Ce mercredi 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole à Strasbourg pour défendre sa vision de l'Union européenne devant le Parlement européen. Le chef de l'État a notamment fait part de sa volonté d'inscrire le droit à l'IVG dans la Charte européenne.

La nouvelle présidente du Parlement européen est contre l'avortement

Ce discours d'Emmanuel Macron intervient au lendemain de l'élection de Roberta Metsola à la tête du Parlement européen. Le choix de cette Maltaise de 43 ans a engendré une vaste polémique, la nouvelle présidente ayant affirmé son opposition totale à l'avortement. Malte est, en effet, le dernier pays européen où l'avortement n'est pas légal. Pour la France, c'est un positionnement qui ne passe pas, et le président de la République l'a clairement fait entendre.

Macron souhaite avancer sur « la reconnaissance du droit à l’avortement »

Lors de sa prise de parole au Parlement, ce mercredi, Emmanuel Macron a abordé le sujet de l'IVG : « Je souhaite que nous puissions actualiser cette charte [européenne], notamment pour être plus explicite sur la protection de l’environnement et la reconnaissance du droit à l’avortement », a-t-il martelé sous les applaudissements. « Ouvrons ce débat librement, avec nos concitoyens, de grandes consciences européennes, pour donner un nouveau souffle à notre socle de droit qui forge cette Europe, forte de ces valeurs, qui est le seul avenir de notre projet politique commun. »

19 janvier 2022

Les commentaires sont fermés sur cette publication.