Jean Messiha officiellement nommé porte-parole de la campagne d'Éric Zemmour, sa réaction exclusive depuis Saint-Quentin, dans l'Aisne, où il accompagne Éric Zemmour.

Vous êtes le président et le fondateur de l’institut Apollon et vous êtes un ancien membre du Rassemblement national. Vous venez d’annoncer votre soutien officiel à la candidature d’Éric Zemmour à la présidence de la République. Si ce soutien était peu mystérieux, il est maintenant officiel. Pourquoi ce choix ?

J’ai longtemps mûri la décision, pas tellement sur le fond parce que je connais Éric Zemmour depuis plus d’une dizaine d’années, j’ai donc beaucoup débattu et discuté avec lui. Par conséquent, sur le fond, il a une vision de la France qui est parfaitement mienne. En revanche, j’étais pour le moins circonspect quant à son ambition présidentielle. Je dois dire que j’observe depuis plusieurs semaines sinon plusieurs mois sa mue, comme disent nos médias indépendants et impartiaux, selon la formule consacrée. J’observe qu’il m’a assez stupéfait par sa capacité à passer comme cela de la réflexion à l’action et à susciter un réel espoir dans le pays. J’ai été à plusieurs reprises invité dans des fédérations de Reconquête. Je n’avais jamais vu un tel engouement sur le terrain. Des centaines de personnes étaient présentes et on était obligé d'en refuser une centaine d’autre, car il n’y avait pas de place.

Quelque chose est en train de se passer et je ne pouvais pas rester l’arme au pied, j’ai donc décidé de me lancer à ses côtés dans la bataille pour l’épauler et lui apporter toute mon expérience, mes connaissances et mon énergie.

 

Le journaliste peut-il devenir un homme politique ? Certains le trouvent excellent, d’autres au contraire trouvent qu’il est encore un peu mal à l’aise avec ce costume. Selon vous, Éric Zemmour a-t-il les épaules pour être président de la République ?

Je suis sûr qu’Éric Zemmour a les épaules pour être président de la République. Ce sont toujours les grandes circonstances qui font les grands hommes. Je pense que la force d’Éric Zemmour, c’est qu’il connaît mieux que quiconque l’Histoire de notre pays, sa culture et ses traditions. Effectivement, à partir de cette connaissance très charnelle, très profonde et très enracinée qu’il a de notre pays, il est à même de constituer une continuité, une suite à notre destinée nationale.

Lorsqu’on compare la personnalité d’Éric Zemmour, son éloquence, sa capacité à travailler, sa rhétorique, il n’a rien à envier à tous ceux qui nous ont gouvernés, ces quarante ou cinquante dernières années. Je suis sûr qu’Éric Zemmour a une étoffe que beaucoup de Présidents n’avaient pas, de par son amour de la France et des Français et la défense qu’il a prise de la France et des Français sur tous les plateaux et dans toutes les circonstances depuis plusieurs années. J’ajoute que le fait qu’il ne soit pas un politicien professionnel, ce n’est pas un défaut, au contraire.

Vu là où les politiciens professionnels et galonnés nous ont menés, je préfère avoir quelqu’un de totalement vierge qui n’a pour lui que sa volonté et son affect pour la France et les Français et qui saura, j’en suis sûr, conduire la France là où elle n’aurait jamais dû cesser d’être.

 

À l’issue de son discours, Éric Zemmour vous a nommé porte-parole de sa campagne. C’est un rôle stratégique pour vous. Comment avez-vous accueilli cette nomination ?

Je l’ai accueillie avec beaucoup de bonheur, de fierté et d’honneur en le remerciant de cette confiance qu’il me fait. Le rôle de porte-parole est un rôle stratégique sur le fond.

Un porte-parole est celui qui devra expliciter, détailler et défendre toutes les mesures programmatiques et le projet présidentiel dans son ensemble aux offres politiques concurrentes. C’est quelqu’un qui devra le faire dans un cadre qui sera des plus difficiles.

J’aurai en face de moi à la fois des adversaires politiques, mais également des journalistes qui ne sont pas toujours neutres et impartiaux, contrairement à ce que l’on croit. Je pense que le programme ne sera pas très difficile à défendre parce que c’est un programme d’excellente facture, un programme cohérent avec une vraie vision pour la France et une vraie ambition nationale pour notre pays, ce qui manquait à un projet présidentiel depuis fort longtemps. En même temps, je pense que, compte tenu de l’expérience médiatique que j’ai acquise ces dernières années à défendre les idées nationales, les idées qui sont les miennes, mais qui sont aussi celles d’Éric Zemmour, alors je pense pouvoir faire des choses intéressantes. Je prends cette nomination avec beaucoup de joie et d’excitation et j’ai hâte de commencer.

14 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.