Depuis quelques siècles déjà, le vivre ensemble bat de l’aile, au Liban. L’ancienne Suisse de l’Orient, pays du miel et de l’encens, est aujourd’hui plutôt la succursale de l’ au Moyen-Orient. Miel et encens sont devenus inabordables à la suite d’un naufrage économique et d’une catastrophe humanitaire, conséquences de la gestion d’un État défaillant, tribalisé, structurellement confessionnel et corrompu jusqu’à la moelle.

L’explosion dévastatrice du port de Beyrouth, en août 2020, signa le début de la fin de cette nation multiculturelle. L’enquête visant à déterminer les responsabilités de ce drame qui fit des centaines de morts, de blessés et d’estropiés risque bien de mettre le feu aux poudres et semble pointer le Hezbollah, milice chiite pro-iranienne surarmée et véritable État dans ce non-État. Armés de kalachnikov et de lance-roquettes, des miliciens chiites ont organisé, jeudi 14 octobre, une pour réclamer le désistement du juge en charge de l’enquête. Ceux-ci ont été accueillis par des tirs de snipers émanant, selon eux, de membres de l’ancienne milice chrétienne des Forces libanaises, qui a démenti ces accusations, rapporte 20 Minutes. C’est probablement reparti pour un long tour de sanglants affrontements interculturels au pays du Cèdre.

Le Larousse nous apprend que la libanisation est un processus de fragmentation d’un État résultant de l’affrontement entre diverses communautés. Cela peut être le destin d’une multiculturelle où cohabitent des valeurs opposées voire conflictuelles, où les utopies « vivre-ensemblistes » mues par le relativisme culturel et de la droit-de-l’hommiste se fracassent sur le mur du réel.

Certains pays scandinaves, toujours à la pointe des avancées progressistes, changent leur fusil d’épaule et, comme le pourtant gouverné à gauche, commencent à adopter une plus restrictive en termes d’immigration.

On entendra probablement souvent le mot « Liban » au cours de cette campagne présidentielle.

23 octobre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 8 votes
Votre avis ?
36 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires