Les élections législatives ont déjà commencé, avec le vote et les résultats anticipés des circonscriptions des Français de l'étranger et de la Polynésie. Et elles commencent mal pour la Macronie, puisque Manuel Valls, officiellement investi par la majorité présidentielle pour la 5e circonscription des Français de l'étranger, celle qui englobe son Espagne de cœur, n'accède même pas au second tour. Il opposera le candidat NUPES au dissident macroniste, député sortant. Une défaite relative pour la Macronie, donc, au moins pour le moment. Car le candidat mélenchoniste a réussi à virer en tête, à 27 %, suivi par le dissident macroniste à 25 %, l'ancien Premier ministre ne rassemblant que 15 %. Sportif, il a clairement reconnu son échec sur Twitter : « Si la dissidence et la division ont semé la confusion, je ne peux pas ignorer mon score et le fait que ma candidature n’a pas convaincu, a reconnu Manuel Valls sur Twitter. Une élection est un moment de vérité. » Autre figure battue : Joachim Son-Forget (Suisse) : député sortant, mais dissident, son positionnement parfois difficilement lisible ( puis Zemmour puis Macron) l'a certainement desservi.

Même s'il est difficile d'extrapoler à partir de ces circonscriptions très particulières, à la fois par leur sociologie et par la très faible participation, pour les résultats des 12 et 19 juin prochains, un premier enseignement à valeur nationale peut être tiré : le dynamisme de la NUPES est bien une réalité puisqu'elle réussit à se qualifier dans 10 circonscriptions sur 11 et à arriver en tête dans deux. On s'achemine donc vers des duels Macron-Mélenchon. La droite est la grande perdante : elle n'arrive en tête que dans une circonscription (Italie-Israël), avec Meyer Habib (UDI).

Mais la défaite de Manuel Valls est peut-être aussi la première note d'une petite musique, alimentée par certains sondages, qui commence à monter : plusieurs autres figures de la Macronie, et notamment des ministres récemment nommés, seraient en difficulté. Or, Emmanuel Macron a reconduit la jurisprudence Juppé : tout ministre battu ne sera pas reconduit au gouvernement. Certains l'ont bien compris et ont évité de se représenter, comme Bruno Le Maire. D'autres, encore en début de carrière et contraints de passer par la case « législatives », jouent gros.

C'est notamment le cas de Clément Beaune, un tout proche du Président, nommé ministre des Affaires européennes dans le gouvernement Borne. Un sondage IFOP-Fiducial pour le JDD et Sud Radio le donne en effet battu face à la candidate NUPES Caroline Mecary (LFI), avocat de 59 ans connu pour son engagement dans la cause LGBT, ancienne d’EELV, à 36 % contre 41 % au premier tour et 49/51 au second. Sondage et marge d'erreur évidemment, mais cela montre que, tout comme les circonscriptions des Français de l'étranger, celles de Paris, et plus généralement des grandes villes, vont voir s'affronter quasi exclusivement la gauche Mélenchon et la gauche Macron.

Mais le JDD a listé cinq autres ministres en situation délicate : Damien Abad, bien sûr, dans l'Ain, doublement desservi par sa désertion de et la polémique lancée par Mediapart contre lui ; ­Amélie de ­Montchalin (Planification ­écologique) dans l’Essonne ; ­Stanislas Guerini (Fonction ­publique) à Paris ; Brigitte Bourguignon (Santé) dans le Pas-de-Calais ; Justine Benin (Mer) en ­Guadeloupe.

Outre ces ministres actuels potentiellement menacés, la partie s'annonce difficile pour ceux qui n'ont pas été reconduits et se voient contraints d'aller chercher une légitimité électorale, comme Jean- Blanquer. Son entartage à la Chantilly a masqué les difficultés réelles de son parachutage, soulignées par plusieurs enquêtes : la 4e circonscription du Loiret, rurale, avait placé Marine Le Pen en tête au premier et au second tour. Selon un sondage Ifop cité par Les Echos, Jean- Blanquer n'aurait pas forcément sa place pour le second tour et pourrait être éliminé dès le 1er (dominé par le candidat RN), comme Manuel Valls.

Ainsi, les têtes de gondole de la Macronie pourraient être frappées à la fois par un syndrome Juppé et un syndrome Valls. Plusieurs défaites de ses figures les plus médiatiques, même en cas de majorité absolue ou relative, auraient valeur de symbole et d'avertissement pour le Président : après un président sans état de grâce, nous aurions un gouvernement abîmé avant même d'avoir oeuvré et une majorité sans élan. Est-ce bien ce dont la a besoin ?

6166 vues

6 juin 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

41 commentaires

  1. Cet échec nous rechauffe le coeur… pourvu que ça se poursuivre sur toute la macronie et la gauche….

  2. Honte à la droite  »patriote'(?) qui laisse le champ libre au pire ennemi de la patrie depuis Laval. Honte (dans l’ordre ) à MLP, EZ, NDA, qui ont obtenu la majorité relative (42%), ont sans arrêt à la bouche la France et les Français, mais sont incapables de s’unir pour imposer leur majorité à l’AN. Hélas !

  3. enfin une bonne nouvelle , ce traite, ce parvenu , de Valls vient de prendre une bonne claque ..qu’il retourne dans son pays qui est l’Espagne .

  4. Vous savez qu’Emmanuel Macron ayant passé Un Diplôme supérieur auprès de Machiavel, il n’est pas impossible qu’il appelle un jour, mois, année, Manuel Valls comme 1er Ministre…..C’est ça La Politique !! politicienne, pour gruger la majorité du Peuple (en Démocratie). Vu que Manuel a été celui qui a mené à bien la Réforme du Mariage malgré les millions de personnes contre, pour la LGBT, GPA, etc….M Valls est le candidat bien près. Il aime tellement être 1er Ministre !

  5. Pour toute fonction régalienne interdiction de la double nationalité et le problème est réglé vis à vis de tous franco…..

  6. Je cite : « après un président sans état de grâce, nous aurions un gouvernement abîmé avant même d’avoir oeuvré et une majorité sans élan. »
    Comme si Macron avait le moindre scrupule, le moindre doute sur son pouvoir. Comme si le parlement et le gouvernement n’étaient pas de simples faire-valoir.
    Nous ne sommes plus en démocratie depuis longtemps et certains ne semblent pas encore l’avoir compris !

  7. M. Valls a brouillé les cartes ( je trouve ). Maire, puis Premier ministre français, il se présente ensuite en Espagne, puis reviens en France, puis fait campagne, et a de nouveau des vélléités politiques en Espagne ? ( on s’y perd ), puis en France… ; les gens ont voté donc.

  8. Bon vent, bon retour aux Baléares, là non plus, aucune chance avec ceux là. Vaut mieux peut être l’avertir. A force tous ses vêtements sont usés.

  9. Bien que spécialiste des girouettes il n’a pas su prendre le bon sens du vent !!! Il va falloir qu’il cherche un autre parti pour tenter de nouveau sa chance !!

  10. Valls, le mec qui n’est plus grand-chose en Catalogne, rien en Espagne, et plus rien du tout en France !
    Il n’a plus qu’à traverser la rue afin de trouver un job.
    Qu’on lui dise bien d’attendre que le p’tit bonhomme soit au vert avant de traverser.
    Il ne lui reste plus que la Suisse, pour se mettre au vert.
    La Suisse pays aux racines familiales, pour y postuler pour un job à la « Banque Pons i Valls », qui sait ?
    Astiqueur de lingots, pourquoi pas ?

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter