Lors d’un vote serré (149 voix contre 141), le italien a donné son accord à la levée de l’immunité parlementaire de . Le chef de la Lega doit prochainement être jugé pour « séquestration de migrants », lorsqu’il était ministre de l’Intérieur (source AFP).

80 migrants bloqués en mer

Matteo Salvini est accusé par le tribunal de Palerme de séquestration de personnes pour avoir refusé, en août 2019, en sa qualité de ministre de l’Intérieur, d’autoriser le débarquement de plus de 80 migrants à bord du navire humanitaire Open Arms, de l’association espagnole Proactiva, bloqué au large de la Sicile. Il avait « interdit l’entrée du navire dans les eaux territoriales italiennes et menacé dans le cas contraire de saisir le bateau », précise Le Figaro.

Il encourt jusqu’à 15 années de prison dans cette affaire, si la procédure judiciaire va à son terme.

« Fier d’avoir défendu l’Italie »

« Je suis fier d’avoir défendu l’Italie et je le referais », a réagi Matteo Salvini après le vote. « Si quelqu’un pense me faire peur avec un procès à visée politique, il se trompe. »

Ce vote survient en pleine recrudescence des traversées de migrants en Méditerranée. Chaque jour, des centaines de migrants affluent sur les côtes des îles italiennes de Lampedusa et de la Sicile, à bord de petites embarcations, sous le regard impuissant des touristes occupant les plages en cette période estivale. « Au total, ce sont plus de mille migrants qui sont arrivés ces derniers jours à Lampedusa », selon France Info. Les autorités locales se montrent préoccupées par cette nouvelle vague massive de migrants et craignent que cela « n’entraîne des contaminations au Covid-19 ».

À lire aussi

Cambriolages : faux mineurs isolés, vraie filière de malfrats

Un fléau qui touche toute l’Île-de-France et la police comme la justice semblent impuissan…