les coudes ! Où est la France ?

  4. Les mines de Nouvelle-Calédonie ont une particularité que l’on retrouve rarement dans les autres mines du monde. Alors qu’en Afrique (par exemple) on créé une cité minière (coron) pour loger les cadres et les employés de la mine, en Nouvelle-Calédonie une importante partie du personnel fait jusqu’à deux heures de trajet matin et soir pour monter en mine (avec certains comme à Goro, une partie en bateau) et les autres qui font des rotations de quatre jours dorment à la base vie et rentrent chez eux pour quatre jours. J’ai mis du temps à comprendre pourquoi on construisait pas une cité minière avec les magasins et toutes les commodités médicales et logistiques sur place pour des mines qui durent parfois plus de vingt ans. Puis j’ai compris que les kanaks, les caldoches et les zoreilles ne voulaient pas vivre ensemble. Ensuite, même dans des mines qui durent plusieurs décennies, on fait du camping et les bureaux sont dans des conteneurs ou en préfabriqué. Parce que régulièrement, les kanaks mettent le feu aux installations et aux matériels. Cela arrive rarement en Afrique où il existe tout de même quelques cas, mais en Nouvelle-Calédonie c’est récurent et c’est même une tradition.

  5. En Afrique ce sont les terres rares, en Calédonie c’est le nickel et la France est éjectée de ces pays

  6. Je me souviens de Raffarin allant faire le kéké à Pékin en étalant son anglais approximatif. Il a bradé notre industrie en délocalisant en Chine. (comme pour le labo covidifère, construit avec des fonds français et l’argent de Soros)

  7. Autre composant essentiel pour la production de batteries automobiles: le Lithium. On a découvert de probables gisements dans l’Allier. Vous allez voir que ça va être encore un bordel fini pour son exploitation, grâce aux écolos d’abord qui vont bien faire capoter les projets, puis les masses syndicales qui vont monter au front pour revendiquer un régime spécial des travailleurs face à ces nouveaux risques, etc…

  8.  » Un indicateur de plus de la faillite industrielle européenne face au rouleau compresseur chinois devenu inarrêtable » ? Conclusion fausse ! En Afrique, en Nvlle Calédonie, en Europe, la Chine est parfaitement arrêtable. A condition d’être intelligent, volontaire et indépendants de Bruxelles. Et si – dans 6 mois – Trump est réélu de suivre ce que le brise glace MAGA avait commencé ! Peu importe sa vulgarité, Stormy Daniels et autres : il vaut mieux un foutraque qui a raison que des Ursula-Macron qui nous trompent, nous confisquent nos droits, pour s’enrichir.

    • Et voilà, nous y sommes ! C’est un peu comme avec une dent cariée, la carie visible de surface cache très souvent un mal plus profond, celui qui fait mal, qui titille à longueur de journées.
      C’est le cas transposé à la Nouvelle-Calédonie ! Ce territoire français d’outre-mer est de culture tribale, loin du concept des Sociétés Occidentales dans lesquelles seul le pognon compte et règne ; le Kanak ne demande pas grand chos et se satisfait des bienfaits que Dame Nature lui met à disposition. Le Caldoche, lui, n’est intéressé que par le pognon qu’il peut en retirer des ressources, à 80 % minières avec les fameux gisements à ciel ouvert de nickel, ce minerai aux propriétés extraordinaires. Je suis allé durant duit mois dans ce territoire en tant que militaire en1972 et j’ai très vite décodé le système, avec cette conception pour les blancs de venir y faire du 5 / 5 ! Pour faire simple, vous arrivez avec 1000 francs CFP et repartez avec 5000 francs CFP un peu plus tard. Bref vous venez ruiner le Caillou et prétendez le contraire pour vous dédouaner ; tout bonnement écoeurant.
      Ajoutez à celà la politique MACRON mondialiste et vous aboutisse au fiasco et à la guerre civile qui s’installe à Nouméa et le Caillou.
      Les seuls qui se frottent les mains en attendant de cueillir le fuit nickel, ce sont les Chinois…

  9. Il fut un temps en France une industrie produisait des panneaux de contreplaqué mais qui a eu des problèmes à tel point que nos amis les Chinois l’on racheté. Bravo les Chinois mais ils l’on rapidement fermé pas avant d’avoir récupéré la concession de bois dans un pays de forêt vierge. Demain la Nouvelle Calédonie sera Chinoise mais en dehors de la mine de Nickel, je ne donne pas cher pour le reste.

  10. Depuis plus de 40 ans la France part en lambeaux à tous les niveaux, il serait étonnant qu’une « pépite » industrielle échappe à ce ravage.

  11. Cette question finale ( une oraison funèbre en vrai ) : Comment croire à une potentielle réindustrialisation du pays alors que nous sommes incapables de maintenir à flot la dernière exploitation minière française ? » … renvoie en fait à la « politique » de macron ! … Il n’y a rien à attendre ce celui qui a tout massacrer en France et en même temps s’en est vanté ! …

  12. Mais qui donc a bradé toutes nos industires au point que nous ne sommes même plus capables de produire des produits essentiels tels les médicaments , qui donc ouvrent nos frontières à tous ces pays qui inondent le marché français de malbouffe etc …Tous les élus depuis plus de 40 ans ont tout détruit dans ce pays , ont vendu notre savoir et Macron continue à la vitesse grand V . Tous aux urnes .

    • Qui est responsable ? Nos politiques et les acteurs économiques bien sûr, voyant en l’Asie un marché ex-potentiel à l’avantage surtout des Allemands d’ailleurs, le consommateur tout heureux qu’il est d’acheter dix T-shirts pour dix euros, et qui aujourd’hui achète des automobiles chinoises jugées moins chères. Enfin, ne l’oublions pas cette politique sacrificielle a été décidée à une époque où la France avait plus de 13 % d’inflation. Ces importations permettent de réduire les prix. Mais effectivement, rien n’est jamais immuable, et nous comprenons maintenant que conclure un pacte avec le diable, fut-il économique, ne sera probablement jamais à notre avantage.

  13. Vous pariez combien que si la France quitte la Nouvelle Calédonie il se trouvera d’autres intéressés pour exploiter intelligemment cette ressource ?

    • il n’est pas impossible (litote…) que les « évènements » actuels aient été téléguidés par l’étranger pour mettre la main sur le nickel

    • La France n’a pas besoin de nickel elle n’a plus d’industrie. Ce qu’elle réclame ce sont des RTT, 10 semaines de vacances, le smic à 3500 euros , de belles voitures. La nouvelle Calédonie se terminera comme l’Algérie. La Chine dans les starting-blocks.

      • C’est comme l’uranium que nous continuons à acheter à la Russie mais par chemin détourné et que nous payons beaucoup plus cher. Vous avez tout compris. Mais nous sommes contents. Nous avons mis la Russie à genoux!

    • Mais je ne suis pas sûre que les kanaks ont à y gagner si les chinois s’emparent de cette ressource. S’ils croient qu’avec leur indépendance , ils seront plus libres et heureux ! Que nenni ! Ils regretteront la France mais ce ne sera plus notre problème
      Mais on répète à longueur de journée que nous avons un président intelligent, tellement intelligent qu’il nous a amené à la faillite ! C’est le gouvernement de la mort (industrie, services publics, IVG, euthanasie etc….)

      • Donc les Français l’ont bien voulu.
        Ceux qui nous ont mené ont été élu par les Français qui veulent toujours moins travailler , qui sont jaloux de ceux qui réussissent, mais demandent toujours plus à l’état. La gauche a toujours promis pour berner les Français et la droite LR n’a jamais été capable de rester droite dans ses bottes. Quand au RN sa politique économique de gauche et sa retraite à 60 ans ne relèvera certainement pas la France.

      • Bonjour Schimitt, Effectivement, les kanaks n’auront rien à y gagner mais cela sera encore notre problème. Car comme certains africains de nos anciennes colonies ils auront droit chez nous de toute la sympathie et de l’hospitalité de la gauche et de nos ONG.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois