Les élections de ce dimanche 12 juin débouchent sur un paysage parlementaire inacceptable pour l’ensemble des électeurs de droite de ce pays et lourd de menaces pour la suite. Inacceptable car le RN, en dépit des meetings monstres d’Éric Zemmour, de son talent oratoire et de l’immense espoir qu’il a suscité, notamment chez les jeunes, reste le premier parti de droite en France. Il l’est même plus que jamais. Certes, son score national (18,7 %) s’est tassé par rapport au premier tour de la présidentielle. Certes, on ne prête à ce jour au RN que 15 à 35 députés (OpinionWay) dimanche prochain, à l’issue du second tour. Et c’est bien peu pour relever la France détruite par ceux qui se succèdent au pouvoir depuis des décennies. Le Rassemblement national participera à 208 duels de deuxième tour, dont 106 face au parti présidentiel et 60, très intéressants, face à la NUPES.

Il aura manqué à Marine Le Pen cette alliance avant le premier tour avec Reconquête, qui n’obtient pas d’élus mais a fédéré 4 % des voix au national : un électorat qui eût été très précieux pour aider le parti à la flamme à passer le cap du deuxième tour dans de nombreuses circonscriptions. Car le résultat des législatives pose une fois de plus la question de la représentativité du camp patriote. Comment accepter que les 4,2 millions d’électeurs d’un parti qui a obtenu plus de 40 % des suffrages au second tour de l’élection présidentielle ne soit représenté que par 15 à 35 députés sur 577, soit 6 % au mieux de la représentation nationale ? Marine Le Pen peut stigmatiser « un système électoral sclérosé et à bout de souffle » : le problème de représentativité est patent.

Ce système inacceptable par les Français est aussi lourd de menaces envers une société fragile. Car les effets se vérifieront très vite. Cette élection « volée » accroîtra encore le désespoir de ceux que le pouvoir, depuis trente ans, prive de tout, à commencer par la moindre influence sur le destin de leur patrie ? Ils ont le sentiment que le match se joue ailleurs, sans eux, et ils n’ont pas tort. Ils ont la conviction d’une injustice, comme ceux que la France a abandonnés. Ils ont acquis la conviction de l’inutilité de leur vote puisque l’Europe, l’immigration, le délitement de la France sont inéluctables, leur dit-on. Et que, quels que soient les résultats des scrutins qui se succèdent, leur voix ne pèse pas : pas ou peu d’élus, toute alliance interdite. Une forme de confinement électoral. Comment ne seraient-ils pas tentés par l’abstention ? Parmi eux, de nombreux jeunes qui auraient pu voter pour la première fois aux législatives se sont occupés d’autre chose.

Car si le vote n’a plus d’influence sur le destin de la patrie, il faut trouver d’autres moyens, diront nos abstentionnistes. Ces moyens risquent à tout moment de devenir radicaux et violents, lorsque des citoyens acculés sont prêts à tout. Encore une fois, le pouvoir pleurnichera, déploiera tout le mépris dont il est capable, les traitera de tous les noms. Jusqu’à quand ? Jusqu’où ?

Il s’agit d’une tromperie. Les Français n’ont pas basculé à gauche, loin s’en faut. Avec 26 % des voix, la gauche unie enregistre même un score très bas dans l’histoire de la Ve République. Le Président en place, réélu avec 58 % des suffrages, a été désavoué par un recul historique des voix en sa faveur, à tel point que la majorité absolue ne lui est plus acquise.

Le leader de la NUPES a vendu aux électeurs un Premier ministre et le rêve d’une majorité à l’Assemblée. Fausse promesse : ils le savent, désormais, ni l’un ni l’autre n’arriveront, mais le but est atteint. LFI seul va passer de 17 élus à un bataillon d’une centaine de députés. Le groupe encaissera les revenus qui vont avec, soit un peu plus de 37.000 euros par député et par an. LFI va faire fortune.

Et pourtant, c’est la droite toutes tendances confondues qui sort vainqueur de ce scrutin. En cumulant leurs résultats, le RN (18 %), LR (13 %) et Reconquête (4 %) obtiennent 35 % des voix, près de dix points devant le parti macroniste et Mélenchon. LR restera-t-il fidèle à sa réputation de droite la plus bête du monde ? Si le parti joue les supplétifs du macronisme à l’Assemblée après que Valérie Pécresse a appelé à voter pour lui à la présidentielle, il ne s’en relèvera pas. Mélenchon emporte un franc succès par la seule tactique. Ses idées n’ont pas gagné. La droite doit rompre avec les oukases stériles lancés par ses ennemis politiques et s’en inspirer pour, enfin, installer une représentation réaliste des forces en présence, par la proportionnelle. Cette fois, Macron y aurait intérêt, ce serait une manière de briser la mâchoire de la NUPES. Il est grand temps.

3662 vues

13 juin 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

39 commentaires

  1. Tant que la proportionnelle ne sera pas instituée , le RN restera un parti sous représenté . Mais ça ne gène ni Macron ni Mélenchon qui squattent l’Assemblée indûment . La démocratie est bafouée . Les hypocrites nous gouvernent …

  2. petit rappel au bon peuple, toute cette m…..vient du fait que la droite a fait voter Mitterand plutôt que Giscard (merci Chirac) et depuis nous nous enfonçons sans réaction des français. j’avoue ne pas comprendre

  3. Certes, mais il faudrait encore attendre 5 ans pour en voir les résultats !
    D’ici là, la France en aura connu des vertes et des pas mûres…
    « La Proportionnelle est le pire des systèmes… à l’exception de tous les autres ».
    Comme la Démocratie, disait Churchill…

  4. La proportionnelle ne défend que les pouvoirs forts qui se battent pour la Nation pas ceux qui se servent de la Nation or ce pouvoir a tout à perdre du peu qu’il n’a jamais eu s’il adopte la proportionnelle.. mais laissons les croire qu’il le faut et c’est bon pour eux… ils sont tellement bête…

  5. Ce qui prouve bien qu’en France il n’y a strictement plus rien à espérer de l’isoloir
    Je voterai pour le second tour des législatives et puis basta …la rue m’apportera certainement ce que ces partis politiques ne font plus depuis 40 années

  6. Pourquoi à l’instar des autres médias, affirmer que la gauche ne représente que 25% des suffrages exprimés et vous en satisfaire ? Oubliez vous que Renaissance est composé de 50% d’ex socialistes ,premier ministre en tête. Et que le RN a fait une campagne à gauche? Admettons que la vraie droite est très minoritaire dans notre pays et agissons en conséquence. Le véritable enjeu est de retrouver notre souveraineté et le problème de l’immigration et de l’insécurité se résoudront d’eux mêmes.

  7. Lamentable, déplorable, mais rien ne va changer si ce n’est la disparition progressive de notre France et de ses valeurs. Mais que faire ? Nos politiques quels qu’ils soient ne voient guère que « la gamelle » et se moquent bien de la plèbe!

  8. au lieu d’enfiler les voeux pieux comme des perles, le pouvoir en place ne changera pas le système électoral majoritaire à 2 tours qui lui donne toujours la majorité, écartez les diviseurs du type Zemmour, et faites campagne et votez pour les candidats RN qui, seuls, porteront ce que vous désirez!

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter