Ce jeudi 22 septembre, Emmanuel Macron, tout juste rentré des États-Unis, s’est rendu à Saint-Nazaire afin d’inaugurer le parc éolien du banc de Guérande (Loire-Atlantique). Le déplacement présidentiel ne vient pas cacher les nombreux mensonges sur lesquels ce projet a été bâti.

« Tellement de mensonges ont accompagné ce chantier », s’insurge un opposant à la construction d’éoliennes au large de Saint-Nazaire. Pour Alain Doré, coordinateur du collectif associatif contre le parc éolien joint par Boulevard Voltaire, « le plus gros mensonge a été un mensonge d’État »« Ils nous ont expliqué que le projet éolien du banc de Guérande allait contribuer à lutter contre le réchauffement climatique et les gaz à effets de serre, ce qui n’est pas vrai », développe-t-il. En effet, la France a d’ores et déjà une production électrique décarbonée à hauteur de 92 %, dont près de 70 % sont assurés par le nucléaire. L’implantation des éoliennes au large de la côte Atlantique ne constitue donc pas un apport majeur de ce point de vue. Au contraire, la production, dans un premier temps, et le recyclage, ensuite, des éoliennes restent hautement polluants. Les pâles, notamment, composées de matériaux composites à base de fibres de verre et de carbone demeurent difficiles à recycler. D’autre part, le caractère intermittent de l’éolien oblige à recourir à d’autres sources d’énergies, dont les énergies fossiles. À ce premier aspect environnemental s’ajoute un second. Bien que les promoteurs assurent « une compatibilité avec les enjeux environnementaux » locaux, les éoliennes ont été construites à seulement 12 kilomètres de la Côte sauvage, site pourtant préservé, reconnu d’intérêt européen et classé Natura 2000 (classement qui a vocation à protéger les milieux et espèces).

« Un choc visuel »

À ce premier mensonge s’ajoute une deuxième tromperie. En 2011, le gouvernement de Nicolas Sarkozy lance un appel d’offres pour la construction de plusieurs parcs éoliens en France, dont celui de Saint-Nazaire. « Notre objectif est de faire émerger une filière nationale performante pour construire ces moyennes de production », promet le chef de l’État. Seulement, dix ans plus tard, force est de constater que la filière d’excellence française n’est qu’un beau discours. Au lancement du projet, l’énergéticien français EDF est aux manettes, mais il est d’ores et déjà accompagné du leader mondial danois DONG Energy. Quatre ans plus tard, EDF change de partenaire. Les Canadiens Enbrigde et CPP Investments Board entrent au capital du projet de développement éolien en mer à hauteur de 50 %. « Les sous-traitants d’EDF, les actionnaires [...] quasiment plus rien n’est français », dénonce Alain Doré qui, avec son collectif, a épuisé tous les recours pour tenter de mettre un terme au chantier.

Mais les mensonges ne s’arrêtent pas là. Tout au long de la mise en œuvre du projet et du chantier, ses promoteurs n’ont eu de cesse de rassurer les habitants de la côte Atlantique. Alors que 80 éoliennes de 175 mètres de haut allaient voir le jour à 12 kilomètres seulement des côtes, Jérôme Pécresse, alors investi dans le projet, assurait aux riverains que celles-ci seraient à peine perceptibles. « Elles ne seront visibles que par très beau temps et l'on verra quelque chose à l'horizon qui sera plus petit qu'une tête d'épingle… », détaille, en 2012, le président d’ ER (accessoirement mari de Valérie Pécresse à la ville) dans un entretien à la presse bauloise. Dix ans plus tard et les éoliennes construites, la réalité est tout autre. « Ça vous saute aux yeux, c’est un choc visuel », décrit Alain Doré qui, dorénavant, aperçoit chaque matin la ligne d’éoliennes à l’horizon. Certes, les promoteurs du parc éolien avaient mis en ligne plusieurs photomontages pour rendre compte de l’impact visuel, mais « la photo ne rend pas compte de la réalité, de la perception », détaille un opposant contacté par Boulevard Voltaire. De nombreux riverains et touristes partagent alors le même avis : ce parc éolien est tout simplement « une horreur » dans le paysage.

Pour Alain Doré, ce parc éolien est, en définitive, « une magnifique escroquerie ». Alors qu’Emmanuel Macron a annoncé, ce 22 septembre, sa volonté d'aller « deux fois plus vite » dans le développement du renouvelable en France, de nombreuses autres « escroqueries » énergétiques pourraient bientôt voir le jour.

20353 vues

22 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

46 commentaires

  1. Macron , Monsieur  » éoliennes  » a-t-il conscience que les vibrations produites par ces machines dérèglent « les sonars et les gps  » des grands animaux marins , font fuir les poissons , polluent la mer par des tonnes de béton et vont mettre des dizaines de Marins pêcheurs au chômage !
    Déjà que les porte containers ont envahi nos autoroutes maritimes et provoquent pollution et mort , maintenant les éoliennes ( non recyclables et venant de pays dont l’écologie et le moindre de leurs soucis ,pour remplir les comptes en banques de certains politiques pour peu de rendement !!!

  2. Il faut ajouter à cette liste ce que beaucoup oublient : le béton !
    Il faut des quantités astronomiques de béton et par voie de conséquence des quantités astronomiques de sable et de gravier… « en même temps » le signal d’alarme sur la pénurie de ces matériaux est tiré depuis un moment…
    Ne pas oublier le coût exorbitant du transport de tout ce béton avec le CO2 qui l’accompagne !

  3. La solution « éoliennes » pollue avant, pendant et après, pour ne produire que de temps en temps. J’attends un bilan écologique de l’éolienne, de l’extraction des matières servant à sa fabrication à sa destruction complète. Je pense que les écolo vont être surpris

  4. Excellent article, j’ajouterai deux petits points, la nuisance visuel, visible que par beau temps, on sait très bien que les vents sont faibles par beau temps donc pas rentable, par temps de brouillard on ne les verra pas non plus sauf que là non plus, pas de vent. Deuxième point, la nuisance sonore, par grand vents d’Ouest le vent apportera les sons à la côte sauf qu’on ne parle pas des sons dans le milieu marin qui se propagent bien plus loin et perturbent le milieu aquatique que les verts défendent farouchement, les navires font autant d’effets sonores mais ils se déplacent et en un lieu déterminé c’est a court terme. Il parait, les scientifiques le disent, que l’échouage des cétacés sur les côtes peut être la cause des effets sonores, en effet, on a pas vue de cétacés échoues au Touques.

  5. Les bilans des autres pays devraient faire réfléchir les « décideurs » » … sauf que les promoteurs de ces parcs éoliens savent « convaincre » les « politicards qui signent les autorisations d’installation.
    Les conditions climatiques en mer, les « coups de vent » seront les seuls arbitres qui sanctionneront violement ces machins. Il ne faut orienter le débat sur le « beau » mais savoir pourquoi les environs perdent de la valeur immobilière; il faut insister sur l’efficience de ces machins qui sont au max à 25 %. Les « bobos-écolos » sont -ils capables de valoriser le recyclage de ces tonnes de béton et de carbones ?
    Il faut savoir aussi que sont les « très proches » de certains politicards ( ceux qui cautionnent cette installation
    ) qui se gavent lors de la mise en place de ces inepties technologiques.

  6. Plus d’éoliennes, plus de migrants , plus d’islam , plus de femmes voilées dans nos rues , plus de mosquées , et Monsieur Plus a été réélu Président.

  7. Quelle horreur ces éoliennes ! Pourquoi dénaturer notre beau paysage ..cela doit rapporter gros à certains .encore du fric à la clé de ces décisions absurdes et imbeciles

  8. Il me semble qu’en matière d’éoliennes, l’Espagne a été beaucoup plus intelligente que les français. Au lieu de disperser leurs mâts, ils les ont regroupés sur des hectares entiers, en bordure de mer, là où le vent est le plus puissant et abondant.

  9. Depuis que les USA ont abandonné les projets d’installation d’éoliennes pour manque de rentabilité entre les coûts faramineux d’entretiens, et de rentabilité dans la production. Les sociétés supranationale se sont tournées vers l’Europe qui acceui à bras ouvert la corruption (lobbiling) pour placer leurs produits et percevoir au passage les subventions énormes du parlement européen sans avoir à garantir un taux de production électrique minimale

  10. Tout ce que dit Macron repose sur le fait qu’une majorité de français approuve. Le nul dans l’histoire ce n’est pas macron mais ce sont tous les français qui ont revoté pour lui ou qui gobent tout ce que diffuse la propagande médiatique. Macron ne fait que surfer sur la vaque des moutons.

  11. Dans l’environnement ou elles sont plantées, ces machines vont subir les ravages des tempêtes et les affres des embruns salés. Dans quelques (courtes) années leur entretient et dépannage coutera plus cher que le peu de production qu’elles génèrent. Devinez qui payera pour cette gabegie ? Quelques industriels avides, des commissaires européens sans scrupules et une poignée d’écolos extrémistes arrivent à contraindre les pouvoirs public Français à détruire notre patrimoine et hypothéquer notre indépendance énergétique. Triste.

    1. Nous payons déjà sur notre facture d’électricité l’installation de ces horreurs .Quant à la destruction de notre patrimoine et de nos paysages, Macron et ses acolytes s’en fichent comme d’une guigne puisqu’il ont acté d’un commun accord la disparition du pays appelé France ainsi que son peuple ancestral.

  12. Soyons patients ! Puisque l’on copie tout ce qui nous vient des autres pays et surtout des USA dans 10ans on fera marche arrière comme eux. Les écologistes, les LGBT etc… sont les démolisseurs de notre société, les minorités ont pris le pouvoir sur la grande majorité des Français.

  13. L’arnaque de l’éolien, le seul bénéfice est pour les promoteurs. L’énergie produite est revendue à EDF 3 fois le cput de sa propre production… Macron est le VRP de tous les lobbys financiers…

  14. J’avais pas terminé mon propos, 6 miles marins c’est la distance de Port Louis à l’ile de Groix.

  15. Petit rappel : les électeurs de Saint Nazaire ont élu un député EELV et massivement voté Macron à la présidentielle.

  16. Pour confondre ces éoliennes de 175 m de haut avec une tête d’épingle elles auraient du être à au moins quarante kilomètres de la côte et encore à l’altitude de 0 m. Que des riverains aient pu se faire rouler ainsi prouve de la malhonnêteté des promoteurs. Un navire se distingue déjà à 12 kilomètres du littoral et il n’est pas aussi haut sur l’eau.

    1. trop tard, la seule solution c’est le sabotage ou la démolition forcée, au frais de macron et de ses sbires

  17. Je passe mes vacances tout les ans face à ce champ d’éoliennes, j’ai prévenu le proprio de la maison que je louait que pour moi c’était la dernière année. C’est tout simplement une horreur, c’est moche, on ne voit que ça sauf les jours de brouillard !!! Et si vous veillez un peu la nuit ça clignote de partout des feux blanc et rouge × 80 . C’est le premier champ d’une longue série !!! Bon courage au suivant .

    1. Ne plus aller en vacances dans les sites éoliens peut être une bonne action qui obligera les loueurs à manifester leur mécontentement …et pas évident qu’ils aient des difficultés à vendre leurs biens !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter