Kosovo : histoire d’une soumission, d’un Grand Remplacement, mais d’une résistance

Kosovo

Ce samedi 18 mars, le Premier ministre kosovar, Albin Kurti, et le président serbe, Aleksandar Vučić, se sont retrouvés au bord du lac Ohrid, en Macédoine du Nord, pour douze heures de pourparlers tendus, menés sous l’égide de l’Union européenne (UE) et de son chef socialiste de la diplomatie, Josep Borrell. Cette tentative de normalisation des relations entre l’État serbe légitimé par l’Histoire et l’entité « République du Kosovo » créée de toutes pièces voici quinze ans, par aveuglement droit-de-l’hommiste de nos oligarchies et par atavisme occidental antislave, contre le principe de l’unité territoriale de la Serbie, prétendument garantie par l’ONU (résolution 1244 de 1999), est un nouvel échec.

L’histoire du Kosovo est celle d’une dépossession par droit de conquête : Le 15 juin 1389, le prince Lazar Hrebeljanović est vaincu et tué à Kosovo Polje. La désunion des princes balkaniques entraîne leur soumission à l’Empire ottoman. Une croisade hongroise et un deuxième carnage à Kosovo (17 au 19 octobre 1448) n’y changent rien. Sauf que les Serbes y ont laissé leur vie avec leur liberté… Mais leurs descendants non convertis à l’islam, ou revenus à l’orthodoxie après cinq siècles d’occupation, ont forgé de cette défaite une conscience identitaire forte, ferment du mythe national toujours exalté.

Le defter de la région de Vukovo, registre de recensement ottoman de 1455, dont l'original est conservé dans les archives historiques d'Istanbul, montre qu'il n'y avait pratiquement pas d'Albanais en Kosovo et Métochie au milieu du XVe siècle. On y dénombrait 12.840 foyers serbes et 46 albanais.

Sans doute le début du Grand Remplacement ethnoculturel par des Albanais musulmans s’est-il produit après la « grande guerre turque de 1683-1699 », où les Serbes non islamisés furent conduits à prendre le parti des Habsbourg contre les Ottomans et s’exilèrent en masse – 40.000 d’entre eux, selon l’historien Dennis Hupchick, auraient quitté le Kosovo*, sous promesse d’autonomie et d’avantages religieux au sein de l’Empire des Habsbourg –, après que les Turcs eurent vaincu et châtié une nouvelle fois les rebelles chrétiens du Kosovo. Un phénomène d’exil qui n’a fait que s’amplifier aux siècles suivants et que la politique volontariste et brutale d’inversion migratoire menée après 1992 par Slobodan Milošević n’a pu renverser.

Jusqu’à la restauration de la Serbie indépendante (1878), durant la période de la République communiste et jusqu’à aujourd’hui, le mythe incarné du Kosovo et de son saint martyr Lazar a nourri le « roman national » de ce peuple. Un mythe qui « légitime des valeurs, donne sens au vécu, inspire des représentations et des conduites », tout en étant une création continue, selon le géographe Michel Roux. En 1989, lors de la célébration du 600e anniversaire de la bataille de Kosovo Polje, les reliques de saint Lazar étaient partout exposées et devant la tour de Gazimestan, édifiée en 1953 sur les lieux du sacrifice, Milošević rassemblait une foule immense de Serbes pour conjurer l’éclatement de la Fédération yougoslave.

On connaît la suite : contre-épuration ethnique organisée après la victoire donnée par l’OTAN au parti terroriste et mafieux albanais, assassinats, intimidations, 25.000 Serbes et Tziganes exilés. Et vingt-quatre ans après la dernière guerre, 500 Serbes sont encore portés disparus en Kosovo et Métochie.

Pour Aleksandar Vučić, la patrie n’est pas négociable : « Tant que je serai président, je ne signerai ni n'accepterai une reconnaissance officielle ou officieuse du Kosovo ou que le Kosovo rejoigne l'ONU », avait-il prévenu. Le feu couve dans la poudrière. Et les Serbes, qui n’oublient pas le sang versé des ancêtres, sont peut-être aujourd’hui les derniers défenseurs de l’esprit et des valeurs européennes.

* Cf. Dennis Hupchick, The Balkans: From Constantinople to Communism, 2002, p. 179: “When Ottoman forces expelled the invaders and re-established their control amid a welter of atrocities, some 40,000 Serbs, Patriarch Arsenije among them, fled across the Danube, ultimately settling in Vojvodina, …”

Pierre Arette
Pierre Arette
DEA d'histoire à l'Université de Pau, cultivateur dans les Pyrénées atlantiques

Vos commentaires

16 commentaires

  1. Le Kosovo est le 53ième état des USA. Les USA en ont eu besoin pour évacuer l’Afghanistan et son « indépendance » est un coin turc dans l’UE. Erdogan s’éclate : Kosovo, Albanie et…Bosnie avec slaves non musulman asservis. Que peut-on espérer de plus pour une nouvelle guerre des Balkans. Tout cela pourque le Bosphore soit contrôlé par un ennemi de la Russie le Khalif stambouliote.

  2. Ce que j’admire (ironie) chez les européens et « Otanestes » (sic) , c’est qu’ils ont fait une « reconnaissance officielle ou officieuse du Kosovo », tout en refusant la reconnaissance de l’autonomie du Donbass et autres provinces ukrainiennes (Kerson… ) , allant jusqu’au point de donner des armes (prochainement des obus à uranium appauvri offerts par Londres!) pour tirer sur leurs frères voulant être autonomes!

  3. Le Kosovo, c’est un peu comme si Saint Denis passait sous la charia. La basilique serait une mosquée et les rares « Français de souche » soumis et taxés. Le Coran prévoit l’extermination des païens !!! et des Juifs. Une différence peut être : pas de base Américaine.

  4. Si l’UE s’en mêle, fiasco assuré. Mais peut être que Biden pourrait intervenir, ils font ça tellement bien les ricains.

  5. Depuis la chute du Mur, les États-Unis font tout pour empêcher la construction d’une Europe unie de Brest à Vladivostok : création du Kosovo pour y installer leur plus grande base militaire en Europe, le camp Bondsteel, dès 1999, extension de l’OTAN (contrairement aux engagements) jusqu’aux frontières russes, coup d’État en Ukraine pour y installer une marionnette mégalomane, sabotage du Norstream pour forcer la vente de son gaz…
    L’OTAN aurait dû disparaître après la liquidation du Pacte de Varsovie. Elle est devenue la ressource de supplétifs au service exclusif de l’impérialisme américain.

  6. Comme on dit; l’histoire et la géographie sont les deux éléments nécessaires pour bien comprendre la politique. Merci pour ce rappel

  7. A ce train là les belges ont des droits sur le trône de Jérusalem. Cependant il est clair que l’occident N’accepte l’épuration ethnique que dans un sens et contre lui. L’avenir est sombre. L’occident devra se renier ou disparaîtra. Trop de sécurité, de confort et d’abondance a fait un peuple de lavettes qui cache sa faiblesse par la tolérance et une empathie excessives

  8. C’est une histoire de grand remplacement mais aussi celle d’une forfaiture américaine aidée par le paillasson européen.
    C’est aussi une jurisprudence qui autorise Vladimir à récupérer la Crimée et les terres russes d’Ukraine.
    Pendant ce temps l’occident lui reproche leur propre turpitude.

  9. Pourquoi mettre l’UE qui n’est en fait que la marionette des US. L’OTAN en est le bras armé. J’espère que la CPI condamnera les US et son administration nommément et personnellement.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois