La circulaire ministérielle ainsi que les préconisations académiques indiquées aux professeurs de français en vue de la corrections des épreuves du bac sont si tolérantes à l’égard de l’élève qu’il faudrait vraiment le faire exprès pour rater cet examen. Nous avons pu nous procurer les consignes de l’académie d’Orléans- et, d’emblée, nous avons relevé cette inégalité aberrante de traitement entre les candidats.

À la limite de la triche autorisée

Exemple. La notice explicative (reprenant la note de service 4-4- parue au B.O. n° 14 du 7 avril 2022 pour l’épreuve orale de juin 2022) stipule qu’au niveau national, « l’œuvre choisie pour la seconde partie de l’épreuve orale est à disposition de l’élève durant cette partie de l’oral ; elle peut comporter des signets ou des passages surlignés, mais ne peut comporter aucune annotation écrite de la main du candidat ». Pourtant, aussi incroyable que cela paraisse, l’académie d’Orléans-Tours préconise l'inverse : « Il est possible que le candidat, afin de maîtriser l’œuvre qu’il a choisie, ait choisi de l’annoter, de surligner des passages ou d’installer des signets pour faciliter ses repérages. Ces traces, parce qu’elles reflètent le travail d’appropriation de l’œuvre, sont autorisées dans le cadre de l’examen et l’examinateur ne pourra en aucun cas empêcher le candidat de mobiliser l’œuvre qu’il aura apportée ou lui tenir rigueur dans son évaluation de ce travail d’appropriation. »

Autrement dit, l’élève peut arriver en ayant bien pris soin de recopier son plan ou son cours dans son livre, ceci est parfaitement autorisé, toute ressemblance avec de la triche serait parfaitement fortuite ! Ségolène*, professeur de lettres dans un lycée du Loiret, s’interroge : « Les éditions scolaires (avec dossier pédagogique intégré) étant autorisées, comment s'en sortir ? Cela devient ridicule. L'examinateur est handicapé par le protocole même de l'épreuve. »

Câlinothérapie

Par ailleurs, tout a été mis en œuvre pour que l’épreuve soit extrêmement bienveillante : la formulation de la question de doit être simple, elle doit porter prioritairement sur des cas généraux. Si le candidat ne respecte pas l’ordre des étapes de l’épreuve (lecture, explication linéaire, question de grammaire), le professeur ne doit ni l’interrompre ni le pénaliser.

De même, si le candidat a oublié de lire le texte à haute voix, « l’examinateur doit l’interrompre et lui signaler avec bienveillance cet oubli » et, là encore, ne pas le sanctionner. Câlinothérapie oblige, le professeur s'assurera que l’élève n’ait plus rien à ajouter avant de passer à la seconde partie de l’épreuve. L'examinateur est invité à ne pas avoir une liste de questions préétablies, mais « s'il faut se laisser porter par le candidat, comment vérifie-t-on les connaissances d'histoire littéraire, par exemple ? » demande Ségolène. Et le professeur de compléter : « Maintenant, il faut noter la lecture, ce qui montre que c’est devenu un défi. » Elle précise qu’à force de « petits bouts de points donnés çà et là : il aura bien lu, il aura repéré le verbe dans la phrase, il aura partout bien fait un petit peu quelque chose », l’élève tant bien que mal peut arriver à une note de 9 sur 20 et obtenir la moyenne après passage de son dossier en commission d’harmonisation.

Dévalorisation de l'épreuve

Samia*, autre professeur de lettres dans un lycée parisien, nous confie avoir « beaucoup de compassion pour les jeunes professeurs, car quand on débute on y croit encore ». Dépitée, elle reconnaît « avoir abdiqué pour l’autorité de ses notes ». Elle dénonce Parcoursup, qui oblige les établissements à aligner leurs résultats pour ne pas pénaliser leurs élèves et avoue que, dans son lycée, les professeurs s’autocensurent dans la rédaction des appréciations : « Tous les éléments de langage sont positifs, les mots “insuffisant”, “fragile”, “non fait” ou “absent” sont proscrits dans les bulletins. »

Résultat de cette bienveillance à outrance, le bac n’a plus de valeur autre que symbolique et la sélection des élèves est reportée à l’enseignement supérieur. En 2021, le taux de réussite au baccalauréat a été de 93,7 % (chiffres du service public), alors que 44 % des bacheliers 2016 inscrits en 1re année de licence à la rentrée suivante ont obtenu leur diplôme en trois ou quatre ans (chiffres du ministère de l'Enseignement supérieur). Enfin, phénomène inquiétant et symptomatique de cet effondrement intellectuel : des professeurs de lettres au lycée sont désormais appelés pour venir mettre à niveau des élèves en première année d’université n’ayant pas les bases suffisantes en orthographe et grammaire…

*Les prénoms ont été modifiés

248 vues

6 juin 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

39 commentaires

  1. Il y a une question de grammaire au bac?
    Je tombe des nues!
    A mon époque ,il fallait présenter des textes de grands auteurs ,fleurons de l’ anthologie française,la grammaire s’ apprenant dans les petites classes.
    Quelle déchéance !

  2. Déjà en 1995 ,une certaine faculté de sciences économiques (je ne dirai pas laquelle) avait fait appel à mes services pour que je dispense des TD de français aux élèves de DEUG dont le niveau de français de certains n’ atteignait pas celui de mes meilleurs élèves de quatrième de mon collège!

  3. Et les nouveaux « Profs » engagés après 30 mn d’entretien ? Ca porte un nom « anglais » !
    Nous sommes au fond du Gouffre !

  4. Quand il n’y a pas de sélection à la présidence de la République, pourquoi voulez-vous qu’il y ait une sélection au Bac ?

  5. Donner un certificat de fin d’études secondaires serait – au moins – plus réaliste.

  6. le bac devient comme le bepc; c’est comme à l’école des fan tout le monde à gagné…. Il suffit d’écouter les discours politiciens…. Dans les années quatre-vingt-dix lors de la création du pacs, il n’y aura pas de mariage…. Il existe tant d’exemples de la sortes… Les politiques n’ont plus à gérer, juste se faire élire par un électorat complaisant et maso…

  7. 15 fautes sur une dictée de 15 lignes = 15/20. Ah ! j’oubliais, on ne fait plus de dictée c’est trop difficile. Alors le bac c’est 95 % de réussite ! Ben voyons !

  8. J’avais soumis à mes toutes jeunes collègues (elles ont toutes leurs masters de droit ) « un petit cahier du certificat d’études » collection les petits cahiers d’antan par Albine Novarino-Pothier, elles ont toutes échouées ! Elles ont toutes reconnues que leur niveau avait baissé !
    A vos stylos et faites le test ! LOL

  9. Bref, tout ce beau monde sans éducation s’apprête à sabrer le Champagne dans une autosatisfaction à faire pâlir !
    Mais les familles sont contentes, leurs rejetons sont diplômés d’un truc qui ne vaut plus rien.

  10. le déroulement des épreuves me rappelle celui du « certificat d’études primaires « … mais c’était au siècle dernier.
    misère, misère !

  11. Le bac ce n’est même plus le niveau du certificat d’étude primaire de mon temps. Interrogez les ils ne savent plus rien. La Grèce antique, les grands écrivains, l’histoire sans aborder par pitié le problème de l’orthographe et de la langue française, nous vivons aujourd’hui un monde d’illettrés qui sert les intérêts des gens au pouvoir.

  12. On se demande encore pourquoi dépenser un pognon de dingue pour faire passer des examens ? On donne le diplôme à tout le monde et surtout un peu plus à ces populations issus de la diversité, défavorisées, etc., mais qui nous enrichissent tant selon les dires de nos humanistes qui vivent dans leurs palais, bien protégés de ces « richesses »dans leurs palais dorés !

  13. Halte à la comédie, un simple parchemin de fin d’études témoignant de quelques heures de présence devrait suffire désormais. Cela reviendrait au même et économiserait de l’argent dont la France à bien besoin. La mascarade des 94% de réussite est une insulte envers les VRAIS bacheliers !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter