Maroc, Mauritanie, Tunisie… premiers remparts de l’UE contre l’immigration massive ?

©shutterstock_editorial_2171176991
©shutterstock_editorial_2171176991

L’Union européenne est une passoire. Du moins, c’est ce que laissent penser les chiffres de Frontex, l’agence européenne de gardes-frontières et gardes-côtes, qui révélait en début d’année « une augmentation notable du nombre de migrants africains, en particulier d'Afrique de l'Ouest, qui représentent aujourd'hui près de la moitié (47 %) de tous les migrants détectés ». L’agence constatait également une croissance de 17 % du nombre de passage clandestins détectés, avoisinant le nombre de 380.000 illégaux ayant violé les frontières de l’UE. Toutefois, des politiques à l’échelle de l’Union sont mises en place pour lutter contre les arrivées de clandestins.

 

En Afrique du Nord, des reconduites massives aux frontières

 

Comme le révèlent nos confrères du Monde, l’Union aide, depuis 2015, la Mauritanie, le Maroc et la Tunisie à hauteur de 400 millions d’euros pour la gestion de leurs propres frontières via le fonds fiduciaire d’urgence (FFU). Plus de 144 millions d'euros ont notamment été investis dans la « gestion des frontières » jusqu'en 2023, qui comprend également une aide directe des États membres, permettant l'achat de navires, de caméras thermiques, de radars de navigation et d'autres équipements utiles à l’interception des illégaux. Entre 2015 et août 2023, près de 3.400 agents de la Garde nationale tunisienne ont pu suivre une formation dispensée par la police fédérale allemande. Le Monde indique également que deux centres de formation poursuivant les mêmes objectifs ont été financés par l'Autriche, le Danemark et les Pays-Bas, pour un montant total de 8,5 millions d'euros.

En Afrique du Nord, on s’active. Porte d’entrée pour l’Espagne, le Maroc engage une féroce politique de répression en matière de lutte contre l’immigration clandestine. Fin janvier 2024, le ministère de l’Intérieur marocain communiquait fièrement le nombre de tentatives d’émigration irrégulière déjouées en 2023, en hausse de 6 % par rapport à 2022, soit 75.184. Emboîtant le pas du pays du couchant lointain, les autorités tunisiennes ont annoncé avoir intercepté en mer, entre le 1er janvier et le 15 avril 2024, 21.270 migrants (contre 13.903 sur la même période en 2023). Un accroissement du nombre d’interceptions signifie-t-il pour autant la réduction d’arrivées d’illégaux sur le sol de l’UE ?

 

Une politique qui connaît des limites

 

Bien que l’Union européenne verse des centaines de millions d’euros de subventions et d’aides, les arrivées d’illégaux, majoritairement en provenance de Mauritanie, du Maroc, d’Algérie, de Tunisie et de Libye, sont de plus en plus nombreuses. L’Espagne est un bon exemple. Si le pays aide activement ces derniers à former leurs forces de police dans la lutte contre la présence des clandestins, il n’en reste pas moins les chiffres accablants de migrants illégaux qui parviennent à atteindre son territoire. Ainsi, au premier trimestre de l’année 2024, l’immigration clandestine était en hausse de 187 % (sur l’ensemble du territoire national) par rapport à la même période de l’année précédente, selon des chiffres du ministère de l’Intérieur espagnol.

Ce n’est donc pas demain la veille que le pays mettra fin à la situation que connaissent les îles Canaries, désormais surnommées le « Lampedusa espagnol ». En effet, sur la période du 1er janvier au 15 mai 2024, les Canaries ont connu un nombre d’arrivées record de 16.586 clandestins – venus des côtes mauritaniennes et marocaines -, contre 3.495 pour la même période en 2023, soit une augmentation de 374,6 %.

Julien Tellier
Julien Tellier
Journaliste stagiaire à BV

Vos commentaires

22 commentaires

  1. A lire – Une contre-histoire de la colonisation française de Driss Ghali ( marocain)

    « – La revanche des pays colonisé
    – La puissance française est en venue à payer pour ne pas être envahit
    – les potentats arabes et africains rigolent et disent merci à la France d’accueillir ses délinquants…

    Le comportement des immigrés en France est influencé par leur civilisation d’origine. Quand ils viennent de civilisations où la courtoisie et le travail sont des valeurs suprêmes, tout va bien : Vietnamiens, Chinois etc. Quand ils viennent de civilisations de commerçants où l’adaptabilité est une valeur cardinale, tout va bien aussi : les Libanais, les Syriens, les Arméniens… Quand ils viennent de civilisations tribales et féodales qui ne promeuvent pas le travail, l’instruction et le civisme, ça se passe mal : Afrique du Nord, Afrique subsaharienne… Au sein d’une tribu, la productivité est le dernier des soucis, il suffit de razzier les voisins ou de mener une campagne de piraterie (ou un jihad) afin de capter la valeur ajoutée que l’on ne sait pas produire localement. Parfois, on dispose d’esclaves à la maison ou aux champs. Autrement dit, le travail est mal-vu, il est associé aux faibles et aux soumis, les forts et les riches font la guerre et ont des esclaves qui travaillent pour eux. Conséquence : inutile de s’instruire puisqu’il n’est pas question d’améliorer les méthodes de production. En revanche, on exige de l’individu qu’il se batte avec hargne et cruauté pour défendre les siens. On attend de lui qu’il considère les autres comme des « sous-hommes », tout juste bons à le servir ou à déguerpir.

  2. Quel argent « jeté » que celui donné aux pays du Maghreb. Ils se contrefichent de l’invasion de l’Europe par les clandestins. L’argent serait mieux utilisé à faire un barrage naval aux bateaux des ONG complices des passeurs et de cesser complètement tout financement de celles-ci.

  3. La France est endettée pour l’éternité et le peuple est dans une très grande insécurité. Ce n’est plus supportable de vivre de cette façon plus longtemps. Que ça plaise ou non à l’U.E., si Macron veut faire preuve d’autorité et de compétence, il doit réparer ses graves erreurs (sinon, son successeur le fera) : 1/ Fermer d’urgence nos frontières à triple tour et envoyer par le fond tous ceux qui passent en force. 2/ expulser absolument tous ces étrangers que l’on entretien et soigne à ne rien faire. 3/ expulser également tous les prisonniers, les malades qui sont en établissements psychiatriques, les narco-trafiquants et autres…., même s’ils sont français de papier du moment qu’ils n’ont pas respectés nos lois, ils perdent tout naturellement le privilège de rester Français. Dès que “place nette” sera faite, on recommence tout comme en 14, à chacun sa Croix !

  4. On tire à hue et à dia : pendant que des centaines de millions sont payés par l’U.E pour conjurer l’immigration illégale, voilà que , en France, les autorités nationales officielles encouragent le versement de subventions aux ONG complices des passeurs qui organisent cette immigration (afin de la rendre moins dangereuse, quelle grandeur d’âme !!)

  5. Il faut demander conseil à la Chine et autres communistes, aux anciens de la RDA à la Coré du Nord etc.
    Eux, ils savent garder une frontière.

  6. Dans la photo princeps, les « passagers » sont tous masqués. Serait-ce pour passer pour des femmes voilées? Car des femmes et des enfants, je n’en ai pas trouvé beaucoup dans le pneumatique.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois