Au pouvoir Bardella dissoudra les organisations d’ultragauche et d’ultradroite

Brève breve

En visite au Salon mondial de la défense et de la sécurité Eurosatory, ce mercredi 19 juin, le président du Rassemblement national, Jordan Bardella, a annoncé vouloir dissoudre « toutes les organisations d’ultra-gauche et d’ultra-droite » s’il venait à devenir Premier ministre, au lendemain des élections législatives des 30 juin et 7 juillet prochains. « Si, demain, je suis à la tête du pays, je n’aurai aucune forme de tolérance à l’égard de ceux qui se livrent à la violence dans notre pays », a-t-il déclaré, lors d’une session de micros tendus.

Avant de s’attaquer à l’exécutif : « À la différence du gouvernement, nous n’avons jamais eu de mansuétude à l’égard de milices qui perturbent les mobilisations sociales, qui s’en prennent aux forces de l’ordre, qui cassent et qui menacent la paix civile dans notre société. » La dissolution du GUD avait été proposée par Gérald Darmanin.

Vos commentaires

15 commentaires

  1. Non, non, non ce n’est pas de la mansuétude mais une volonté délibérée car tous ces groupes ules servent de « petits soldats » au pouvoir pre-dictatorial de Macron en entretenant la peur du citoyen normal et en caressant dans le dos bon nombre de racailles immigrées ou/et enfants d’immigrés .

  2. Pourquoi pas rendre responsable devant les tribunaux tous les organisateurs de manifestations(politique, syndicale…), quelle qu’en soit l’origine. S’il s’en suivait un condamnation à la fois juridique et financière peut être réfléchirait-il à deux fois ?

  3. Bravo Monsieur Bardella ! Et, comme tout le monde le sait, il y a beaucoup plus de boulot à l’extrême gauche quant aux associations fachistes. Et tant pis pour Darmanin qui pensait tendre un piège à Bardella. Bon il aura tout essayé pour sauver ce qui reste, piteusement, de la macronie.

  4. Pour changer de politique, il faudra proposer aux Français un référendum nettoyant le Conseil constitutionnel (AntiFrance) cet aréopage illégitime qui n’a cessé de contrecarrer les décisions des élus du peuple. Et si ces technocrates mondialistes s’y opposent, on devra passer en force. Quitte à les inculper pour haute trahison au profit de puissances étrangères. Au moins le temps que le référendum se tienne.
    Ce barrage pseudo-juridique doit sauter. Impérativement. Sinon, ça ne sert à rien de remporter une élection si des censeurs non élus empêchent d’appliquer le programme sur lequel le peuple a voté… Au risque que des gauchistes mettent la rue à feu et à sang ? Peu importe. Macron a acheté une centaine de blindés légers antiémeutes…

  5. La gauche vociferante et intolérante tient la rue et les medias. Le travail sera tres dur mais c est vital.

  6. Dissoudre est devenu impossible à cause des Conseils Traîtres qu’il soient constitutionnel ou d’état. En revanche dans une entreprise en faillite on arrête les paiements des fournisseurs, là il faut stopper immédiatement les paiements (nationaux et régionaux) aux associations de toute nature et exiger aussi que la presse régionale soit contrainte de déclarer l’origine des ses ressources

  7. Les notions d’ultra gauche et d’ultra droite ne sont pas les mêmes selon les partis au pouvoir. Compte tenu de ce qui s’annonce, les attitudes vont peut-être changer; on pourrait assister à un rééquilibrage et ce sera une bonne choses

  8. Dissoudre le GUD n’a pas de sens, que Bardella nous cite des exactions commises par le GUD, par contre par l’extrême gauche, je peux lui en faire une liste.

  9. Mais on attend tous de voir ce qu’ils feront . Faut dire que les français ont déjà été tellement déçu par les politiques qu’ils deviennent méfiants . Tant de promesses jamais tenues ……

  10. Hélas, Monsieur Bardella! La « justice » se chargera bien de casser vos décisions pour ce qui concerne les organisations de gauche. Ce qui fait que vous vous retrouverez au final comme Darmanin qui n’a dissous QUE des organisations de droite (lui, par idéologie). Concentrez vous sur les organisations de gauche. Et quand vous aurez réussi à en dissoudre une (après bien des essais), vous pourrez proposer la dissolution d’une de droite (qui elle sera acceptée immédiatement)…

  11. Les organisations d’ultra-droite, encore faudrait-il qu’il en ait eu, n’ont jamais causé de désordre ou vandalisme comme celles d’extrême gauche. Il pourrait aussi s’attaquer au pouvoir exorbitant des syndicats d’extrême gauche et arrêter de les subventionner.

  12. Parlons du groupuscule « révolution permanente  » qui saccage la fac littéraire de Bordeaux, invite le terroriste Rouillan d’action directe.

    Groupuscule toujours pas interdit .

    Parlons du groupuscule « Jeune Garde » dont les membres sont condamnés pour violences sur des femmes militantes féministe.
    Et des sympathisants du syndicat UNI
    Groupuscule toujours pas interdits

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois