Législatives : derrière l’enjeu démocratique, de vrais enjeux financiers

@Arnaud Jaegers/unsplash
@Arnaud Jaegers/unsplash

Lors des élections, il n’y a pas que les places qui comptent, mais aussi les sous que les partis peuvent en tirer. Ainsi, les élections législatives à venir sont déterminantes pour les caisses de ces derniers. En effet, la moitié des financements publics qui leur sont accordés est conditionnée aux seuls résultats des élections législatives. Mais comment se décomposent-ils ?

Calculés sur la base du nombre de candidats élus – une fois le second tour passé, chaque parti touche 37.000 euros par élu et par an –, les financements publics le sont également sur la base du nombre de voix obtenues au premier tour. Il est donc nécessaire, au parti qui prétend recevoir des fonds de l’État, d’obtenir 1 % des voix dans au moins 50 circonscriptions. Une fois ce seuil dépassé, chaque bulletin rapporte au parti 1,64 euro. Cela explique sans doute pourquoi, au-delà de l'aspect purement politique, en général, les partis essayent de présenter des candidats dans le maximum de circonscriptions. Ainsi, c'est plus de 32 millions d’euros qui ont été accordés aux partis politiques français pour la seule année 2024 – en dehors des dons privés et des recettes de chacun d’eux.

 

Tentative de braquage chez les LR ?

 

La dissolution a pris tout le monde de court. Au soir de l’annonce présidentielle, un vent de panique a soufflé notamment au 4, place du Palais-Bourbon - nouvelle adresse du QG des Républicains. Que faire ? Le surlendemain, la question fut tranchée par Éric Ciotti sur TF1 : LR s’alliera au RN pour les législatives. Après le vent de panique, un vent de contestation se fit ressentir. Et, c’est au cours de cette période politiquement incertaine que certains cadres du parti auraient tenté de tirer leur épingle du jeu. Comment ? En « piquant » des élus LR au profit de leurs micro-partis.

Selon les informations du quotidien l’Opinion, Aurélien Pradié, député (LR) sortant du Lot, et David Lisnard, maire (LR) de Cannes, auraient déjà réussi à rattacher des candidats à leurs mouvements respectifs, Du courage ! et Nouvelle Énergie. Le journal rapporte qu’Aurélien Pradié aurait déjà attiré une trentaine de candidats, contre « une poignée » du côté de David Lisnard. Des faits que reconnaît un membre LR auprès de BV : « Je n’ai, personnellement, pas été approché, mais je connais plusieurs conseillers qui l’ont été, assure-t-il. Ils veulent atteindre la fatidique barre des 50 candidats à tout prix pour obtenir des subventions publiques, c’est évident. » Une accusation que réfute David Lisnard auprès de l’Opinion : « Pour ce qui concerne le rattachement financier, cela n’a pas été un enjeu essentiel pour nous, assurant avoir laissé une liberté totale [aux] candidats. »

 

Renaissance en très mauvaise posture

 

Chaque plan de financement s’étale, logiquement, sur cinq ans. Toutefois, la dissolution a chamboulé bien des projets et a de quoi inquiéter certains – ou en ravir d’autres. Une inversion des courbes est à prévoir. Si Renaissance (et ses alliés) était le parti le plus financé de France (19,5 millions d’euros d’aides), les choses risquent de changer. En effet, les prochaines élections législatives vont changer la donne.

Si le groupe de la majorité présidentielle compte actuellement 250 députés, le dernier sondage Harris Interactive pour Challenges place en très mauvaise posture une majorité présidentielle déjà bien amochée, avec une perte de 100 députés. En revanche, l’institut crédite le Rassemblement national – qui touche 10,2 millions d’euros de financements publics – de 265 députés. Face à de telles projections, le RN a de quoi se frotter les mains et la majorité de quoi pleurer.

Julien Tellier
Julien Tellier
Journaliste stagiaire à BV

Vos commentaires

10 commentaires

  1. Le programme de ‘Reconquête’ ! EST CLAIR, net, précis, et n’a pas varié : il s’adresse aux citoyens qui privilégient la VERITE et la FAISABILITE, et la trahison de Marion Maréchal ne peut qu’inciter les électeurs à lui être fidèles. Soutenons le DANS L’INTERET …DU PAYS, soyons lucides..!

  2. Dans ces 32 millions, comptabilisent t’on les subventions aux syndicats (syndicat de la magistrature, CGT, etc.) ? Comptabilisent t’on les subventions aux associations politicardes qui gravitent autour du gouvernement ? Comptabilisent t’on les subventions aux médias publics qui militent et favorisent généralement les partis de gauche et la macronie ? Comptabilisent t’on les aides faramineuses, accordées au nom de l’exception culturelle française, à ces artistes islamos gochos bobos, souvent exilés fiscaux (Noah, Cotillard, etc.), ainsi que les sportifs milliardaires ? Ces artistes milliardaires ne devraient pas perdre de vue que la gôôôôche populaire est contre la préférence nationale et qu’ils perdront leurs privilèges si celle ci arrivait aux manettes ; et si elle était effectivement sincère dans ses promesses.

  3. C’ est l’ unique raison pour laquelle Reconquête qui ne jure soit disant que pour l’ union des droites tout en n’ ayant eu de cesses que de faire des attaques personnelles contre le RN, , se présentent
    sans aucune chance d’ avoir un député.
    Attention DANGER !

  4. Titre d’un article du site: [lesobservateurs.ch]:  » Marion Maréchal a vidé la caisse de Zemmour avant de remigrer au RN « . Or, au plus tard en septembre 2024, le Parti Reconquête va devoir présenter ses comptes de campagne, pour en obtenir la certification, aux fins de remboursement. Si celui-ci est refusé, le Parti Reconquête portera plainte contre le RN pour détournement de fonds. À faire savoir avant le 30 juin …

  5. En politique comme en amour , méfions nous des professionnels .
    Nous payons toujours pas avant mais après , merci Jacques Brel .

  6. Âpres avoir été contraint d’emprunter à une banque étrangère, les banques françaises ayant du recevoir des injonctions, le rn pourra tranquillement compter sur ce trésor de guerre pendant qu’à gauche ça va chauffer pour le partage, je me régale à l’avance.

    • Près de 20 millions d’euros d’aides publiques pour Renaissance ! Et des dizaines de millions pour les autres partis…si l’on rajoute à ces sommes astronomiques les salaires et autres cadeaux des élus, ministres et présidents actuels et passés combien nous coûtent tous ces professionnels de la politique ? Sans compter tous les hauts fonctionnaires recasés type Fabius … tout ça pour nous amener là où nous sommes ! Scandale absolu. Et des parasites comme Hollande qui reviennent à la soupe. Et il y aura des électeurs pour voter pour lui. La dette s’envole ! Tu m’étonnes. Qui aura un jour le courage de faire cesser cette mascarade ?

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois