En 1979, le Parlement européen élisait à sa tête Simone Veil. Ironie du sort, 43 ans plus tard, c’est la Maltaise Roberta Metsola qui vient d’être désignée, le jour même de son anniversaire, pour présider le perchoir de Strasbourg. Elle succède à l’Italien David Sassoli, mort le 11 janvier. Panique chez les bien-pensants ! Cette élection est décrite dans Libération comme « un symbole désastreux qui vient une nouvelle fois souligner que les droits des femmes ne sont nullement garantis ». Selon FranceInfo, Roberta Metsola « ne cesse de désapprouver les résolutions de du droit à l' et à la contraception » quand Le Monde rappelle qu’« elle s’est même abstenue, lors d’un vote sur une résolution demandant à la Commission de criminaliser les violences faites aux femmes ».

Pourquoi Roberta Metsola a-t-elle donc été élue avec des positions si rétrogrades ? Le vent serait-il en train de tourner en faveur des conservateurs ? Au risque de décevoir certains de nos lecteurs, la personnalité de cette femme ne peut se résumer à la case anti-IVG. Députée européenne depuis 2013 et vice-présidente du Parlement depuis 2020, cette mère de quatre enfants mariée à un Finlandais est avocat et diplômée de l’université de Malte et du Collège d' à Bruges. Elle parle couramment l’italien et le finnois. Spécialiste du droit et des politiques européennes, elle a dirigé l'unité Justice et Affaires intérieures du Conseil de l'Europe après avoir occupé le poste d'attaché de coopération juridique et judiciaire. Membre PPE de la commission des libertés civiles et de la justice, elle participe aussi à la commission spéciale du Parlement consacrée à la lutte contre le terrorisme.

Si Roberta Metsola est bien opposée à l’avortement, Malte étant le dernier pays européen où cette pratique demeure illégale, ses positions conservatrices s’arrêtent ici, puisqu’elle défend par ailleurs les droits des personnes LGBTQI. En mars 2021, lorsque des collectivités polonaises décident de « zones sans idéologie LGBT », elle déclare son soutien à la communauté LGBT, redisant qu’il « s’agit de votre aussi », qu’« ils peuvent être ce qu’ils veulent où ils veulent ». S’adressant aux LGBT, elle leur assure que l’Europe défendra cette liberté « pour vivre comme vous le souhaitez, pour que vous aimiez qui vous voulez » avec « la liberté d’être qui vous voulez être ». Enfin, Le Monde se veut rassurant : « Elle présente aussi l’avantage – en théorie – de faire partie de la frange la plus progressiste du PPE.[…] Sur les sujets d’accueil des migrants, l’élue ne fait pas non plus partie des plus radicales. »

Notre presse de gauche peut donc bien s'émouvoir des positions anti- de Roberta Metsola, elle sera vite rassurée par l'aspect consensuel du personnage.

4538 vues

18 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

15 commentaires

  1. Chère Iris Bridier, attention à ne pas nous tromper de combat : Il est BON de rappeler aux personnes LGBTQI qu’elles peuvent vivre librement en Europe, « vivre comme elles le souhaitent, aimer qui elles veulent, être libre d’être qui elles veulent être », car chaque pays européen reconnait cette liberté à ses citoyens. Mais faire l’apologie du LGBTQIsme est une autre affaire…

  2. Peu être qu’un jour nos édiles européens trouveront un comportement qui ressemblera au cannibalisme et vivement l’accouplement entre nos amis les bêtes et les humains!! a l’allure ou cela évolue cela ne serrait pas étonnent!!! patience patience

  3. Le « en même temps » politicien contradictoire et donc intellectuellement malhonnête est la règle pour tous ces parvenus, français, européens, mondialistes : mentir, se contredire, peu leur importe!
    Ce qui est prioritaire pour eux est d’accéder au pouvoir très bien rémunéré par tous les moyens, même les plus vils, et de tout faire pour y rester, « quoi qu’il nous en coûte »…
    Capacités ? Convictions ? Courage ? Honneur ? Rien, absolument rien de tout cela.
    Europe=catastrophe pour la France.

  4. C’est avec de tels individus qu’on peut affirmer haut et fort que l’Europe, telle que la souhaitait le Général, est mal, très mal partie…

  5. On verra. On peut nous faire le coup d’une pro-vie qui laisse passer la prop des « droits reproductifs »‘(sic) Quant aux LGBTQI, c’est une autre histoire.

  6. Bravo à ce pays de refuser l’assassinat de foetus, d’êtres humains viables comme cela est en train de dégénérer en France. … Si c’est cela le progressisme dont on se vante, c’est très inquiétant.

    1. Et quand une femme attend un enfant malformé, sans bras et jambes, microcéphale etc, vous trouvez « normal » de l’obliger à mettre au monde un monstre et à devoir s’en occuper toute sa vie ?

  7. C’est l’entre-soi de cette caste de politiques et technocrates carriéristes, cooptés, « anywhere », très grassement « indemnisés », privilégiés, qui se partagent le gros gâteau budgétaire qu’ils se votent sur le dos des peuples européens tenus en dépendance. Ils bétonnent leur place-forte en écrivant le roman d’un fédéralisme incontournable, paradisiaque, qui sera la solution à tous nos maux. Le peuple français leur a répondu en 2005… Sarkozy et ses complices ont sorti la masse d’arme.

  8. Malte est un pays où il fait bon vivre,où les élus n’ont pas de privilèges exorbitants, présidents et ministres n’ont pas « d’esclaves » dédiés à leur service et conduisent leur voiture eux-mêmes. Le enfants des écoles portent l’uniforme et semblent très disciplinés. Nous n’avons pas l’habitude de vois ça, comme nous n’avons pas l’habitude de voir un ministre de la santé, en bras de chemise devant un café, portant lui-même sa serviette et sans gardes du corps !
    Une vraie république ?

  9. Merci pour cette mise au point. Il aurait été étonnant que nos « bons Européens » votent pour une conservatrice… il est vrai qu’en favorisant les mariages LBGT, par la force des choses, il ne peut plus être nécessaire de recourir à l’avortement…

  10. Bonjour Mmes et Mrs les censeurs lorsque vous n’éditez pas certains de mes commentaires pourriez-vous SVP me signaler pourquoi.
    Dautre part très souvent je ne peux pas en ajouter (la case pour le faire n’apparait pas) ni même répondre à ceux approuvés? Merci et bonne journée!

    1. votre décision est exemplaire . recherchons la définition de « LIBERTE » on retire ce qui ne plait pas aux biens pensants-Mr ou Mme mes respects

Les commentaires sont fermés.