Force est de constater que la pandémie de Covid-19 aura définitivement ébranlé l’ordre du bien-être propre aux démocraties libérales. Depuis le 16 août, les QR codes sont demandés dans nos bars, cafés et restaurants, entre autres, par des gardiens de la paix. En effet, les clients des établissements concernés sont contrôlés, de façon aléatoire, par ces agents de l’ordre public sommés par leur hiérarchie de s’en vanter devant les caméras de nos chaînes d’information en continu. Car le zèle est collaboratif ou n’est pas.

Alors, on voit ici et là des personnes prostrées sur les bancs publics, des non-vaccinés revendiqués, voire des précarisés du fait même des premières restrictions de mars 2020. Car l’ordre libéral-libertaire sait trier les mauvais et les bons consommateurs : les allocataires et les start-upers. Comme si les citoyens occidentaux devaient apprendre à vivre à la chinoise, là où l’ingénierie sociale rime avec le contrôle social. Un vide intersidéral, pour ne pas dire international ; un voyage dans le temps opérant un retour vers les cités-États. Du néo-maoïsme pour tous et pour personne.

La ville n’est plus qu’un square, la réserve de ceux qui ne sont pas encore en âge d’intégrer ou qui ne peuvent plus intégrer la piste d’athlétisme, celle du darwinisme social : le parc des enfants, des sans-abri, des déviants et, maintenant, des malades potentiels du Covid. Au fin fond de cette misère sociétale, où personne ne se parle si ce n’est à travers un # ou un faux compte « pic et pic et colégram », où il est désormais tabou d’être sensible. Tel est l’horizon du transhumain, l’être humain voulant faire un avec l’être des choses. Telle est, aussi, la face cachée de l’humanisme, du républicanisme des Lumières, de la France réformée depuis le règne d’Henri IV. Une France annihilée.

De fait, seuls les optimisations fiscales et les blanchiments en tout ont droit de cité. Ainsi, il est inutile de fantasmer sur des révoltes à bon compte et des opérations bassement médiatiques. C’en est réellement fini du temps des cerises. Pourtant, sans raisins ni colère, on ne badine ni avec l’angoisse quotidienne ni avec la charia sanitaire. Car, tragiquement, la France moderne, c’est Sciences Po Paris, entre, historiquement, feu Richard Descoings et Ali Baddou, en passant par Olivier Duhamel. De l’humanisme à géométrie variable, ou quand l’homme reste une fin en soi, mais à condition de n’être qu’une variable d’ajustement.

Donc, dans ce monde de variants, de virus tant biologiques que sociologiques, tout semble changer sans que l’artificiel ne puisse disparaître : un monde de fous qui se révèle dans un pseudo-bon sens, in fine un authentique non-sens. « L’homme n’a de vérité que dans l’énigme du fou », avait annoncé Foucault. Puisqu’à présent, c’est la pharmacie qui est au centre du village. De quoi rire jaune en pensant au supposé braquage sanglant qu’aurait perpétré le gauchiste Pierre Goldman, le 19 décembre 1969, dans une pharmacie du boulevard Richard-Lenoir (sa culpabilité n’a jamais été prouvée). Il s’agit bien d’une nouvelle ère baroque durant laquelle « nous tournons en rond dans la nuit et nous sommes dévorés par le feu » (Virgile). Vol au-dessus d’un nid de covidés.

22 août 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4 6 votes
Votre avis ?
33 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires